Triple fracture cheville

Bonjour à tous,

Je me suis fait une triple fracture de la cheville (péroné et malléole interne et externe) avec luxation à Arkose Genevois (salle d’escalade de bloc) le 28 novembre 2019. Ça m’a beaucoup aidé de lire des témoignages d’autres personnes durant mon immobilisation, et cela m’aide encore aujourd’hui pour la rééducation, alors je me suis dit que peut-être mon expérience pourrait servir à d’autres. :slight_smile: Il va sans dire qu’elle n’est nullement généralisable, ce n’est qu’un (tout) petit plus par rapport aux conseils que vous pourriez obtenir des professionnels de santé !

J’ai donc 26 ans, pas un très gros niveau de grimpe (6b max en tête en extérieur), mais je suis assez sportive : athlé, rando, ski, badminton entre autres. J’étais fatiguée physiquement et psychologiquement, le moral n’était pas au beau fixe, je suis tombée de tout en haut du mur et j’ai très très mal réceptionné. Les pompiers m’ont emmené au Centre Hospitalier Alpes Léman, ou l’on m’a retiré le chausson puis fait quelque radios, avant de me shooter à la morphine et au protoxyde d’azote pour réduire la luxation. Les soignants étaient très sympathiques et enclins à blaguer, ce qui m’a vraiment aidé à gérer la douleur durant tout le processus.

Je suis passée sur le billard le lendemain vers 12h, sous anesthésie générale. Le chirurgien orthopédique est venu me voir avant l’opération pour me rassurer, et après mon réveil pour m’expliquer ce qui avait été fait : pose d’une plaque sur le péroné et la malléole externe, broche pour maintenir la malléole interne, et deux vis pour réencastrer des fragments à l’arrière du pilon tibial. Je suis sortie deux jours plus tard avec un plâtre fendu, interdiction de prendre appuis pendant 6 semaines, et un rendez-vous 15 jours plus tard pour faire une radio de contrôle, enlever le plâtre et passer à une résine.

Les 15 premiers jours ont été assez difficiles, j’avais peu de douleurs à la cheville donc quasi pas d’anti-inflammatoires en journée, par contre mon pied gonflait énormément. Le plâtre était écarté au max mais il appuyait quand même sur les vaisseaux à cause de l’oedème, ce qui me causait d’étranges sensations de brûlure la nuit. J’ai d’ailleurs perdu un peu de sensibilité sur le dessus du pied, mais c’est aussi lié au matériel dans la cheville. Je maintenais toujours la jambe en l’air pour limiter le gonflement, et surtout j’ai été sauvée par la glace. C’est hyper efficace pour faire refroidir le plâtre et ça fait un bien fou ! J’ai vraiment rongé mon frein pendant cette période, mais les livres, les films et mes amis m’ont permis de surmonter le manque d’activité physique. :slight_smile: Par contre j’ai énormément bougé les doigts de pied et contracté le mollet, sur les conseils de mon chirurgien.

Au bout de 15 jours on m’a donc enlevé le plâtre pour me mettre une résine, beaucoup plus légère, un vrai soulagement ! À cette occasion j’ai pu constater à quel point la fonte musculaire était rapide, c’est un peu flippant mais c’était le prix à payer pour guérir correctement. Le point positif c’est que la radio était très encourageante pour la suite. On m’a aussi enlevé les agrafes des incisions, j’étais bien plus à l’aise dans la résine grâce à ça.

S’en est suivi encore un mois d’immobilisation, au cours duquel j’ai occupé mon temps de diverses façons : encore plus de bouquins, de films, un peu de muscu pour ralentir la fonte musculaire quand j’étais motivée, des « balades » de 200m sur le chemin devant chez moi en béquilles, et une petite semaine chez mes grands-parents en Bretagne pour ne plus entendre parler de ski et de neige, haha. :sweat_smile: Je dois préciser ici que j’habite en coloc’, c’était vraiment cool d’avoir du monde avec qui discuter tous les soirs et ils m’ont beaucoup aidé au quotidien. Pour moi ça a été un vrai soulagement car c’est difficile de tout faire chez soi lorsqu’on est en béquilles, et qui plus est ça ne permet pas de se reposer réellement. Ça ne veut pas dire qu’on ne peut rien faire, mais j’ai du bien calmer le jeu. ^^

Le 13 janvier je me fait enlever le plâtre, la radio de contrôle est nickel, de bons cals osseux sont apparus, l’interne me dit que je peux poser le pied directement et essayer de prendre un semi appui avec les béquilles. C’est donc ce que je fais dans les couloirs de l’hôpital, et à ma grande surprise (mais ça fait bien mal quand même) je tiens debout, tadaaam !

