L'équipement de certaines voies - Sainte Victoire

Bonjour à tous,

Je voulais demander à des gens qui connaissent bien la sainte victoire ce qu’il pense de certains équipements des voies en couenne.
Ayant récemment déménagé sur Aix en provence, j’ai passé depuis octobre beaucoup de mes week-ends à grimper et à découvrir avec le topo cette magnifique montagne avec une quantité de voies juste énorme, un rocher parfait, et une vue à couper le souffle. Mais cependant, il y a quelques fois où j’ai pris un peu peur.

Tout d’abord, sur l’espacement entre 2 points. J’ai lu et on m’a dit que la sainte-victoire était connu pour ses voies engagées, et que les ouvreurs tenaient à ce que cela reste dans l’esprit… Pourquoi pas, mais je suis quand même curieux de savoir à quoi cela peut servir concrètement de mettre un point à 3-4m plus haut en pensant que de toute manières il y a un bac donc impossible de tomber.
Je pense que quand on est dans notre niveau max, cela fait plus paniquer qu’autre chose, et quand on panique, les bras daubes plus vite parceque on se crispe, et on a tendance à faire des erreurs (je ne suis qu’un débutant - 6a/6b max en tête pour le moment)

Le point le plus important, et celui pour lequel j’écris principalement ce message et ouvre ce sujet, c’est sur l’état de certaines voies.
Dans certains secteurs comme le « Pitchounet », « L’oeil », « Série limitée » ou même toutes les voies dans le 6 sur la gauche de « Grischnickss » la plupart des points et des relais sont rouillés, et n’inspire à première vue vraiment pas confiance.

N’ayant que peu de connaissance dans les falaises en nature et sur l’équipement en général, je vous écrit donc pour savoir ce que vous en pensez, si on peut quand même grimper dessus, et si la rouille n’est pas grave d’un point de vue sécurité.

J’ai pris en photo un point dans une des voies pour avoir un exemple, désolé pour la qualité c’est pas top, on fait au mieux haha

Merci d’avance sur toutes vos infos et tout vos avis sont bons à prendre ! :smiley:

(photo n°2)

Vieux serpent de mer…

Comme toi. L’état de certains équipements font peur à la Sainte.
A croire qu’il faudra des accidents pour que ça bouge!

Perso, dans le cadre d’un rééquipement, je pense qu’il faut d’une manière générale garder le caractère des voies (sauf retour au sol, expo, danger…). Ca participe à la diversité.
Y’a le choix de voies dans la région. A nous de choisir en fonction de notre envie d’engager ou pas.

Salut,

Alors c’est historique, en fait il s’agit de voies qui ont pour beaucoup été ouvertes du bas sur pitons, plombs, crochets, quand elles ont été équipées en « dur », l’espacement et l’esprit de l’ouverture a été préservé. ça plait ou ça plait pas mais c’est comme ça et je trouve que c’est une bonne chose que certains sites sortent de la norme des spits tous les 1.5m.

Sur ce point, ça perturbe à l’oeil, mais en passant mon DEJEPS mon a fait du rééquipement à la sainte sur des vieux sites, et malgré l’équipement bien rouillé de visu, il s’avère que c est surtout de la corrosion de surface, en tous cas pour l’équipement que tu montre sur ta photo. (plaquette acier Simond + vis de 8mm placée dans une cheville à double expansion qui rentre de environ 10-15cm dans le rocher )
On a bien miséré à les sortir et souvent on a du les casser avec une clé + grosse rallonge.
Par contre ce que je te dis n’est pas valable pour les rares spits de 8mm au tampo qui restent (plaquette souvent en alu).

Enfin bref c est la sainte, ça fait partie du charme de l’endroit de savoir que chaque voie peut se révéler + coriace que prévue, on est prévenu mais on continue d’y aller :slight_smile: et il y a quand même pas mal de secteurs bien équipés.

5 Likes

Merci pour vos réponses !

