Quel type de mousqueton utiliser pour s'encorder en rando glaciaire ?

Bonjour,

J’envisage de faire mes premiers pas en alpinisme d’ici quelques mois (randonnée glaciaire), et je commence à m’équiper petit à petit…

Ma première course se fera dans les écrins avec une journée consacrée à l’école de glace, une autre à l’ascension du Pic du Glacier d’Arsine, et enfin, l’ascension de la Roche Faurio le dernier jour.

Désolé si ma question peut paraitre élémentaire pour certains, mais j’aurais voulu savoir quel type de mousqueton il faut utiliser pour s’encorder. Lorsqu’on est débutant, il y a tellement de types de mousquetons qu’il est difficile de s’y retrouver. Éventuellement, si vous pouviez me conseiller quelques modèles, ce sera sympa de votre part.

Merci d’avance.

Actuellement on utilise des « mousquetons directionnels à verrouillage » pour un encordement randonnée.
Le « directionnel » s’identifie visuellement par une petite barrette en partie basse du mousqueton.
Le « à verrouillage » s’identifie visuellement le plus souvent par une sorte de bague par-dessus le doigt du mousqueton. Mais il existe plusieurs systèmes de verrouillage, choisi le plus simple à utiliser avec des gants, des gros gants.

Sinon avec 2 mousquetons à vis placés doigts opposés c’est valable aussi en terme de sécurité. Mais ça je laisse le guide t’expliquer, juste pour dire que des mousquetons à vis qui traînent sur le baudrier trouveront toujours à être utilisés.

J’imagine que c’est un stage avec guide, si tu as ses coordonnées demande lui directement, pareil pour le reste du matos. Rien ne sert d’acheter trop tout de suite, en quantité comme en tarif.

3 Likes

J’utilise un mousqueton directionnel de ce type:

que j’utilise sur mon reverso le reste du temps.

3 Likes

Les contributions précédentes sont pertinentes, et je t’invite à suivre leurs conseils.

Néanmoins, et à titre personnel, j’ai fini par être agacé de toutes ces préconisations successives pour des équipements spécifiques. Ainsi, parce qu’il y aura eu un (ou des) accident(s) dans l’utilisation particulière d’un matériel (parfois de manière inadéquate), il devient systématiquement nécessaire d’acquérir l’ustensile idoine, créé pour cet usage particulier. Ça fait la fortune des fabricants de matériel!
Ce mousqueton directionnel est un bon exemple, mais il y a de nombreux cas similaires.

Pour ma part, je préfère, lorsque c’est possible, utiliser mon ancien matériel plus polyvalent, que je peux employer pour de multiples usages.
Dans le cas du mousqueton d’encordement, si tu veux couvrir ce risque potentiel d’un mousqueton qui se place de travers, il est parfaitement possible d’employer 2 mousquetons inversés.

1 Like

Je m’encorde avec un noeud de huit comme en escalade.

2 Likes

Donc tu n’as pas de réserve de corde ? Tu fais un mouflage comment ?

1 Like

Je fais des anneaux de buste.

3 Likes

Ce qui m’à toujours gêné avec les mousquetons (directionnels maintenant), c’est qu’il y a de grandes chances qu’on se retrouve avec un passage grimpant en restant encordé comme ça (perso nœud de chaise avec réserve sur le sac, a l’ancienne)

Encordement classique puis anneaux de buste bloqué par un noeud d’arrêt relié au pontet par un mousqueton. Méthode traditionnelle, quoi.
On parle de rando glacière, pas de goulotte de la mort qui tue.

7 Likes

Tu grimpes avec des anneaux de buste en goulotte (de la mort qui tue) ?


En gros il y a les vieilles méthodes, qui fonctionnent. Et les nouvelles, qui fonctionnent aussi.
Dans ces 2 méthodes (anneaux de buste ou noeud sur mousqueton) il faut quand même un mousqueton. À verrouillage donc. Et directionnel pourquoi pas. Donc il n’y a pas de débat.
Le guide sur place te montrera comment t’encorder, de quelle manière, en fonction du terrain.
Puis ça coûte rien un mousqueton et ça dure très longtemps voire la vie dans cette utilisation, achètes-en un joli. Ou pas. Mais achètes-en un pratique à utiliser (gants, froid …).