L’après-midi même j’ai rendez-vous chez la kiné, et là je tiens à dire que je suis tombée sur un petit centre au top : balnéo, salle de muscu et plein d’accessoires bien adaptés. Des professionnels très à l’écoute, et surtout l’organisation permet de rester longtemps à chaque séance car il y a beaucoup de place. Mes séances durent à chaque fois entre 1h30 et 2h entre l’échauffement, les éxos et les étirements. On m’a tout de suite recommandé de faire des balades quotidiennes tout en gardant les béquilles, pour remuscler tranquillement sans que ne s’installe une boiterie. Deux semaines plus tard j’ai complètement lâché les béquilles, et au bout de trois semaines j’ai repris le volant (quelle libération !), recommencé à faire mes courses, tout en continuant mes marches quotidiennes en forêt.

En deux mois j’ai beaucoup récupéré grâce à la kiné, aux exercices modérés et au repos. Le travail s’est concentré d’abord sur la souplesse de l’articulation, puis beaucoup sur la proprioception, en enfin la remusculation. J’ai repris les petites randos après un mois sans plâtre.

Aujourd’hui tout n’est pas rentré dans l’ordre, j’ai encore pas mal de raideurs et parfois des douleurs au niveau du cartilage, je ne peux pas dire que je marche « sans y penser ». Mais j’ai refait un peu d’escalade avant le confinement, aucune douleur ! Je marche sans problème, je recommence même à courir tranquillement, j’attends la fin du confinement pour commencer le vélo et reprendre la kiné. Je fais aussi beaucoup de renforcement musculaire, et des étirements. J’ai toujours une poche de froid au congèl’ pour après l’effort, je ne prends pas d’anti-inflammatoires. Je me ferais enlever le matériel au printemps prochain (à ma demande pour profiter de l’hiver, mais ça aurait pu se faire en octobre), après quoi je devrai limiter les activités sportives pendant trois mois. Ma cheville gonfle encore pas mal mais c’est normal, je me suis fait prescrire des bas de contention pour pallier à cela, ça marche assez bien. Je n’ai pas retrouvé tous mes muscles mais j’y travaille ! D’ailleurs si vous avez des idées pour faire travailler uniquement la jambe gauche, je suis preneuse. :grinning:

Voilà, j’espère que mon témoignage sera utile à quelqu’un, et je souhaite plein de courage à ceux qui sont encore immobilisés, c’est long mais ça vaut la peine de faire les choses correctement. :slight_smile:

Bon confinement à tous !

2 Likes

Bonsoir,

As-tu surélevé le pied de ton lit de 5/7cm cm environ pour dormir les pieds légèrement surélevés. Cela favorise la circulation sanguine dans les jambes. Je dors comme cela depuis la fracture de ma cheville en 2003. Avec l’opération de mon névrome au pied cet hiver, j’ai aussi utilisé un oreiller dédié pendant 3 semaines + bas de contention.

Bonjour Criss,

Non j’avoue que je ne met plus la jambe en l’air la nuit depuis un moment. Je vais m’y remettre pour voir. Merci pour le conseil ! Comment va ta cheville aujourd’hui ? As-tu retrouvé toute ton amplitude de mouvement ?

Au bout de plus de 15 ans, oui ma cheville ne me pose aucun souci. Parfois, quelques douleurs aux tendons selon le temps mais l’os est nickel. Même le chirurgien avait été surpris au bout de 45 jours. C’était une fracture de la malléole externe.

Surélever ton sommier en glissant des bouts de bois de 5 cm (un seul bloc) suffit. Après cela devient difficile de dormir sur un matelas plat. Quand je randonne en itinérance+bivouac, je mets mon sac à dos sous les pieds aussi ; dans les refuges une couverture pliée.

D’accord, merci pour ta réponse. :slightly_smiling_face:

Pendant quelques années, au réveil j’ai effectué des cercles pied flex et pointe avec ma cheville. Cela m’arrive encore de temps en temps.

