Trop de cairns..?

Bonjour tout le monde, de retour de deux semaines dans les Ecrins, massif sauvage s’il en est, mais avec quand même quelques vallées bien fréquentées, j’ai été frappé par le nombre incroyable de cairns sur les chemins/itinéraires.
ça m’embête pour trois raisons :

  • La première, totalement subjective, c’est que ça me gonfle de voir ces tas de cailloux tous les 5 mètres, pour une fois que je me balade dans un environnement où la marque de l’homme n’est pas trop trop présente, hormis le sentier quand celui-ci est bien marqué, et quelques constructions ça et là, je me passerais bien de ces traces humaines trop voyantes. L’être humain à un besoin incroyable de marque son passage… Bon ok, ça reste un argument difficilement défendable autrement que par ma misanthropie notoire.

  • La seconde, qui ne sera peut-être pas retenue par beaucoup d’autres personnes c’est l’impact écologique de ces cairns, a fortiori dans un parc naturel national. En prélevant des cailloux sur les sentier, on leur enlève leur carapace protectrice et on accentue donc l’érosion des chemins. En déplaçant de nombreuses pierres (il faut voir la taille de certains cairns dont l’édification a ratissé toutes les pierres dans un rayon d’au moins 10 mètres…!) on enlève ou modifie aussi de nombreux microhabitats (faune vivant sous ces mêmes cailloux, entassement de pierres sur des micro zone favorables à certaines espèces végétales…).
    Bon ok, ça va peut-être paraître extrême comme point de vue pour certains, n’empêche que pour moi dans un parc naturel l’impact de l’Homme doit être limité au maximum, ils sont déjà largement sur-fréquentés dans certaines vallées…(j’ai bien conscience de faire partie de cette sur-fréquentation…), pas la peine d’en rajouter en construisant ces milliers de cairns (très clairement je n’exagère pas sur le nombre, c’est de la folie)

  • La troisième qui parlera peut-être à un plus grand nombre c’est l’inutilité de ces cairns et surtout la désinformation qu’ils engendrent. Car il ne faut pas oublier que les cairns, avant de rentrer dans la thématique « land-art », ont une utilité en montagne. Retrouver son chemin par temps de brouillard ou faible visibilité (on l’oublie avec l’utilisation des smartphone et autres systèmes GPS, mais le jour où on n’a plus de batterie, ou oublié son téléphone, ou simplement pas envie de le prendre…), indiquer des sentiers qui ne sont pas cartés, ou baliser un sentier sur une surface où celui-ci est peu marqué, type pierrier. En démultipliant le nombre de cairns, on supprime totalement leur utilité. Franchement, dans certains cas rencontrés cet été, bon courage à celui qui veut, en suivant les indications de son topo pour trouver le départ d’une voie d’escalade ou d’une arête « quitter le sentier après environ deux km sur le GR en suivant la vague sente qui part sur la droite et indiquée par un cairn ». Parce que des « vagues sentes » on en trouve déjà beaucoup quand on recherche avec avidité LE chemin, mais alors trouver une vague sente avec un cairn c’est devenu d’une banalité…!
    Par temps de brouillard, je n’ose même pas imaginer le problème.

Bref, les cairns tous les deux mètres m’exaspèrent, est-ce que je suis le seul, est-ce que j’exagère, est-ce que je suis déjà un vieux con ?

Merci à ceux qui voudront s’exprimer sur ce sujet!

14 Likes

Plutôt d’accord avec ton constat. On trouve de trop nombreux cairns inutiles sur les sentiers car ça fait de belles photos pour instagram…

A mon sens, le cairn doit être réservé à jalonner un hors sentier ou un terrain paumatoire.

4 Likes

Bonjour,

Oui, moi aussi. Encore, qu’il y ait par endroit des « parcs à cairns » pour ceux qui se veulent artistiques, ou pour occuper les enfants, pourquoi pas du moment que c’est sur une zone peu étendue et où cet usage est manifeste. Mais quand on cherche quelque-chose de précis, l’indication d’une bifurcation, ou d’un point intéressant à visiter, ça devient impossible tellement il y a de fausses informations. Pour moi, la plupart des cairns sont maintenant l’équivalent des « fake news » sur les réseaux sociaux.

