Réparation de fixation de ski lowtech avec des inserts traversants de snow

Bonjour,

J’ai arraché une fixation avant low tech sur mes skis de randonnée Atomic Aspect, et au lieu de mettre 5 inserts à visser (de ce genre), je pensais en remplacer trois par des inserts traversants (de ce genre), pour garantir la solidité de la réparation. Mais j’ai un doute car je trouve très peu d’information dans les forums, et à la vente ils sont toujours présentés comme inserts pour snowboard. J’ai également demandé à un vendeur qui m’a seulement répondu « Ils sont difficilement utilisables sur des skis » sans plus de précisions.

Est-ce que vous savez si on peut utiliser ce type d’insert sur des skis, ou quels seraient les problèmes de le faire ?

Merci

Il va falloir que tu fasses trois gros lamages dans ta semelle, avec un outil spécifique, car, sur le modelle d’insert que tu cites on dirait qu’il y a un angle pour la surface de contact.
Ensuite, il va falloir t’assurer que le diamètre des inserts soit suffisamment petits de manière à ce qu’ils ne soient pas trop rapprochés afin que la semelle ne se décolle pas au premier accroc ou fartage, à voir aussi la proximité des carres.
En plus, la construction d’un ski n’est pas du tout la même qu’un snow et l’appui des inserts va se faire sur un bois (ou autres matériaux) assez tendre que tu risques de déformer ou défoncer au serrage.
Ceci dit, sur des skis cailloux, un collègue a déjà fait cela avec de simples vis à tête fraisées.

2 Likes

Ah… le noyau est différent, c’est donc la raison…

Il y a effectivement un outil spécifique (par exemple ici), mais j’avoue que je pensais le faire plus artisanalement une fraise ou mèche plate du bon diamètre, puis en sculptant avec une petite fraise sur dremel.

Ils font a priori 16mm de diamètre, ça me laisse 14mm de semelle entre deux, et pas loin de 20mm avec les carres, donc je suppose que ça ne devrait pas poser de problème de ce point de vue là.

L’idée est également de ne pas garder ces skis comme paire principale, mais de secours et/ou skis cailloux effectivement. Ca m’embête juste de tout jeter juste pour ce problème, alors que le ski semble avoir gardé sa rigidité.

Si je comprends bien dans le montage de ton collègue les vis/boulons à tête fraisée étaient introduites par le côté semelle, et un écrou venait bloquer sur le dessus de la fixation ? Pourquoi pas, mais ça fait une surface d’appui plus limitée, et il faut rattaquer la semelle pour reserrer ou démonter.

En mode bricolage j’ai aussi envisagé de simples écrous à frapper en magasin de bricolage (de ce genre là), plus simple car surface de contact plate, mais par contre il faut empiécer un morceau de semelle par dessus…

Hello, le plus simple est de mettre des inserts laiton à frapper que tu auras collés préalablement. Cela nécessite juste de repercer dans les mêmes trous avec un diamètre supérieur. En général ça tient très bien, à moins que le noyau soit déjà pourri.
Si tu veux mettre des inserts de snowboard, 2 raisons d’être prudent : rando = noyau light, pas sûr que ça ne fragilise pas trop le ski. Et les trous de butée avant sont je pense trop rapprochés les uns des autres. Sur une talonnière ça poserait moins de problème, encore que ça dépend des modèles.
Dans tous les cas, si tu veux en mettre, lorsque tu achètes les inserts il faut également acheter la fraise spéciale qui va avec. Ensuite percer à travers le ski avec du 8, puis fraiser côté semelle avec l’embout spécifique, à la défonceuse si possible pour avoir une vitesse de rotation très élevée.
Bon bricolage :wink:

1 Like

Salut je l’ai fait sur des gros skis avec 1 noyau light( pareil, butée arrachée sur 1 choc), ça tient bien^^, j’avais la fraise adaptée, juste quand tu traverses le ski avec la mèche ça fait bizarre. 1 montage à blanc permet d’assurer le coup. Les inserts laitons, dans 1 noyau light, ça tient guère mieux que l’origine, suivant la cause de l’arrachement et si tu ski avec la fix bloquée, ce qui n’est pas conseillé mais parfois nécessaire suivant les skis. J’ai anticipé en montant l’autre ski aussi en inserts. En espérant que ça t’aide! Si c’est juste pour sauver 1 ski, 1 bricolage plus rustique doit suffire.
Amuse toi bien.

1 Like

Merci pour vos témoignages.

