Faut-il arrêter les compétitions sportives en montagne?

C’est vrai qu’il est tout à fait normal d’organiser le passage de 700 personnes en qq heures dans ce genre de passage…
Ce ne sont pas 700 personnes qui se trouvent par hasard au même endroit le même jour. Au contraire, tout a été fait pour qu’il y ait autant de monde ce jour là, dont des personnes qui n’y seraient jamais allés s’il n’y avait pas eu d’organisation.
Une discussion voisine mentionne une règlementation pour limiter la fréquentation suite à une surfréquentation non organisée. Et là on a une surfréquentation organisée…
Va falloir peut être commencer à se poser des question sur ces courses en montagne qui rassemblent des centaines voire milliers de personnes.
Ca vaut aussi pour d’autres activités : cette année l’étape du Tour de France ouverte aux amateurs (Briançon > Alpe d’Huez par le Galibier) a rassemblé plus de 17000 cyclistes (oui oui, 100 fois plus que le nb de coureurs pro du Tour). Je ne sais pas si c’est tous les ans pareil, mais ça me parait juste hallucinant de rassembler autant de monde dans ces lieux en même temps (car en plus des coureurs il y a souvent leur famille, etc).

8 Likes

Certes mais la « classique » passait bien par la cheminée


Je rejoins bubu. La montagne n’est pas un stade.

4 Likes

le Canigou est une classique et les embouteillages dans la cheminée ne sont pas si rares, même sans course organisée…

c’est un peu de la SF de dire que le rocher est parti parce qu’il y avait une course

mais à ce compte là, il faut aussi parler de l’UTMB, du grand raid des Pyrénées, des compétitions de ski-alpinisme, etc…

3 Likes

Personne n’a dit ça.
Je rebondissais juste à ta réflexion :

Ben oui justement c’est l’occasion d’en parler (et de foutre toute ces courses à la poubelle pour résoudre plein de problèmes d’un coup).

7 Likes

je peux vous donner des éclaircissements connaissant particulièrement le Canigou sous toutes ses faces
Hier, mon fils (38 ans) a fait « le Championnat du Canigou » pour la troisième fois avec un bon classement, il est passé au sommet à 10 h, l’écroulement est arrivé à 11.40, ouf pour lui !..
Ma fille, mes trois petites filles (8, 12 et 14 ans) et leur père étaient aussi au sommet pour soutenir la famille et commençaient à descendre la cheminée pour revenir sur le refuge des Cortalets par le sentier du Barbet et…le sol s’est effondré sous leurs pieds !..
Bref ouf aussi pour ma famille !..
mais 5 blessés dont deux graves et un qui va sans doute être amputé de la jambe, c’est un drame incommensurable ! Cette course était une fête ! La fête des catalans pour leur montagne mythique et magique ! Un drame pour toute la région, espagnoles compris !

En fait cette cheminée est magnifique mais elle existe parce que la paroi, il y a très longtemps, s’est effondrée pour créer justement ce passage splendide et ça continue…Une très large et imposante écaille presque sommitale s’est détachée de la paroi et en a entrainé d’autres dans une avalanche épouvantable au bruit assourdissant, blessant instantanément 5 coureurs, un a réussi à se protéger et a réussi à remonter tout seul une fois le cataclysme terminé…
Ce passage est pratiqué, en dehors de cette course, très très souvent par tout type de montagnard (randonneurs, grimpeurs, alpinistes) et à part des mini cailloux, rien de tombait depuis des décennies ! 1000 personnes sont passés dans la journée ? Et alors ? Des équipes avaient bien purgées cette cheminée avant la course et malgré ça…

En face de la face est du Canigou (magnifiques voies avec goujons de 300 m de haut entre le 5 et le 6), la face nord du Barbet (200 m), réputée pour ses escalades difficiles, elle aussi c’est effondrée il y a 10 ans sur 200 m de haut, 50 de large et 10 m de profondeur ! Et ce n’était pas le permafrost, juste le fameux « glacier du Canigou » qui a totalement disparu et qui faisait office de fondations à la paroi ! Plus de fondation plus de soutien, donc effondrement !
Le gardien du refuge des Cortalets, le guide Thomas Dulac, a placé des témoins dans la paroi et la surveille très régulièrement, merci Thomas !