1 Like

En résumé, il y a deux sortes de méthodes : les méthodes simples et les méthodes compliquées. Préfère les méthodes simples.

1 Like

C’est bien moins compliqué de s’encorder sur queue de vache+mousqueton plutôt qu’avec des anneaux, et bien plus confortable.
On parle toujours de la rando glaciaire.

4 Likes

Comme il a été dit, je pense qu’il faut insister : mousqueton pratique à manipuler avec des gants et un nœud qui se défait aisément (corde + neige + gel ! ) Perso je fais souvent un cabestan sur un mousqueton « slider ».
C’est ma tite pièce :wink: :sweat_smile:

Le truc d’edelrid ? Je le trouve très chiant à manipuler sans gants des qu’il y’a un peu de poussière dedans. Il se grippe. Alors, une fois gelé, avec des gants en plus …

Si tu le dis…

Si tu débutes, ton encordement sera défini par la personne qui encadre le stage.
Cette personne indiquera assurément au préalable l’ensemble du matériel personnel que tu devras avoir.
En clair, il ne faut pas te prendre la tête, et ne pas chercher UNE réponse alors qu’il y a de « multiples » réponses avec chacune leurs avantages et leurs inconvénients.

Discuter de vives voix, sur le terrain, en faisant des manips, avec l’encadrant te permettra également de comprendre les avantages et inconvénients de chaque techniques avec son matériel spécifique.

Quand on débute, on privilégiera également les fondamentaux, avec un matériel polyvalent.

Le mousqueton directionnel est nécessaire qd on souhaite, pour la progression sur glacier, s’encorder au baudrier par un mousqueton avec cabestan de la corde sur le mousqueton. Ca permet de gérer la longueur de corde assez facilement sans se décorder. C’est pas mal avec la réserve de corde dans le sac (avec tout de même un nœud en bout de corde et encordement au baudrier pour ma part car j’aime bien savoir où est l’extrémité de ma corde et ne pas pouvoir la perdre :slight_smile: ). Sans être compliqué, c’est déjà moins polyvalent que la méthode indiquée par @Francois par contre ça permet de réduire l’encombrement. A nouveau, ne te prends pas la tête avec ce genre de chose, c’est l’encadrant qui décidera de la technique d’encordement et te fournira le matériel s’il est spécifique.

8 Likes

On est d’accord que ça passe très bien avec deux mousquetons. Après quand on a pas le matos et qu’on va acheter, un mousquif directionnel coute à peu près le même prix qu’un classique et vivra sur le reverso quand on ne l’utilise pas pour l’encordement.

1 Like

Il ne faut pas commencer par poser le problème de cette façon. Le matériel passe après la technique, ou plutôt n’est qu’une composante de la technique.
Il existe différentes techniques d’encordements, avec chacun des avantages et des inconvénients. Il est donc impératif de commencer par aborder ces techniques (avantages, inconvénients …) et seulement ensuite acheter le matériel ad-hoc.

@Yann87 a prévu d’aller à Roche Faurio à la fin de son stage. Ca va tout de même être limite pour un encordement sur mousqueton, même en second.
Hormis si on souhaite ne faire que de la randonnée glaciaire, il est nécessaire d’apprendre l’encordement standard. Pour un débutant cherchant l’autonomie, il ne faut pas multiplier les techniques mais plutôt, ds un 1er temps, se focaliser sur une technique polyvalente permettant de tout faire, même si elle n’est pas optimal dans certaines situations.

3 Likes

OK - d’accord que le matériel devrait venir après la technique. Mais dans tous les cas il faut un mousqueton, et avoir un mousqueton à vis directionnel parmi ses mousquetons à vis ce n’est pas une mauvaise idée, quelque soit la méthode d’encordement utilisé.

2 Likes

Au fil des décennies de pratiques, j’ai des dizaines de mousqueton à vis, et donc des directionnels que j’apprécie pour certaines techniques.
Par contre, ça ne me semble pas nécessairement faire partie du pack obligatoire pour un débutant.
A Roche Faurio, ça ne va pas le faire de s’encorder sur un mousqueton.