Je laisse aux grimpeurs/grimpeuses le soin de te donner des conseils d’exercices appropriés avec une triple fracture (ouille, ouille, ouille).

Bonjour Azi.

Je n’ai pas eu exactement la même blessure que toi (pour moi, c’est plus grave et au bout de presque 9 mois, je ne peux pas grimper ni courir, et même la marche est encore douloureuse et lente) mais c’est également au pied/cheville et pour la rééducation c’est similaire. A cause de la pandémie, j’ai dû arrêter les séances de kiné (j’en avais aussi une de balnéo) mais je continue à faire quelques exercices. Et malgré le confinement, j’ai pu recommencer le VTT la semaine dernière (j’ai la chance de pouvoir en faire un peu dans ma résidence :smile:).

Pour les raideurs de la cheville, surtout le matin, je la fais tourner sur un gros ballon assez mou (comme ceux du kiné) que j’avais acheté il y a quelques années pour des problèmes de dos (ça s’appelle « ball fit » ou un truc comme ça): c’est très efficace pour marcher tout de suite sans problème le matin au réveil. Par contre pour la proprioception, je n’ai pas de plateau instable et je n’ai pas réussi à m’en fabriquer un avec ce que j’ai chez moi: il va sans doute falloir que j’attende le déconfinement :confused:.

Et pour faire travailler uniquement les muscles de la jambe gauche: monter sur la pointe du pied gauche uniquement ou sauter à cloche pied si tu peux. Et aussi des exos (difficile d’expliquer sans montrer) avec des élastiques si tu as.

Bon courage, bonne rééducation et bon confinement.
P’tit’ étoile.

P.S.: Moi non plus, je ne surélève plus le pied pour dormir depuis quelques semaines, mais je continue à le surélever quand je lis dans le canapé.

Bonjour P’tit Étoile et merci pour ton retour, je suis désolée pour toi et j’espère que ta convalescence ne durera plus trop longtemps !

À la maison je fais aussi rouler mon pied sur un ballon, j’utilise un skate (assise sur une chaise je fais aller mon pied en avant et en arrière en appuyant au max pour que le pied reste à plat, c’est douloureux mais efficace et sans mettre tout le corps en charge dessus donc assez safe), et je me mets à genoux sur un tapis pendant quelques minutes avec les pieds sous les fesses. Je fais des étirements en mettant l’avant du pied sur une marche, et en chargeant progressivement (il faut une rambarde pour se tenir).

Je vais tester le cloche pied demain, on va voir ce que ça donne car j’ai oublié de préciser que mon cartilage était abîmé en deux endroits, pile poil sur les zones d’impact. ^^

Pour la proprioception fine il y a un truc génial qui s’appelle propriofoot, je te laisse regarder car c’est difficile à décrire comme ça mais ça a été très efficace pour moi et je crois que tu peux les commander (mais c’est cher, 64 €. >_<) . Il paraît que marcher dans des galets c’est le top mais bon, il faut en avoir près de chez soi. ^^

Du courage et bon confinement à toi également !

Ah, dans ce cas, ce n’est effectivement peut-être pas très bon, car pour des cartilages abimés, il ne faut pas de choc.

En ce qui me concerne, je savais que la convalescence pouvais être très longue (d’autant plus que je ne suis pas jeune) et que y compris il y a une forte probabilité pour que je garde des séquelles. J’espère pouvoir regrimper (sûrement pas en tête avant longtemps :fearful:) et refaire du ski de rando et un peu d’alpi mais ça risque de ne pas être pour sitôt (déjà en novembre dernier, le chirurgien m’avait parlé d’un an pour recommencer à grimper).

Pour le skate, je n’en ai pas. Pour la position à genoux assis sur les fesses, j’essaie aussi, mais outre le défaut d’extension du pied, j’ai aussi une problème au genou (LCA+ménisque) et déjà avant ma blessure, j’avais du mal à plier complètement le genou.

Et sinon, moi aussi je fais des exercices sur une marche d’escalier (j’ai une mezzanine) avec seulement l’avant du pied sur la marche (j’en faisais en kiné en balnéo).

Pour les galets et/ou la plage, non, c’est très loin de chez moi :wink:.

