Fracture de l'astragale et après?

Bonjour a tous voila apres mettre fait shooter en velo par un scooter en thailand je suis allez voir un premier docteur ,qui ma indiquer qu il ny avait qu une petite fracture et ma mis un platre goutiere et c est tout.

Meme pas de piquere anti coagulant .

Puis je susi retourner la voir 2 semaine plus tard et la il ma dis fracture de l astagrale avec 3 a 6 mois de platre et ma donc fait un vrai platre .

Donc la je dois vous avouer je suis un peu perdu et je voudrais savoir si quelqu un sait lire les radios pour me donnée son avis parsque pour moi je comprend pas les radios .

Merci beacuoup .

Salut, quoi de neuf ?

Bonjour à tous !

2018 commence plutôt mal, je rappelle que ma fracture date du 20 juin 2017.

J’ai pu reprendre la course, mais pas autant d’entraînements qu’avant. Le trail / alpi aussi même si j’ai des douleurs en rentrant ensuite, je dois calmer le jeu quelques jours.

En septembre j’ai fait le premier scanner, résultat : tout va bien et on annule donc les scanner suivant. Pas d’algodistrophie notamment.

Donc franchement, bien prise en charge cette fracture est pas si dramatique. La clé c’est le départ et en effet la qualité du travail médical et du diagnostic sont vraiment vraiment primordiaux !

Bon courage à tous et n’hésitez pas si vous avez besoin de conseils ou des questions (pas d’ordre médical, ça n’est pas mon job :wink: )

Bonjour tonio347,

contente pour toi. Bon courage pour la suite de récupération.

Dans moi tout est tragique, 18 mois après la fracture, - elle n’est pas consolidé, je boîte. Je ne peux pas courir même 1 pas pour attraper le métro. J’ai des douleurs en permanence. J’ai de l’arthrose, j’ai le talon qui s’est déplacé à cause de l’arthrose d’une façon irréversible. j’ai l’interdiction de pratiquer tout sport sauf natation;
Je déteste les coupables dans mon accident, les médecins incompétents, je leur souhaite mourir en douleur ou au moins souffrir du même handicap.

Bonjour. je me suis fracturé l astragale hier… chutte de 4m en escalade et mon pied gauche a taper une arrête, j’avais une enorme boule sur la partie interieur du pied… J’ai été rapidement pris en charge et helitroyer, résultat fracture + luxation importante. Opéré dans la nuit j’ai maintenant une vis et un plâtre. J essais de resté positif mais c’est pas facile sachant que j’adorais marché et faire de l’escalade…

va voir jean fioré au ctms lyon part dieu

Je me suis aussi cassée l’astragale il y a 1 an en grimpe.
Au début , je ne savais pas que c’etait une blessure assez importante.
Il faut surtout être TRES patient et surtout ne PAS poser le pied par terre avant 6 semaines voire plus. Ensuite, il faut marcher avec les bequilles sans forcer sur le pied. Juste le derouler pour faire bouger un peu l’articulation.
Je fait bcp de yoga et petit à petit ça s’arrange. A ce jour j’ai tjrs un peu mal qd je marche en montagne ou ds certaine posture de yoga. Mais, j’espere que je n’aurais plus du tout mal avec le temps…
Ceci dit, cela ne m’empeche pas de faire du sport.
Pour ceux qui ont l’astragale non consolider, il faut ptt operer (??) et voir un tres bon specialiste.
Bcp de docteurs ne sont pas à l’ecoute du patient et certains sont assez « nuls ». Il faut en voir plusieurs pour avoir differents avis…
Pas facile pour certains d’être patient, mais c’est le seul remède !
ou alors, il faut changer de sport :wink:

Regardes mon expérience au dessus. Hier je suis sorti faire 20 bornes de ski de rando. Sois positif le moral aide ton corps à aller mieux

Bonjour à tous.
Petit retour d’expérience à +6 semaines de ma fracture énucléation.

Pour rappeler les faits, je me suis fracturé + luxé l’astragale, en effet le corps de l’astragale c’est délogé comme on déloge un noyau d’une cerise… et le col c’est fracturé. Bref j’ai été opéré en urgence, réduction + pose d’une vis.

Aujourd’hui je sors de consulte, l’os semble se cicatriser, mon chir m’a dit que je guérissais très bien mais je prend ces mots avec des pincettes tout de même.