Même si le ski a l’air encore solide, et donc je suppose n’a pas le noyau complètement pourri, il a quand même l’air d’avoir un peu ramassé autour des vis, c’est pour ça en effet que je ne suis pas complètement confiant seulement dans des inserts simples, même avec de l’araldite. D’ailleurs deux magasins spécialisés ont refusé de faire une réparation. J’ai cru comprendre que les inserts laiton à frapper (dans ce genre là) étaient moins résistants que les inserts laiton à visser ? (et je ne parle pas des inserts à frapper en plastique type cheville)

Donc si j’essaie de résumer les inconvénients des inserts type snowboard:

  • le noyau d’un ski de rando est plus léger, donc pourrait se faire écraser au serrage ou lors d’une contrainte. Il faut y faire attention au serrage donc, mais après lors d’une contrainte ça ne pourra toujours qu’être plus solide qu’un insert en force ou vissé…
  • toujours car le noyau est plus léger, les trous traversants en 8mm, et peut-être un peu le lamage/fraisure de 16mm x 3mm côté semelle, peuvent fragiliser le ski à cet endroit. Donc ne pas trop en mettre, et pas trop rapprochés… A voir si j’en mets 3 en triangle ou 2 en diagonale.
  • la distance entre les trous de butée avant est plus faible, il faut que ça passe, et qu’il y ait assez de semelle entre les deux. J’ai 30mm sur les miens, avec des inserts de 16mm ça laisse 14mm entre…

Par contre comme je n’ai vraiment pas envie d’investir dans les 50-70€ de la fraise spéciale, et que dans tous les cas ce sera du bricolage, je me pose de plus en plus la question de mettre des écrous à frapper basiques de bricolage.

Vous pensez qu’il y a moyen de découper le morceau de semelle assez proprement pour le recoller par dessus à l’araldite après installation des inserts ?

oui bien sur, tu fabrique un emporte pièce avec un tube dont Ø inter est égal au Ø de l’insert, mais celui que tu présente sur le lien est déjà recouvert « Inserts hauteur 9mm, avec embrase noire polyéthylène 2mm »
(sinon « métalgrip » pour que ça colle sur le métal et pour finir, bougie classique)

En fait je me demandais surtout si je pouvais réutiliser le morceau extrait, ou si le décoller après avoir découpé allait trop le déformer et le rendre inutilisable, car je ne trouve pas de morceaux de semelle neuve à prix raisonnable pour faire un vrai empiècement…

J’ai trouvé cette vidéo (à 1’17), et ça a l’air assez souple, ça semble jouable…

Tout à fait, mais je pensais là à l’hypothèse écrou à frapper basique de magasin de bricolage à la place, pour ne pas avoir à acheter la fraise spéciale.

Question qui n’apporte pas d’aide, mais pourquoi tu ne le fais pas faire en magasin ? Là où je bosse, c’est 6€/inserts laiton, 10€ pour des inserts type snowboard. Est-ce que ça vaut vraiment le coup de s’emmerder ? Après, si tu aimes bricoler je comprends tout à fait.

1 Like

Alors je suis complètement d’accord, c’est la première chose que j’ai cherché à faire, je suis allé les montrer dans deux magasins spécialisés, le problème c’est que déjà c’était 15€ par insert (fois 5 donc), et surtout qu’ils ont refusé de faire la réparation car ils n’étaient pas surs que ça tienne, et que 10 ans c’est la durée de vie de skis de rando… Et quand je leur ai parlé d’inserts traversants ou d’ajouter une plaque métallique comme j’avais vu sur certains forums, ils m’ont répondu qu’ils ne faisaient pas ou que c’était du bricolage…(ce qui n’est pas faux). Il faut dire que le top sheet est fendu entre deux des 5 trous, et qu’ils pensaient que c’était plus profond que ça.

D’où aussi le fait que je regarde plutôt du côté des inserts traversants que des inserts à visser. Je me suis rassuré en constatant que le ski était aussi rigide et résistant que l’autre en supportant de la même manière mes 85kg posé entre deux tréteaux, mais ça reste une opération sauvetage, qui explique aussi que je préfère limiter l’investissement… (je les ménagerai et ne les garderai qu’en secours / cailloux). Et puis oui j’aime bien bricoler, et surtout je n’aime pas jeter ce qui est réparable !

