Le SAR (Système Auxiliaire de Relais), outil pratique et polyvalent !

Bjr,

A ceux / celles que cela peut intéresser voici des exemples en photos de diverses utilisations avec un SAR, notamment au relais, mais d’autres applications sont possibles.
Un outil pratique et polyvalent, à simple ou à double, utilisable dans plusieurs activités.
Une corde dynamique, un noeud de vache à chaque extrémité avec une boucle assez grande pour faire un relais fixe, un mousqueton sécu (ou dégaine sécu) de chaque côté.
Bien évidement, on peut faire sans le SAR, …avec une simple sangle cousue, …ou avec ses brins de corde, …mais il y aura moins de possibilités.
Voilà, c’est juste un partage d’infos, si cela intéresse,… c’est tout. A utiliser ou pas, chacun fait comme il veut.

3 Likes

Le SAR c’est top 'ffectivement

2 Likes

Moi j’en ai souvent pêché je savais pas qu’on pouvait les utiliser en escalade; d’habitude je les bouffe, grillés ou en soupe avec girelles et roucaous s’ils sont petits

@valcibiere Désolé de pourrir un peu ton post, mais même avec les photos je vois pas ce qu’est ton SAR (c’est un sigle ? ça signifie quoi ?)

En canyoning j’utilise effectivement un système auxiliaire de relais à base d’un bout de corde, d’un Slyde et d’un mousqueton. Je l’ai autour de la taille en permanence, la longueur est réglable et ça se met en place très facilement pour plein de cas de figures (mini main courante, sécuriser un accès au relais, …)

1 Like

en fait c’est un nom à la mode pour un bout de corde, mais rien de nouveau sous le soleil, c’est utilisé depuis la nuit des temps

5 Likes

La longe pyrénéenne est aussi une sorte de SAR, avec une boucle réglable à base de plaquette slyde. C’est pas mal aussi.

Chez nous les SAR, c’est les gars qui ne « Servent A Rien », « Sert à Rien »…Souvent sur les chantiers on dit :" voilà le service des SAR," ou bien « le chef des SAR », pour celui qui dort sur sa pelle, ou qui écrit des procédures inutiles.

Ton truc a du être produit dans leur service ! ou bien au moins le gars qui l’a baptisé connaissait l’anagramme avant !!! :rofl: :rofl:

1 Like

Cela confirme une fois de plus qu’ici il est inutile de vouloir partager quoi que ce soit…au regard des remarques à deux balles.
Après la modération ne comprend pas pourquoi on ne le fait que en MP…ben, suffit de lire.
Ce terme est employé par Petzl, par la FFS, mais c’est vrai qu’ils n’y connaissent pas grand chose, ainsi qu’en formation pro, mais là aussi on y connait pas grand chose.
D’autres l’appellent le cordasson à tout faire, PB de Montagnes Mag’, ou BMU par la FFME, et ont expliqué son utilité avéré parce que justement polyvalent,… mais bien évidemment eux aussi ils n’y connaissent rien…!!!
Heureusement que vous êtes là… et que vos remarques pertinentes ne Servent pas A Rien.
Et après on va dire qu’on manque d’ouverture d’esprit !

2 Likes

Bonjour,

Je ne connaissais pas non plus cet acronyme SAR (et je me suis posé aussi des questions) , mais je ne suis pas au fait des dernières méthodes préconisées, ni du langage utilisé dans les formations récentes.
Deux conseils :

  1. Quand on utilise un acronyme on l’écrit totalement la première fois, Système Auxiliaire de Relais (SAR), pour ensuite pouvoir l’utiliser dans le texte.
  2. Toutes les configurations que tu présentes dans un même document sont intéressantes ,si elles étaient un peu plus commentées, je pense que dans ce cas cela aurait sa place dans un article C2C , un peu comme celui là : Camptocamp.org
6 Likes

Au delà de l’utilisation d’un acronyme inconnu, et donc comme indiqué de devoir l’écrire totalement la première fois, il y a également le manque d’explications, d’informations, notamment « avantages » « inconvénients » des multiples configurations montrées.
Il est préférable de montrer et de connaitre moins de choses mais d’indiquer & connaitre précisément les domaines et limites d’utilisations.

Sans explications, les photos de configurations très compliquées sur 2 points bétons laissent tout de même perplexe.

La perfection est atteinte, non pas lorsqu’il n’y a plus rien à ajouter, mais lorsqu’il n’y a plus rien à retirer. Antoine de Saint-Exupéry

2 Likes

Oui j’entends pour le manque de précision de l’acronyme. J’aurais du le faire, mais honnêtement je pensais que ce terme était connu… Dans le doute j’aurais quand même du le préciser.
J’ai échangé avec Thierry, je vais réfléchir si je fais, ou non, un document plus détaillé qui pourrait être publié.
Je ne cherchais pas à ce que cela soit « parfait », pas du tout, car je n’aurais pas su faire, mais seulement montrer de manière diversifiée, les nombreuses utilisations possibles, sachant qu’il y en a encore plusieurs pour diverses manips ou situations.
Merci pour ces retours constructifs.