Suite à mon opération, après être rentré chez moi, j’ai repris le moral, je mange sainement, je fais de l’exercice, abdo, pompe, traction, je ne fume pas et j’essais de prendre le soleil pour la vitamine D et le moral le plus souvent possible. J’ai aussi fait une cure de spiruline pour limité la fonte musculaire entre autre.

Dans 3 semaines, mon plâtre va être remplacé par une genre de botte attelle et je pourrais commencé la rééducation.

Merci Tonio pour ton message, je pense aussi que la volonté et le moral aide à la guérison. C’étais pas facile au début mais en relativisant j’ai pu retrouver le moral :slight_smile:

Bonjour à tous,

Je ne suis pas du tout adepte des sports de montagne, je n’habite même pas à proximité de la montagne :smiley: mais je me suis inscrite ici car je suis toujours en recherche de personnes qui ont eu une expérience similaire à la mienne…

Je suis une femme de 29 ans et j’ai eu un accident de la route le 3 octobre 2017. Je rentrais chez moi à vélo quand une voiture m’a grillé la priorité et m’a percutée sur la droite. Ma cheville droite s’est retrouvée coincée entre le pare-choc de la voiture et le pédalier de mon vélo: fracture ouverte de la malléole + fracture - énucléation de l’astragale.
J’ai été opérée immédiatement, on m’a posé deux broches. Après trois jours à l’hôpital je suis rentrée avec un plâtre, qu’on m’a retiré le 28 novembre 2017. J’ai pu commencer la kiné sans mettre de poids pendant encore un mois, puis j’ai commencé l’appui progressif en janvier 2018. Je suis autorisée à mettre tout mon poids depuis février.
Depuis environ une semaine (début mai 2018) je marche principalement avec une seule béquille, mais c’est plus difficile en chaussons (semelles plates) qu’en baskets (avec talonnettes).
Je porte des bas de contention, mais avec l’aval des kinésithérapeutes je commence à m’en passer au moins une partie de la journée.
Je fais un peu de vélo d’appartement, des étirements et j’ai recommencé le Pilates (à la maison avec un livre) cette semaine.
Les contrôles avec le chirurgien se sont tous bien passés pour le moment, le prochain contrôle est prévu le 22 mai. Pour l’instant l’ostéonécrose n’est pas visible, mais le chirurgien m’a d’ores et déjà prévenu qu’il faudra retirer les broches à environ un an de l’opération pour pouvoir passer des IRM et écarter le risque d’ostéonécrose.

Je ne suis pas très sportive à la base, ce qui est à la fois un avantage (je ne me suis pas précipité pour reprendre une activité physique tant que le chirurgien ne m’avait pas donné son accord) et un inconvénient (je ne connais pas bien mon corps et je sais pas vraiment quoi faire de plus pour accélérer ma rééducation).

Je vais toujours en kiné trois fois par semaine et je n’ai toujours pas repris le travail. Je suis prof et à l’heure actuelle je me verrai bien reprendre à la rentrée de septembre, mais c’est le médecin du travail qui en décidera!

Voilà où j’en suis…
En résumé:

  • Fracture en octobre 2017
  • Plâtre pendant 2 mois
  • Pas d’appui pendant 3 mois
  • Début d’appui en janvier (à M+3)
  • Appui total en février (M+4)
  • à M+6 j’en suis à me déplacer avec une seule béquille la plupart du temps

Fracture de l’astragale en mai 2012: déplacée mais non luxée suite à une chute en escalade.
Opérée avec 4 vis, qu’on m’enlèvera 18 mois après.
2 ans a limiter mon activité sportive, l’os s’est très bien consolidée.
Mon os est sain, mais depuis 8 mois, j’ai des douleurs au pied qui vont et viennent, qui sont diffuses, j’ai de l’oedème sur le coté extérieur de la cheville. Je garde une très belle mobilité. Verdict: arthrose sous-tallienne et à l’avant du pied.
Le but maintenant est de réadapter mon activité sportive afin de retarder la fusion du pied avec la cheville.
Plus de course à pied, plus du tout.
La plupart des astragales sont de grands sportifs, c’est dur, mais il ne faut pas s’avouer vaincu.