Il faut accepter que la montagne, et ici le Canigou dans les Pyrénées Orientales, s’effondre pour la troisième fois depuis la formation des montagnes…Nous risquons ici, dans les Alpes, dans tous les massifs montagneux de la planète, nous risquons dis-je tous les jours notre vie car nos pas foulent de la matière vivante, évolutive et instable ! Ne comptez pas sur une aseptisation des espaces sauvages de la planète, impossible ! Et si vous pensez qu’il y a des responsables, passez votre chemin ! C’est que la montagne n’est plus votre amie

Ne critiquez pas ses « fous de trail », ses « fous de vitesses » et de performances ! Ce sont avant tout des fous de la nature, de la liberté, de l’effort gratuit et des passionnés d’aventure !! Comme nous ici sur C2C en randonnée escalade, alpinisme, parapente, etc.
Pour les Alpes, personnes sur ce site ne critique les coures hivernales et estivales de la Pierra Menta ?!

Chacun s’épanouit selon ses ressentis, ses vibrations et ses passions et n’oubliez pas que « notre liberté s’arrête là où celle des autres commencent ! »

7 Likes

Chacun est conscient qu’on évolue dans un milieu potentiellement à risque, les conditions actuelles en rajoutent une couche.
La Surfrequentation est une problématique qui pose de + en + de problèmes, et conduit peu a peu a des restrictions d’accès légitimes
Raison de plus de s’interroger sur le « bien fondé » de rassemblements de xx centaines … milliers de gugus, quelque soit le sport pratiqué

4 Likes

Là n’est pas la question. La question est la sur fréquentation d’un milieu de plus en plus fragile et dangereux où la fréquence de ce type d’évènement devient de plus en plus haute.

3 Likes

« …Ce sont avant tout des fous de la nature, de la liberté, de l’effort gratuit et des passionnés d’aventure… »
Qui ont besoin et qui apprécient de se trouver dans un grand bazar organisé balisé encadré … pré mâché … purgé de ses aléas
Faut pas pousser trop loin l’argumentaire
:face_with_head_bandage:

11 Likes

bah merde, ça fait un paquet de courses de ski de rando à interdire alors…

Si je prends le dernier drame qui a eu lieu en Italie, il n’y avait pas de compétition, ça n’empêchait pas qu’il y avait beaucoup de monde au même endroit.

ça me parait pas pire que 80 000 supporter dans un stade pour regarder un ballon

oui, ça s’appelle de la course à pieds. Tout le monde ne veut pas faire de l’alpi ou de la grimpe.
Y’a un communautarisme réactionnaire dans ce topic, c’est pas croyable.

8 Likes

« …Ce sont avant tout des fous de la nature, de la liberté, de l’effort gratuit et des passionnés d’aventure… »
Tu parles
L’aventure dans un stade de 80.000 places
:face_with_head_bandage::axe:

1 Like

Pas forcément. Il y a la forme du poste de Bubu qui est conforme à celle de ses écrits en générale. Mais au-delà de la forme on peut se poser la question du fond :

Est-il raisonnable d’organiser des grands événements dans des endroits fragiles (en terme de solidité de la montagne, de biotope, …) alors que l’on parle de plus en plus de mesure de restrictions ?

Pour moi, la réponse est non, et ce quelque soit l’événement. Par exemple, un grand raout de l’escalade familiale (ou de la rando pique-nique) dans les Calanques me semble peu indiqué au vues de la situation actuelle; alors que c’est très loin de la compétition collant-pipette.
Ça n’a rien à voir avec un communautarisme anti-trail ou autre. En tout cas en ce qui me concerne, et j’espère ne pas être le seul dans cette position. Et oui, la même question se pose pour la Pierra Menta (entre autre).

Je suis opposé à tout ceux qui parlent de sanctuariser leur montagne contre les autres (étrangers, autres pratiques que la leur qui est la seule bonne). Mais ça n’empêche pas de vouloir refuser l’organisation de gros événements qui ont souvent un impacte énorme.
Et puis, niveau sécurité on peut vouloir laisser les gens aller où ils veulent (y compris dans le couloir du goûter) tout en reconnaissant qu’organiser des gros événements qui attirent une foule (participants et spectateurs) pas toujours bien informée c’est clairement autre chose.

P.S. Attention aux jolies phrases « notre liberté s’arrête là où celle des autres commencent ! » qui se veulent absolues. Parce que en pratique je doute fort que quiconque ici verrait d’un bon œil la liberté de mettre des téléphériques et des héliports bétonnés partout en montagne. Au fond on est quasi tous d’accord pour mettre des restrictions d’usage (car certains nuiraient plus que d’autre au milieu), la seule différence est de savoir où l’on place la limite.