Salut Valcibère,

Merci pour ces docs. C’est nickel! Je fais mes relais avec une sangle mais je suis toujours partant pour tester autre chose. Je prendrai un bout de corde et j’essaierai. En tout cas, j’aime bien le Masterpoint avec les 2 mousquetons, c’est élégant comme solution.
C’est vrai que tu pourrai en faire un article. ça fait plus de sens qu’un post de forum (mais c’est que mon avis).
Excellente semaine.

2 Likes

Acronyme, pas anagramme.

2 Likes

Cela ferait donc des lustres que je me trimballe un voir deux «SAR » ( avec majuscule s’il vous plaît ) de 4 m de corde en 7mm ( à tout faire) au baudrier et je ne le savais pas ?
Un SAR c’est donc un rataillon ou un bout(e) de corde . Bof bof.
Bref pour les deux premiers brélages proposés on pourra avantageusement consulter le document d’O.Gola sur l’utilisation du rataillon sur amarrage naturel (ou pas).
Les noeuds qui peuvent remplacer une liaison par mousqueton c’est quand même bien plus efficace.
Et sans compter que les mousquetons travaillent mal :grimacing: ( flexion- porte a faux du corps de celui-ci ) par exemple pour le montage du « mobile sur arbre » :joy:
Moins il y a de connecteurs entre l’utilisateur et le point d’amarrage mieux il se porte .


PS1 La « pédale fixe » et le « béquet étrangleur simple » c’est dans mes cordes. :sweat_smile:
J’ai une variante dans mes cartons de « becquet simple » à double tour (et même à triple) sur bite d’amarrage pour compléter la panoplie ! :sunglasses:
Par contre pour le trio « semi directionnelle double », « fixe double » et le « mixte » je rame :disappointed_relieved::sunglasses:
PS2 : en ce qui concerne le « masterpoint » faut aller voir ce qui se fait déjà du côté de nos amis américains .


Bref rien de bien neuf sous le soleil de l’acronyme SAR sauce Valcibière :wink:

2 Likes

Je découvre aussi le terme « SAR ». Ca vient du canyon c’est ça ? Sympa de voir un autre angle d’approche. Du coup le SAR serait un anneau ouvert en longueur double (~120cm + noeuds) en corde à simple si j’ai bien compris ?

Autour de moi en alpi/grimpe je n’ai toujours vu que des anneaux fermés. Les américains ont l’air d’utiliser des anneaux ouverts plus qu’ici en grimpe: « open loop cordelette »/ « bunny ears cordelette ». J’ai l’impression que c’est parce qu’ils font plus de trad avec des relais à 3 ou 4 points éloignés et qu’un anneau ouvert permet de maximiser la longueur de cordelette disponible.

Mais du coup c’est quoi les inconvénients d’un anneau ouvert (vu qu’on le ferme avec un simple mousqueton) par rapport à un anneau fermé ?

En essayant une cordelette ouverte longue en l’alpi, le petit inconvénient que j’ai remarqué est qu’en la plaçant autour d’un gros rocher il est plus difficile d’ajuster le mousqueton au bon endroit. Pour le SAR qui est court ça ne doit pas être un problème.
Côté fabricants, y’a peut-être un problème que c’est normé comme longe mais plus comme anneau.

A une époque, j’utilisais un SAR (sans le savoir !) en grandes voies, c.a…D un bout de corde de 3-4 m qui me servait à faire le relai, ds le cas d’une cordée non réversible.
Avantages : relai en corde dynamique, on a plus de souplesse qu’avec une sangle pour les longueurs.
Inconvénients : ca tient de la place. Du coup, je préfère utiliser des sangles, qui ont aussi d’autres usages…

1 Like

Voilà, voilà … pourquoi on voit rarement des SAR sur le terrain.
En voie avec relais à construire le défaut de l’encombrement et du poids est plus faible devant la polyvalence.

Plus personne n’utilise sa propre corde pour faire ça ? Vachage sur cabestan, re-cabestan pour trianguler, bout de corde qui pendouille avec une boucle pour faire un point d’amarrage supplémentaire en plus de ceux du relais. Ça économise un peu de matos pendouillant durant la grimpe.

1 Like

Si moi ! En réversible c’est parfait, en leader quasi fixe, c’est plus chiant mais on fait comme ça quitte à ce que le second reconstruise son propre relai (comme je grimpe quasi toujours avec la même personne ça ne pose pas de pb, on est rodé, mais avec une autre personne c’est certainement pas génial)

3 Likes

si ça marche impec, le seul hic est que tu es prisonnier de ton relais et ta corde idem en cas de besoin d’intervention sur ton second

2 Likes