Sinon, j’ai vu que c’est à Arkose à Genève que tu t’es blessé grièvement? Apparemment, il y a tout de même beaucoup d’accidents graves dans cette salle: ici même, il y a Madda qui témoignait il y a quelques mois (en octobre, je crois) après une grave fracture du calcanéum dans cette même salle (le fil s’appelle « accidentologie en salle de bloc », je crois ou quelque chose comme ça). Il faudrait tout de même alerter les responsable de cette salle, voire porter plainte!

P’tit’ étoile.

Mince alors, qu’est-ce qui t’es arrivé si ce n’est pas indiscret ?

Oui effectivement il y a beaucoup d’accidents dans cette salle (c’est proche de Genève mais côté France), graves ou moins graves. J’ai une copine qui s’est également cassé une malléole, et deux autres qui se sont fait des entorses. Les soignants en chirurgie orthopédique m’ont dit qu’ils en voyaient toutes les semaines, et aux urgences c’est pire… Selon moi il y a plusieurs raisons : la dureté des tapis, le style d’ouverture parfois, la fréquentation, pas de présence systématique d’un BE…

Tout ça se discute bien entendu mais je me suis renseignée, les services départementaux se sont penchés sur le sujet et ont fait des visites là-bas, suite à d’autres plaintes et à un mort dans une autre boîte (Vitam Parc, une structure de voies). Ils sont pile-poil dans les clous, le département a fait des recommandations mais pas d’obligations de les suivre… Du coup la Haute-Savoie fait pression pour des réglementations plus précises et contraignantes mais c’est long à évoluer. ^^

Beaucoup de blessures aussi à Arkose Marseille. A priori les tapis de sol sont trop durs.

Bonjour Azi.

Non, ce n’est pas du tout indiscret et j’en ai déjà largement parlé sur un fil dédié :« fracture du calcanéum » :wink:. J’ai eu une fracture comminutive (=multifragmentaire) du calcanéum suite à un vol pendulaire en tête sur une couenne (donc je suis entièrement responsable de ma blessure :innocent:) . Et le calcanéum (comme l’astragale), ce n’est vraiment pas un os à se fracturer, surtout à mon âge :worried:.

Et pour l’autre personne qui s’est fracturé aussi le calcanéum, c’était aussi à Arkose, mais je n’ai pas bien compris si c’était à Genève ou comme toi à Arkose Genevois (désolée, je ne suis pas du coin et je pensais naïvement que le Genevois c’était Genève et ses environs :blush:, mais j’aurais dû y penser puisque j’ai fait du parapente au Salève il y a quelques années, et je passais souvent par Saint-Julien-en-Genevois :innocent:)

P’tit’ étoile.

Pwolala oui ça a du être difficile, et je comprends que tu aies de grosses appréhensions à remonter en tête. :grimacing:

C’était bien dans la même salle à Arkose Genevois, j’ai lu son témoignage. Visiblement ça se passe comme ça dans beaucoup de grosses salles toutes neuves qui font leur marketing sur une image ultra-safe sans faire les efforts nécessaires sur le matos et la prévention. Pour ma part je fréquentais assidûment cette salle, je suis tombée plein de fois de très haut sans me faire mal. J’ai tellement mal géré la réception que je ne pouvais que me blesser, mais avec des tapis plus mous (comme j’ai pu en voir dans d’autres salles moins commerciales) ça aurait sûrement été moins grave. Je ne me suis pas gênée pour leur faire part de ma colère mais ils sont dans les clous donc juridiquement rien n’est faisable… Voilà voilà, c’est sûr que je n’y retournerai pas du coup. ^^

En tout cas je te souhaite plein de courage et que tu puisses reprendre tous les sports que tu aimes malgré cette épreuve.

Bonne journée à toi. :blush:

Bonjour, j’ai subi une fracture peronnet /bimaleolle à 17 ans , (j’en ai 47) j’ai eu à peu près le même traitement… billard etc… aujourd’hui j’ai encore mal lorsque je force trop ou si il pleut, mais rien de méchant , par contre j’avais un peu bâclé la rééducation et j’ai perdu 10 degrés, jamais récupéré depuis… par contre aucune faiblesse pas même une entorse…

Merci Azi.

Au moins, en ce moment, je n’ai pas de regrets de ne pas pouvoir grimper ou aller en montagne :wink:.
J’espère aussi reprendre à peu près tous les sports que je faisais avant (pour le parapente, ça risque d’être dur car j’étais encore débutante).

Bonne journée à toi aussi.
P’tit étoile