8 Likes

et pas seulement !

les courses d’orientation, le ski de fond, le spot mondial de parapente à Saint Hilaire du Touvet, les rassemblements spéléo, les fêtes de la randonnée FFRP, toutes les voies normales des montagnettes et de la haute montagne accessibles au plus grand monde où se succèdent entre 50 et 100 personnes à la haute saison, les courses de traineaux, les…

En plus, je me fais l’avocat du diable car je ne suis pas du tout dans ce trip là, plutôt adepte du sauvage, du différent, du calme, du solitaire ou de petit groupe d’amis, mais…

N’oubliez pas, pour les plus vieux d’entre nous, que dans les années 70, Jean Claude Droyer avait invectivé tous les grimpeurs qui promouvaient la compétition d’escalade (dont son origine est l’ex URSS) : Manifeste des 19 — Wikipédia (wikipedia.org)
et pourtant les grimpeurs français ont, pour la plupart, plongé dedans avec une facilité et une rapidité, sans que les vierges effarouchées de C2C s’en émeuvent !

« que celui qui n’a rien à se reprocher me jette la pierre… »

Attention à l’usage des mots :sweat_smile:

4 Likes

bah c’est pourtant ce qui s’est fait un peu partout non ? Quand tu regardes une carte de la savoie, c’est triste… À part un bout de parc dans les écrins et en vanoise c’est bien bétonné.

généralement les gros évennement sont très sécurisés, justement parce qu’obtenir les autorisations des communes et préfets sont difficiles et que l’organisation a une responsabilité.

C’est pas forcément le cas des « voies normales » où il peut y avoir tout autant de monde.

Pour moi, qu’il y ait 1000 personnes qui passe sur un sentier un jour, ou bien 200 par jour sur 5 jours, ça revient au même.

Ben ouais, j’ai la même opinion sur ces rassemblements, t’inquiète !

Sauf que ce n’est pas prévu d’avance ! Aucune garantie d’y trouver 50 personnes à la haute saison. Alors que le jour de la course du Canigou, on savait d’avance qu’il y aurait 700 personnes (en tout cas les organisateurs qui connaissent le nb d’inscrits le savaient), sans compter les familles, etc.
Et surtout, la plupart de ceux qui font des voies normales n’y vont pas pour y trouver 50 personnes. Au contraire, s’ils voient qu’il y a trop de monde à leur goût ils changent d’objectif sur place, ou avec de l’expérience, ils visent une période moins fréquentée. C’est entre autre ce mécanisme de fuite de la foule qui permet de répartir les randonneurs/alpinistes/grimpeurs sur différents objectifs. C’est le phénomène inverse d’une course organisée où les organisateurs font de la pub des mois à l’avance pour rassembler le plus de monde possible le même jour au même endroit.

Qu’est ce que tu en sais ? C2C n’existait pas dans les années 80, par contre je trouvais déjà que les compet d’escalade allaient à l’encontre de ce qu’on recherche dans l’escalade (alors que je ne grimpais pas, mais il y a des points commun à toute les activités douces en pleine nature). Mais au moins tant qu’elles ont lieu sur SAE, ces compèt n’encombrent pas les falaises, ce qui n’a pas toujours été le cas !

je ne me reconnais pas dans le « on », donc tu peux mettre un « tu ».
D’ailleurs, on a bien vu que le manifeste était des paroles en l’air puisqu’il a été bien vite oublié. Et même violé dans l’année, par exemple par Destivelle.

ouais, mais des vierge effarouchée, ça, y’en avait (j’aime bien Charles Bronson)

2 Likes

C’est un « on » impersonnel, donc non, je ne me soumettrai pas à ton injonction, désolé !!!

C’est typique des réactionnaires, ils pensent parler pour la majorité, leur norme, c’est la norme.

3 Likes

Depuis la commercialisation de ce genre de courses, avec la mise en coupe réglée de beaucoup d’organisations par des marques (Salomon notamment mais toutes les autres…) et l’explosion exponentielle de ce marché de busines de loisirs, il y a maintenant largement plus de oui-ouin, pinpins…donnez-leur votre qualificatif préféré, que d’amoureux de la montagne ou de la randonnée.
Des personnes qui, comme les « summiters » de l’Everest, viendront se la péter le lundi matin à la machine à café.
Des gens de la start-up nation si je puis dire.

(j’ai participé à ma première course de ce genre en 1990 sur le Tour pédestre de Chartreuse, crée deux ans auparavant par F.Maillet puis rebaptisé "Grand Duc une dizaine d’années après quand l’ONF a arrêté d’en être la cheville ouvrière. Nous étions entre 20 et 25 à prendre le départ.
Et quatre fois à la course du Canigou dans les années 90)

1 Like

Sans oublier toutes les falaises équipées/balisées/purgées/prémâchées…

1 Like