Votre définition d'une longueur "majeure" ?

C’est quoi votre définition d’une longueur majeure ?
Beauté? Esthetisme ?
Plaisir de la grimpe ? Mouvements ?
Perspectives ?
Un mix de tout cela ?
Un rapport entre certains de ces paramètres ?
Pas toujours la meme définition?
Un feeling du moment ?

Des exemples a l’esprit pour illustrer ?

:thinking:

Pas davantage. Un jour tu es en forme tu te fais plaisir dans une longueur. Un autre jour, même longueur, pas la forme, tu galères et pestes sur cette daube de longueur.
Quand je lis dans un commentaire que c’est magnifique, fabuleux … en fait je ne lis rien d’autre que quelqu’un qui s’est fait plaisir mais ça ne m’apporte aucun élément concret sur la voie. Juste envie de dire « tant mieux pour toi, je me ferai mon avis. » et souvent l’avis a posteriori est moins dithyrambique.

2 Likes

Déjà ça peut pas être à l’Index ni au Pouce.
J’ai pas assez fait d’escalade pour en avoir une en tête. Yen avait une jolie en 6b ou 6 b+ à la Rosière tout en cannelure que j’avais trouvé très belle une fois compris le truc (pieds en opposition sur les rebords de cannelures et faire confiance à ces appuis pied)(faite en second)

Excellente question. Au passage tu n’as pas évoqué le challenge et la difficulté, soit le supplément d’âme pour les RS. :smile: :wink:

Plus sérieusement, cela aurait pu faire l’objet d’un sondage, parce que là j’ai envie de répondre « un peu tout cela ».

1 Like

C’est une bonne réponse !
J’écrirai la mienne plus tard sur ordi.
Sondage ? Bah j’attends plutôt des ressentis que des chiffres !
Autre question : y a t il des longueurs majeures en salle ???!

D’abord un joli caillou avec de jolis mouvements qui font plaisir à grimper.
Donc pas en salle !

Mais c’est subjectif à chacun en fonction de ses gouts (dalles, dévers, …) et de son niveau (difficile d’apprécier une longueur bien au-dessus de son niveau quand on galère tout du long).

Après, c’est influencé par l’ambiance du jour : la beauté du paysage, l’ambiance de la cordée, …
Une belle longueur avec vue sur l’autoroute et un partenaire pas cool sera tout de suite moins chouette.

En exemple, je dirais des longueurs sur Taffonis en Corse.
Du coup, on pourrait rajouter la rareté : les locaux qui voient ça tous les we ne trouvent peut-être plus cela majeur ?

2 Likes

En salle, oui on peut dire parfois.
Sinon en extérieur : plutôt granit, coinceurs, beaux mouvements, beau paysage, bon binôme. Pas forcément très dur.

Une longueur où rien n’est à jeter (mouvements, environnement,…)

Ca peut.

2 Likes

Majeure c’est exagéré, mais parfois tu as une bonne surprise. Des mouvements qui ressemblent à des trucs déjà vus sur rocher en montagne, une originalité dans le tracé, chaque mouvement en « pas de bloc » … c’est rare (1 par an ?) donc ça marque un peu. Le problème c’est que tu la fais une fois, puis elle perd tout son intérêt, la fois suivante tu en es déjà lassé, puis la fois d’après tu te demandes bien pourquoi tu es là ?

1 Like

Question que je me pose souvent quand j’entends cette expression. Pour moi ce serait quelque chose d’exceptionnel par la beauté de la ligne et des mouvements (donc quand j’entends que dans un site toutes les lignes sont majeures ça ne correspond pas à ce que je comprends) Pour moi majeur signifie au-dessus des autres sur tous les plans et donc c’est extrêmement rare. Dans les falaises que je fréquente il y a des voies plus belles que les autres mais pour moi pas majeures. Une voie majeure c’est une voie « whaou quelle classe, quelle ambiance, quel rocher, quels beaux mouvements !! » Une voie qui ressort nettement de presque tout ce que j’ai déjà fait.