Oui tout à fait, c’est un point de vue que je respecte et puis de toute manière c’est les ouvreurs qui décide, déjà que ça doit pas être facile pour équiper c’est à eux de décider de l’engagement ou pas, à nous de faire notre choix après

As-tu des photos pour voir à quoi ressemble ces fameux spits de 8mm « au tampo » ?

Oui je suis d’accord surtout pour les voies « écoles » au labo par exemple ou sur les voies de droite de Grischnikks dans le 4-5, et tant mieux !
J’ai l’impression pour ma part de découvrir la sainte après que la grande époque du site soit passé, mais c’est vraiment un bonheur j’aime vraiment énormément cet endroit et je compte faire le plus de secteur possible.

Si par hasard vous avez des voies a recommander dans le 6a - 6b bien équipé et qui valent vraiment le coup d’ailleurs je suis preneur !

Bonne journée !

Chevilles autoforeuses en haut (« spit de 8mm »), diamètre de perçage 12mm, à placer au tamponnoir, avec leur cône d’expansion. La plaquette est ensuite vissée dans la cheville.
À droite, cheville Raumer en inox, à placer au perfo

1 Like

Attention à la Sainte il y a eu beaucoup de points à double expansion, extérieurement c’est invisible, on peut les confondre avec des spits de 8 ( ou de 10). Ça augmente la résistance à l’arrachement mais si c’est la tête qui est corrodée ça change rien à la fragilité.
Pour moi c’est pas tellement les points dans les longueurs qui m’inquiètent (sauf ceux qui, défaillants, causeraient une chute au sol), mais plutôt certains relais.

1 Like

Ca ressemble fortement au point rouillé que j’ai pris en photo ou c’est moi… ?

Donc comme disait cambouis ces points la sont plutôt à éviter si on voit qu’ils sont trop rouillés ?

Oui je trouve aussi, le week-end dernier je me lance en tête dans une 5c et du bas de la voie les points semblaient tous ok, et arrivé au relai tout rouillé… :thinking:

Je me demandais si faire un noeud de maschard dans ce cas pour la descente en cas de doute serait utile pour se rassurer et éviter de faire la voie en moul ?

Pour les points écartés, c’est la même histoire dans tous les massifs : Des ouvreurs à l’égo démesuré qui sont dans le 7b trouvent normal que cela soit engagé/expo dans le 6a/6b où ils fument la pipe mais s’accomode des échelles à spit dans leur niveau max.

1 Like

Pas du tout. Va dans le secteur Médius et tu nous diras si tu trouves que dans le 7 c’est des échelles à spits. Comme dit plus haut, il y a là des voies historiques, ouvertes du bas avec souvent (notamment dans les plus faciles) beaucoup moins de points qu’actuellement. Dans les vieux topos, on lit par exemple 100m, équipée, deux pitons …

5 Likes

Je ne comprends pas trop « éviter de faire la voie en moul ».
Sinon en cas de doute pour descendre ça peut être plus sûr de faire un rappel plutôt que se faire mouliner, la force exercée sur le relais est divisée par deux.

Mon argument principal ne voulait pas se baser sur une précision des cotations, mais sur le fait qu’une personne impose à autrui un niveau d’exposition que lui ne subit pas. Le même qui je parie travaille son projet en allant clipper le premier point à la perche.

Ça ne me semble justement pas le cas à la sainte-victoire. Quand je dis « pas du tout » je parle spécifiquement de ce site et en particulier des deux aiguilles. Les ouvreurs historiques étaient très exigeants avec eux-mêmes.

6 Likes

A la Sainte il faut quand même leur reconnaitre qu’ils ont engagé aussi dans les très dur (Médius, etc…)

A la Sainte il y a du rééquipement dans l’esprit initial (Broches inox aux commandos mais avec l’espacement originel par exemple). Parfois les points ont été un poil décalés pour clipper plus normalement ou éviter un retour vire/sol inutile (car à l’origine posés selon les moyens de l’époque et souvent du bas) et je trouve ça bien car pour moi ça ne dénature pas l’esprit. D’ailleurs certains « anciens » sont tout à fait en phase avec cette vision. Il n’en reste qu’à la Sainte on a besoin de moins de dégaines qu’ailleurs dans certains secteurs et particulièrement aux Deux Zegs (Saint Ser est plus rapproché en équipement), mais il suffit de choisir son secteur, on est prévenu du bas.