:roll_eyes: si tu sors, on va dire, de novembre à fin juin (les bonnes années) à raison de deux sorties par semaines, ça m’étonnerai :joy:.
Si tu tiens à monter ce style d’inserts (pas très précis et plains de rayons de cambrage qui les empêchent de plaquer correctement si on ne serre pas comme un bourrin) entraine toi avant sur un bout de bois pour te régler et fait attention à la longueur des crochets (pas très pointus) qui risquent de traverser des couches de matière différentes et créer un délaminage.
Pour les recouvrir sers-toi d’un emporte-piece bien affûté et si possible sur un bout de semelle récupérer sur un vieux ski ,ou comme je disais plus haut, une couche de « métal grip » et une couche de « bougie » au fer à souder (pas de briquets :scream_cat: :clown_face:)

1 Like

Surtout que je suis très loin d’être sorti aussi souvent, en particulier ces dernières années avec l’arrivée de minipouce… (enfin, j’ai quand même fait l’erreur de faire deux semaines en station à raison de 2h30 par jour…)

Tu parles de cambrage de la partie « écrou » non rectiligne, ou de la partie « rondelle » non plate (ou des deux non perpendiculaires) ?

Je m’étais posé la question en effet, les détordre n’est sans doute pas une bonne idée au risque de déformer toute la pièce, mais je me disais que je pouvais passer un petit coup de mini-meuleuse pour les raccourcir… Le risque de délaminage est lié au fait de créer un passage entre les différentes couches (mais il est censé y avoir étanchéité avec la colle), ou au risque de séparer des couches pendant l’enfoncement ?

Sur un vieux ski ça veut dire que tu déconseilles de réutiliser le morceau d’origine ? Un cutter ne peut pas faire l’affaire à la place de l’emporte-pièce (si pas besoin de faire deux découpes identiques car réutilisation) ?

J’avoue que je n’était pas fan à l’idée de mettre une trop grande surface de bougie, je trouve ça tendre, il y a souvent des bulles d’air, et je pensais carrément enlever des bandes longitudinales s’étalant sur deux trous pour limiter les transitions… mais du coup je note le coup du fer à souder, j’avais vu le briquet dans tous les tutos, mais le fer ça doit moins surchauffer et permettre de mieux réguler la vitesse !

Allez je vous mets une petite photo d’illustration quand même:

Je m’autoréponds, je suis passé au brico du coin, et effectivement la partie rondelle est assez ondulée, à cause de la coupure des pointes en force j’imagine. Ca me donne presque envie de redresser les pointes, ça me permettra plutôt d’aplanir l’ensemble que le contraire au final (elles sont longues mais pas très larges).

Et j’ai découvert par la même occasion qu’on trouve aussi des inserts à visser en magasin de bricolage, au rayon quincaillerie pour meuble, ça s’appelle manchons à visser, et c’est la même chose mais avec un filetage métrique à l’intérieur. La taille M6 fait 12mm de long, 12mm de diamètre avec le filetage, et 9mm de diamètre sans le filetage, soit un peu plus gros que les inserts de ski, ce qui m’arrange au final car ça passe quand même et ça tiendra mieux. Ils sont en acier, mais ça ne devrait pas être un problème puisque de toute façon s’ils se retrouvent en contact avec de l’humidité c’est que j’aurai un plus gros problème avec le bois du ski…

Non le fer à souder chauffe probablement moins, mais suffisamment pour bien fondre la matière (on parleras d’un gros fer à souder et pas d’un tout petit pour l’électronique; les pistolets à bougie des professionnels font si j’ai bien compris entre 400 et 500 w)
Avec les gouttes de la bougie qui a été enflammée au briquet (flamme bleue ou pas de la bougie) sa monte bien plus haut en température, sa brule la matière qui produit et inclus du carbone à la réparation.
Pour le reste, pour du bricolage, (sur des skis cailloux) tous les moyens seront bons si c’est fait avec soins et un peu de logique de bricolage (les goûts et les couleurs ne se discutent pas)

J’ai commencé l’installation d’un insert pour voir, vu que je pensais en mettre au moins 2 sur 5. J’ai percé avec ce que j’avais : forêt métal 8, puis fraise plate 8 pour aplatir le fond, et forêt à bois 9 sur la première moitié pour pouvoir amorcer correctement. Ca m’a permis de mieux voir l’état du noyau, il y a du bois clair et du bois plus foncé qui a dû prendre l’eau, mais pour l’essentiel ça m’a l’air propre:

L’insert est bien fat quand même, et je suis tenté finalement par ne mettre que des inserts pour me simplifier la tâche. On passe quand même d’une section de filetage d’environ 15mm2 à 50mm2, et d’une profondeur de 8mm à 12mm, donc je me dis que même s’il y a des parties du bois qui ont pris l’eau et ne sont plus aussi résistantes (a priori environ le quart ou moins), l’ensemble doit rester largement aussi solide qu’avec le montage d’origine…

Pour visser l’insert j’ai dû utiliser un long boulon à la place du tournevis dans la fente, car il avait tendance à se visser de travers et je n’arrivais pas à le maintenir droit. De toute façon je pensais faire pareil pour le montage final avec la colle à l’extérieur, pour protéger l’intérieur:

befff moi je mettrais les cinq comme çà !! puis tu colle le tout à l’araldite (inserts avec un désaffleurement légèrement négatif) en protégeant au mieux les filetages. peut-être un peu de colle sur les fentes aussi et une bonne nuits en presse.