Bonjour à tous les fracturés du talus / astragale.
Je voulais vous partager mon expérience pour donner espoir aux nouveaux fracturés (on en a besoin lorsque l’on est plâtré et dans l’attente).
Je suis une femme, 28 ans lors de l’accident
Grosse fracture + luxation du talus fin déc. 2016, chute d’escalade.
Opération et pose de deux longue vis en travers le l’os. Comme les autres, gros risques de nécrose et tout le blabla.
Plâtre 7 semaines puis kiné 3fois/semaine jusqu’à l’été.
Rééducation très progressive, d’abord mobilisation de la cheville sans le poids du corps, puis tout doucement remise du poids du corps avec deux béquilles, puis une.
En parallèle du kiné, j’ai beaucoup été à la piscine, alors même que j’avais encore les deux béquilles. D’abord pour marcher dans l’eau, puis pour nager. + reprise du vélo vers avril. Ma kiné était super contente de mes progrès, considérant que la piscine, puis le vélo, m’ont grandement aidé.
Mi mai (soit 3 mois après avoir été déplâtrée) je faisais le canal de Nantes à Brest en vélo, avec des étapes entre 80 et 120km par jour, pas de douleur.
Mi juin séjour en Corse. Je me baladais en tong (avec un bas de contention ouvert aux doigts de pied) et montagne avec mes grosses randos montantes + bâtons de marches sans trop forcer non plus. Pour le coup, ce fut un peu plus dur, et surtout les descentes raides ou en pierriers. Fatigue et légères douleurs le soir. Mais à côté de mes amis qui n’étaient ni très sportif, ni montagne, ça le faisait.
Puis un été consacré à marcher sur les chemins côtiers en Bretagne avec les bâtons de marche.
Reprise du kiné en septembre pour « finaliser » la rééduc jusqu’à décembre environ et … reprise de l’escalade (en septembre) !!!

Aujourd’hui, été 2018, je nage sans problème mes 1500m, je fais tous les jours du vélo, je cours mes 10km sans douleurs, je me suis fais des randos avec plus de 1000m de dénivelé sans bâtons (sauf pour les descentes), je grimpe (et ça fait vraiment du bien à la cheville, ça l’assouplie !!), je peux remonter à cheval, je passe des journées ou des soirées entières avec des chaussures à talons assez haut, etc.
Je ne dirais pas que je n’ai pas quelques douleurs, que ma cheville est redevenue exactement la même que l’autre, mais je vis quasiment la même vie qu’avant.
J’attends de me faire enlever les vis cet hiver et peut-être que cela me permettra encore de gagner en souplesse.

Bref, garder la positive attitude, le talus peut très bien se remettre mais il a aussi besoin que le cerveau y croit.

Par contre, ne négligez pas la rééducation. ça peut paraître long de faire de la kiné aussi longtemps, mais comme c’est progressif, c’est assez « normal ». Et surtout, travailler votre cheville à côté du kiné, nagez, pédalez, marchez, elle a besoin de bouger.
Et le petit plus qui m’a bien aidé : le bas de contention. Il contrôle le gonflement (qui est un des derniers symptômes de la fracture) et soulage énormément. Aujourd’hui je ne le mets plus, mais j’ai passé tout l’été dernier à marcher avec, et les jours où je ne le mettais pas, je notais très clairement la différence. Demandez à votre médecin de vous en prescrire, c’est remboursé par la sécu.

Bon courage et espoir !!

Bonjour, question pour vous!! Suite à une chute accidentelle dans les escaliers de mon vr, douleur intense et sensation de chaleur sur le coup de l’impact. J’ai mis de la glace. Par la suite incapable de poser mon talon au sol; trop douloureux. J’ai donc marché pendant 4 jours sur le devant de mon pied, puis j’ai consulté. Aucune fracture à la radiographie, le médecin me retourne chez moi en disant que ça allait passer, mais me donne un rendez-vous 1 semaine plus tard si j’ai encore de la douleur. Entre temps, je ne peux marcher sur mon talon, puis ça empire: oedème au talon douleur au toucher chaleurr, picotements, je marche avec des béquilles ou sur la pointe de mon pied…mon rendez vous est dans 2 jours retourneriez vous avant :weary: merci

Bonjour à tous,
Lors d’un accident de moto le 28 juin 2018 j’ai eu une fracture du talus/astragale gauche, opérée le 29 : pose de vis et plaque. Plâtrée sans appuis jusqu’au 5 septembre (2 mois). A mon rdv on constate qu’il y a encore la fracture, pas de calcium de frabriqué, du coup prolongation d’un mois avec le plâtre avec le droit de commencer à poser le pied avec les béquilles mais je n’ose pas, surtout que la fracture est toujours là.
Autant vous dire qu’a la suite de ce rendez-vous j’avais le moral au plus bas et surtout peur de la nécrose!
Est-ce que pour vous la fracture était encore bien visible au bout de 2 mois?