Bernard

Avec un coup de pied bien placé, la solution elle est vite trouvue.

4 Likes

Perso je m’en contrefous mais à un point !

6 Likes

Oui, le coup de pied est vite mis en oeuvre (je me suis auto-surnommé « Excairninator », on s’amuse comme on peut), mais l’ampleur de la tâche et l’incompréhension qu’elle pourrait générer font qu’elle ne me semble pas la meilleure solution. ça pourrait être une préoccupation à faire remonter au Parcs Naturels

2 Likes

Ils ne me dérangent pas non plus, tant qu’ils n’existent pas en excès. Mais tel que vous le décrivez, cela m’ennuierait aussi. Surtout quand on cherche quelque chose, c’est très déroutant.

Moi je suis le copain des cairns, j’en construis régulièrement.C’est beau, utile, bio.
Vivre les cairns !

https://www.altituderando.com/Cairn-2000-1594m-et-Crete-de-Lure-1716m

3 Likes

Très d’accord avec ton constat, en particulier:

On a l’impression que certains cabotins font des cairns en ignorant leur utilité. C’est exaspérant … et très énervant pour quiconque a déjà passé du temps à entretenir/créer un sentier ou passage paumatoire. Un balisage efficace et discret par cairn est un art, j’ai en tête un exemple très précis du coté de la Coume d’Or. Par contre, quand tu vois que sur l’itinéraire de la HRP entre le Refuge du Portillon et le Pic Gourdon, le pierrier est juché d’un quadrillage aléatoire de cairn, c’est navrant (et stressant en cas de brouillard …).

Remarque pertinente ! J’ai un vague souvenir d’avoir vu un panneau/logo interdisant de faire des cairns … mais je ne sais plus où !


Un petit conseil, ne va pas te promener au-dessus de Freissinières, tu risquerais de faire de l’urticaire ! :wink:

4 Likes

Des tas de cailloux dans les Écrins ? Je croyais que c’était des montagnes.

D’ailleurs, j’aime bien la photo d’illustration du topo de la Tête S du Replat que tu as parcouru… c’est vrai que c’est exagéré :wink:
https://www.camptocamp.org/routes/176713/fr/tete-s-du-replat-arete-ne-depuis-le-chatelleret-versant-e-

5 Likes

Moi j’ai rien contre les cairns, par contre la peinture sur les pierres, les arbres, alors qu’il n’y a qu’un chemin et je ne parle pas des poteaux indicateurs qui sont proches les uns des autres. Le Chablais est sûrement sur le podium…

Et même sur les plages
https://www.lepoint.fr/environnement/faire-des-tas-de-galets-un-danger-pour-le-littoral-26-07-2019-2327050_1927.php

Perso j’aime bien les cairns. Tant qu’ils restent de taille raisonnable.
Leur utilité est variable mais quand tu n’en vois plus aucun c’est mauvais signe. Et c’est une info en soi.

1 Like

Ahah c’est vrai que par endroits les Ecrins sont déjà un véritable cairn géant, je l’admets!

Merci pour les retours, et j’apprécie les petites piques/provoc’ gentilles! Je fais quand même le distinguo entre :

Et les cairns « abusifs » le long des sentiers ou qui multiplie les fausses pistes. Au moins à Freissinières on sait à quoi s’en tenir et tu sais que tu ne comptes pas sur les cairns pour l’orientation!

Dans le sandur du Goléon il y a une interdiction de faire des écritures sur le sol avec les pierres. Pour l’interdiction des cairns, j’en ai vu pas mal en Norvege, par exemple.

le coup de pied dans le tas au passage dans le cairn « artistique » inutile. il y a aussi les murs bivouac quand il y a deja une dizaine de murs bivouac dans le perimetre. j’ai deja remis a plat 8m lineaire sur 1m de haut au niveau du plat du sélé. bonne seance muscu avec 10 tonnes de cailloux rendu au chaos « naturel » :slight_smile:

A savoir que si leur édification a un impact sur la biodiversité (c’est possible mais ça me semble à peu près négligeable) leur destruction peut l’avoir tout autant.

5 Likes

Les gros cairns sont un type d’habitat apprécié des vipères.
Une régulation naturelle des constructeurs de cairn est ainsi envisageable.

1 Like