Je suis effectivement pas fan par contre de l’état de certains secteurs mais il y a un sacré boulot de fait en matière de rééquipement (Saint Ser ou Deux Zegs). C’est par contre fait relativement discrètement, ce qui n’aide pas à aller filer un coup de main.

2 Likes

Pourquoi ‹ éviter › un point?
De toutes façons, aucun point n’est 100% sûr, c’est bien pour ça qu’on fait les relais sur 2 points. Il y a juste des points plus (ou moins) ‹ béton › que d’autres. Les spits rouillés sont à traiter comme des points moins sûrs que d’autres, exactement comme un coinceur dans lequel tu n’aurais qu’une confiance relative.
Mais c’est toujours mieux que rien du tout.

A partir de là, de deux choses l’une: soit tu estimes que la précarité des points te fait prendre trop de risques, et c’est alors toute la voie qu’il faut éviter; soit tu mousquetonnes quand même le point, en restant conscient que ce n’est pas forcément le meilleur endroit pour tomber. Exactement comme quand tu es juste au-dessus d’une vire, ou du relais, ou que tu risques un pendule, ou plein d’autres situations qui arrivent forcément en escalade.

Et plus généralement, dans une voie en milieu naturel, toujours penser que chuter n’est pas anodin, réfléchir à ce qui peut se passer en cas de chute, et adapter son comportement (de la prudence simple au renoncement pur et simple).

Après, l’idéal c’est de pouvoir contribuer à des projets de rééquipement quand il y a danger. Mais pas facile pour les non-locaux (ou non initiés aux arcanes locales).

1 Like

Je plussoie … ayant participé à des campagnes de ré-équipements, pour se faire engueuler par un gardien du temple au parking (mais qui était content de grimper sur nos points tout neuf dans son niveau max)

En regardant du bas de la voie, si on voit que les spits/et ou relai sont pourri, tout simplement pas s’y engager.

Tout à fait d’accord, mais il faudrait qu’on puisse le dire directement au personne qui s’en occupe, et je ne sais pas trop comment « signaler » au personne concerné que telle voie est dangeureuse ou pas…

Quand tu es en haut de ta voie au relais, tu descends avec un noeud autobloquant en récupérant tes dégaines au passage. Ca évite la chute au sol si les 2 points du relais te semble vraiment pourri. Quand tu grimpe en tête t’as plusieurs point d’ancrage, en moulinette t’as uniquement le relais, et comme dit plus haut c’est parfois uniquement le relai qui fait peur et non les spits en eux même
J’avais vue cette vidéo, à partir de 2mins25

Merci pour l’info !

Concernant l’espacement entre les points, c’est effectivement historique.
Les voies ont été équipées par des grimpeurs parmi les plus forts de leur temps et l’idée était alors de mesurer celui qui avait les plus grosses.
Il y a bien longtemps que l’escalade a évoluée vers la technique plutôt que l’engagement et les forts grimpeurs actuels n’en n’ont plus rien à faire des dalles en 6b/c même très exposées.
Personnellement un rééquipement dans les standards actuels ne me poserait pas de problème, j’aurais un avis différent si l’équipement reposait sur des placements naturels (coinceurs, lunules).
Mais ce n’est que mon avis et je ne suis pas du coin …

3 Likes

La première chose que je te conseillerai c’est de ne plus trop regarder les vidéos de grimpe à vue…

@eric_b même si le jeu de la grosse couille a existé (et là dessus les Toulonnais vous êtes pires que les Aixois…), il ne faut pas oublier que les voies des deux zegs ont beaucoup été ouvertes du bas ou sur pitons, ce qui impliquait des choix particuliers de positionnement des points.

3 Likes