3 Likes

Beau rocher,mouvements qu’on trouve facilement,du beau gaz et si possible légèrement (mais pas trop ,sinon c’est pas sérieux) surcoté ,genre 3me de la Béatrix a Presles

1 Like

Donc c’est très perso en fonction de ce que tu as déjà fait.
Pour amener de l’eau au moulin pour moi une longueur majeure il doit y avoir soit un rocher dingue, sculpté, inhabituel, soit un décor dingue avec bon rocher beaux mouvements, côté aérien. Rarement dans une sombre cheminée où on ramone en purgeant les pierres avec le gros sac :slight_smile:(quand je dis ça je pense à la cheminée d’accès aux Petits Charmoz. J’en ai un souvenir de truc bourrin que j’ai passé en forçant. Doit y avoir moyen de faire mieux certes

au de là de la beauté pour moi c’est surtout la classe du passage, de préférence une longueur bien obligatoire, un truc qui fout les frissons même avant d’être dedans, une longueur qui démontre l’habilité de l’ouvreur , typiquement le passage d’origine dans le haut de l’éperon sublime, ou la longueur des crochets dans devil’hooks, la traversée en 6 dans le regretté pilier Nord Ouest du granier …

1 Like

Beh évidemment ! et ça dépend de chacun et dans tous les domaines : tu peux considérer qu’un livre est majeur alors que ton voisin le trouvera bof, pareil pour un film, une musique, un plat, un paysage.

C’est intéressant de lire ça ça montre bien ce que je viens de répondre, ce qui est majeur pour l’un ne l’est pas forcément pour l’autre (même si je crois que quelques voies font peut-être l’unanimité)

2 Likes

qu’es aco ? (entre les ppm de tout à l’heure qui m’ont fait cogiter trois siècles et quart et ça, faut suivre… pour les petits cerveaux comme moi dur dur)

1 Like

exemple de cet ete dans les pyrenees: L3 du pilier sud du grand pic du midi d’Ossau.
C’est hyper beau, le rocher est beton, il y a du gaz, la grimpe est tres interessante, c’est la longeur clef de la voie.

1 Like

Non mais là on parle de trucs majeurs :slight_smile:

2 Likes

Je rejoins le commentaire qui dit que ca dépend du jour, de l’état d’esprit a ce moment là, de la forme.
Ma première fois a la Dibona, quand j’ai vue l’aiguille j’ai trouvé ca fou qu’on allait grimper dedans.
La berthet boell stoffer, rien de compliqué mais sur protections parfois, du gaz du soleil un rocher dément. La longueur majeur, les cannelures stoffer, la sortie jambe en écart vue de fou dans le vide, un friend pour protection, plaisir et engagement…
Peut etre que si j’y retourne ca aura perdu de sa superbe. Mais tant mieux faudra aller chercher un nouveau truc qui ME sera majeur

2 Likes

Pour moi, une longueur « majeure » peut l’être pour différentes raisons en effet… et comme Pire je m’interroge à chaque fois que j’entends ce terme dans la bouche de quelqu’un… d’où ma question ici :slight_smile:
Mais du beau caillou avec des prises qui tombent dans les mains avec des formes originales ou justes esthétiques, des mouvements élégants et agréables, l’équipement éventuel qui s’intègre logiquement sans déranger tout cela, une perspective atypique, et tout cela quelque soit le niveau…
Certes le compagnon du jour et le déroulé de l’aventure peuvent participer à ce jugement et ressenti :slight_smile:

Exemple cet été au Caroux une longueur en 4+ au pilier du bosc, je l’ai trouvée « Majeure dans ce niveau » car pour ce niveau tout était juste beau et logique et plaisant…
Exemple au pic d’Espade où dans une longueur en 6a le rocher prend des formes de poignées granitiques incroyables dans une traversée…
Exemple (une voie que je n’ai pas faite mais dont j’ai vu les photos) à Cap Canaille, un 6a+ je crois où on a l’impression de grimper dans le squelette d’une baleine… (faudra que j’y aille d’ailleurs !!)

3 Likes