Salut!
De mon côté la fracture s’est bien réparée, je ne crois même pas qu’elle était visible sur les radios à M+2 de mon accident.
En revanche si on t’a dit de commencer à poser le pied, je te conseillerais de faire ce qu’on te dit. Personnellement, j’ai suivi les consignes à la lettre et j’ai eu beaucoup de mal au début de la rééducation à apprendre le « pas simulé » (c’est-à-dire poser le pied par terre et faire un pas sans mettre de poids) car j’ai passé mes deux mois et demi de plâtre à me promener avec mes béquilles jambe fléchie pour ne surtout pas risque de poser le pied par terre. Je me dis que si j’avais été moins froussarde j’aurai été un peu plus vite dans la rééducation, tout en suivant quand même les consignes.

De mon côté, à un peu plus d’un an de mon accident, on en est là:

  • reprise du travail à la rentrée de septembre, qui m’a fait un bien fou – tant du côté psychologique (retrouver une vie sociale et une utilité dans la société) que du côté physique, car comme je marche / suis sur mes pieds une grande partie du temps, je boîte de moins en moins. Mes collègues l’ont d’ailleurs remarqué. Je suis de moins en moins fatiguée en rentrant du travail et j’éprouve de moins en moins le besoin d’élever mon pied
  • j’ai réduit les séances de kiné à 2 par semaine. Ca me fait toujours du bien d’y aller, même si je n’ai pas vu de progrès spectaculaires depuis la reprise du travail, au moins les manipulations me soulagent et je travaille sur des aspects un peu plus précis de la rééducation (j’essaie vainement de bosser la propulsion, mais pour l’instant ça veut pas)
  • je n’ai pas vraiment d’activité physique à côté, je me suis laissée le temps de reprendre le travail tout doucement. Je peux marcher environ 3 - 4 km sans conséquence et sans sentir ma cheville.
  • j’ai pas mal nagé cet été et ça m’a fait un grand bien, je recommande vivement d’aller à la piscine dès que possible, ne serait-ce que pour marcher dans l’eau. Je vais essayer de reprendre une séance de natation par semaine à partir de la semaine prochaine.
  • je vois le chirurgien pour un nouveau contrôle demain, on va fixer une date pour l’ablation des broches, nécessaire pour la suite du suivi. Je pense proposer les vacances de Noël, pour en avoir fini au plus vite!

Salut à tous,

de mon coté je m’en sors très bien au final, pour rappel:

  • 01/18 Fracture comminutive + énucléation de l’astragale
  • Déplacement important, risque de nécrose blablabla
  • A peu près 3 mois de plâtre
  • Puis 3 mois de reeduc intensive en centre avant de pouvoir remarcher à peu prêt sans béquille.
  • Suivit de 6 mois par un kiné classique.

A cause d’un cal osseux qui c’est formé, je suis bridé dans ma flexion dorsale d’a peu près 20%, j’ai perdu aussi de 5 a 10% dans les autres mouvements articulaires.

Mais cela ne m’a pas empêcher de reprendre le vélo dès que j’ai pu remarcher, ensuite la marche rapide petit à petit et aujourd’hui j’ai repris l’escalade et ça c’est plutôt bien passé. Je n’ai que de légères douleurs tout à fait supportables qui je pense vont s’estompées avec le temps.

La seul chose que j’ai pas encore tenté c’est le Tennis, les médecins me l’ont déconseillés ainsi que la course à pied. Cependant j’ai fais quelques footings et ca c’est pas trop mal passé.

Les médecins sont souvent pessimistes quand ils examinent ma chevilles. Mais tout compte fait il ne faut pas trop les écoutés, il faut surtout écoutés son corps et ces envies, y’aller progressivement et resté motivé.

Il y’a des jours ou je ressens plus la fracture que d’autres, au début ça me faisait flippé d’avoir ce qu’on redoute tous, la nécrose, mais c’est pas bon d’être tout le temps anxieux dès qu’il y’a une petite douleur alors maintenant j’y pense plus.

Pour répondre à Faz, moi j’ai fais un scanner à +4 mois, la fracture était encore bien visible et la zone de consolidation apparaissait étroite, c’est ce que le radiologue à mis dans son compte rendu. Mais le chir n’était pas du même avis.Comme il y’avait des fragments la zone était un peu poreuse ce qui laisse pensé que ca n’a pas bien consolidé.

Hello,
J’ai consigné mes états d’âmes post-fracture de l’astragale ici: Astragalère – Altitude-positive.net
Je commence à voir le bout du tunnel :+1: Bonne année !