Beau bricolage :+1: un peu de colle à bois quand tu remontes la fix et le tour est joué.

Merci de la confirmation à vous deux !

Par « négatif » tu veux dire insert légèrement plus enfoncé que la surface du ski je suppose ? Mais pourquoi besoin de le mettre sous presse alors ? (enfin il faut aussi que je recolle le top sheet fendu pour étanchéifier, et pour ça je vais mettre sous presse oui)

Il y a encore une question là, je pensais faire en deux temps:

  • d’abord installer et coller l’insert par l’extérieur à l’araldite (enfin époxy bi-composant lente Sader), en gardant le filetage intérieur protégé effectivement, laisser sécher
  • puis procéder au montage des fixations en noyant le tout à nouveau à l’araldite, y compris le filetage intérieur (pas prévu de démonter).

Je sais qu’il y a un débat colle à bois vs araldite pour la seconde étape, mais toutes les colles à bois que j’ai vues en magasin déconseillent fortement le contact avec le métal, et j’ai l’impression que les problèmes de craquelage que certaines personnes ont eu avec l’araldite est liée à l’utilisation de version rapide qui est moins flexible donc plus cassante…

Je parlais bien de la mise sous presse pour le collage de la « feuille supérieure ».
En se qui concerne les le désaffleurement négatif des inserts ( 0/0,3 maxi)c’est pour que la fixation ne viene pas directement en appuis dessus car une fois collé ils ne bougeront plus.

Voilà je m’y suis mis hier soir, j’ai finalement tout fait d’une traite car de la colle avait commencé à contaminer le filetage intérieur. Je n’étais pas top en terme de précision, à la fois sur la position (car j’ai fait l’erreur de percer avec le foret à bois 9 juste derrière le foret métal 8, et comme il a le bout plat il ne se centrait pas automatiquement) et sur l’orientation des inserts au vissage (à cause du grand pas des inserts, malgré l’astuce du boulon), donc j’ai dû élargir légèrement le trou dans le plastique de la fixation pour avoir à peine de jeu pour ajuster (de toute façon il fallait le faire pour pouvoir plaquer correctement en serrant). J’ai tout serré une première fois sans colle pour vérifier que tout était bon, puis j’ai recommencé avec la colle époxy, à l’extérieur des inserts puis à l’intérieur.

J’ai un peu galéré à retirer les anciennes vis de la fixation aussi, une est venue toute seule, mais pour une autre j’ai dû la pousser par la pointe au serre-joint pour pouvoir la dévisser, pour deux autres tailler une fente dans la pointe à la mini-meuleuse pour la dévisser en appuyant par la pointe, et pour la dernière j’ai carrément dû l’extraire en force à la tenaille (j’ai essayé de la percer mais elle tournait…).

J’ai aussi dû meuler au tour la tête de la cinquième vis car elle ne passait pas dans le trou central de la fixation (même les têtes creuses ne passaient pas en M6)
IMG_9408_small

Et j’ai fait deux autres erreurs aussi, on va dire la fatigue… Un des trous n’était pas assez profond (je pense que c’est parce que la fraise avait tendance à s’engorger, car j’avais réglé la butée de la perceuse à colonne), je n’ai pas vérifié au premier montage, et ça a fait une légère bosse sur la semelle, que j’ai dû raboter un peu… c’est con parce que j’avais la place de faire le trou plus profond, ou j’aurais pu aussi meuler légèrement le boulon pour le raccourcir. La deuxième erreur c’est qu’après avoir fini j’ai bêtement mis à sécher les skis à côté du radiateur… debouts, donc la colle pas encore sèche a pu couler un peu.

Bref malgré tous ces petits problèmes (j’ai dit que j’aimais bricoler, pas que j’étais bon bricoleur XD), je pense que la mission est accomplie. J’ai sauvé cette paire pour 10€ de quincaillerie et 10€ de colle, et de l’outillage standard, et ça me laisse le temps de respirer pour trouver leurs remplaçants. Je serai en station ce week-end, j’en profiterai pour tester qu’il n’y a pas de soucis avant de partir dans plus engagé avec.

Merci encore pour vos conseils, j’espère qu’ils pourront aussi servir à d’autres, et je ne manquerai pas de faire une petite update sur la tenue du montage dans quelque temps.

2 Likes