Idée de randonnée sauvage en bivouac de 10 jours

Bonjour,

Je cherche à faire début août une randonnée en autonomie de 10 jours, en bivouac, le plus sauvage possible, en suivant le moins possible un GR, en restant bien haut (au moins 2000m) et … je suis un peu à court d’idée.
J’ai déjà fait le massif du Monte Perdido, celui de Posets-Maladeta, la Vanoise, le Queyras, le Mercantour, le Vercors, la Chartreuse, la Lauzière.
A la base j’étais parti sur le massif des Encantats qui semblait bien correspondre sauf que j’ai découvert que le bivouac y est totalement interdit …
Pour faire 10 jours, il faut un grand massif et ceux qui restent (auxquels je pense) comme Ecrins ou Gran Paradiso ne me semblent pas permettre un parcours sauvage loin des refuges et des GR ( sans matos technique ).
Il faut que ce soit accessible en train, donc à priori France, Espagne, Suisse, Italie.

Là j’étudie Néouvielle mais plus je regarde plus je doute de pouvoir y faire 10 jours :confused:

Je suis ouvert aux propositions, vous auriez une idée ? :slight_smile:

Merci !

Ca correspond peut-être pas à tes critères (peut-etre dur de trouver assez haut et long) mais quand j’ai randonné dans le sud d’italie (massif du monte polino) il n’y avait pas un chat. On et quasiment tout le temps sous 2000m et il peut faire très chaud, par contre. Pour aller plus haut peut-être le Gran Sasso fera l’affaire…

Si non tu peux viser l’Europe de l’Est. En Bulgarie: Rila, le massif du Balkan (pas à confondre avec la région éponyme), Rhodopes. Si non les Tatras en Slovaquie/Pologne.

La Corse? Peut-être trop de monde.

La Corse / GR20 c’est à peu près l’antithèse totale (niveau ambiance) de ce que je cherche.

Effectivement on veut plutot être au dessus de 2500 minimum en moyenne, vraiment en montagne.
Et pas trop loin ( je vais le préciser dans le message originel ) donc France, Espagne, Suisse, Italie.

Je vais regarder le Gran Sasso, merci !
Edit : le Gran Sasso malheureusement je pense qu’on y fait plutôt 4 jours que 10 jours :confused:

1 Like

Un bout de HRP. Haute-route Pyrénéenne.
Par exemple, si tu vises des parcours proche de la frontière entre le pic de Crabère et le pic de Turguilla, tu as de grande chance d’être tranquille.

Haute Ariege entre la vallée de l’Aston, le massif du Montcalm et l’Andorre… tu devait être tranquille…
Sinon Pyrénées Atlantique entre vallée d’Ossau, d’Aspe Baretous et Saint Engrace… possibilités de passer en Espagne selon envie.

1 Like

Faire une boucle dans les Pyrénées. Démarrer côté français par ex vers l’Ariège (Aston) et passer côté espagnol. Adapter la longueur de boucle pour faire dix jours.

1 Like

Le tour du Grand Paradis (le vrai, celui qui fait le tour du Grand Paradis, pas celui vendu par les agences) m’a l’air bien sauvage cotey sud et est. Moins côté ouest et sud c’est sûr mais bon. Je serais d’ailleurs intéressé par ce tour.

Les massifs de Belledonne/Lauzière bien qu’hyper proche de Grenoble ou Chambé s’y prêtent bien

Voici une idée de parcours fait en août 2020, du monde dans 2-3 sites un peu plus touristiques, le reste c’est assez sauvage (et c’était en post confinement…). 10 jours, altitude entre 2000 et 2500 en moyenne, avec quelques pointes >2800, je dirais 1/3 GRs, 1/3 sentiers balisés, 1/3 sentiers non balisés/hors sentier. Pour tenir en 10 jours, j’ai fait 3 mini bouts en stop…, le reste accessible en bus/train.

J1 : Chamrousse > Lacs de Doménon, par le GR, étape avec le plus de monde (centrés sur Roberts/Pra), mais jolis coins quand même…
J2 : J1 > sous roche fendue, en passant par la Croix, col de Freydane et Mine de Fer (je ne croyais pas mais c’est une variante du GR).
J3 : J2 > Combe Madame, en passant par le pas de Coche (on y rencontre un peu de monde), le pas de la Vache (moins), col des Sept Laux (re un peu de monde), de là on quitte le GR pour col de l’amiante (quelques pierres qui volent) et rocher Blanc.
J4 : J3 > refuge de l’Oule, en passant par La Martinette, stop jusqu’au Pleynet pour ravito mais fermé le lundi, stop jusqu’à La Ferrière, puis re GR, Lac Léa et Pierre du Pin (je visais le replat sous le charmet, mais gros orage, donc j’ai succombé aux sirènes de l’omelette chaude et de la soirée à l’abris de la pluie…)
J5 : J4 > replat 2000 sous col du Crozet, à peu près tout en non balisé, mais souvent tracé, en passant par col du Morétan, torrent du Veyton et Jérusalem
J6 : J5 > sous le col de la Frèche, en passant par le col du Crozet (mauvaise idée, le versant nord est une moraine instable pas vraiment conseillable…), torrent du Bens (hors sentier jusque là) puis GR au refuge des Férices et Pointe de la Frèche
J7 : J6 > Saint Rémy de Maurienne, par sentiers globalement balisés en passant par col du Fort, plan du Lai (AR à la pointe du Rognier) et longue descente sur Saint Rémy…
J8 : stop jusqu’à Saint François Longchamps > Lac du Branlay en passant par col de la Madeleine (du monde), chalets des plans (balisé jusqu’ici puis hors balisage/hors sentier), de praprian et lac du Lay
J9 : J8 > replat à 2000 après col des génisses en passant par Arpettaz, marmottes noires, Bellacha (jusqu’ici balisé puis non balisé voire hors sentier), col de Bosmont (là j’étais peut être en dehors de la trace normale, mais ça m’a semblé assez merdique (raide, glissant, beaucoup de broussailles… ça passe mais c’est bien sanglier…)), puis platières et col des génisses (de nouveau balisé).
J10 : J9 > Albertville, en passant par lac noir (du monde), petit Arc, Grand Arc (balisé puis plus vraiment, ni de balisage, ni de monde, mais ça suit l’arête…), col Charvant, Chalets de la Thuille (re du monde mais la buvette est bienvenue…) puis stop jusqu’à Albertville.

2 Likes

Merci de ce post si détaillé @ryelo ; bon par contre on veut meme pas croiser une route une seule fois, alors forcément on ne va pas faire du stop.

J’ai aussi déjà fait le tour de la Lauzière, c’est vrai que c’est bien sauvage ! ( surtout en Novembre ).

1 Like

Je n’arrive pas à voir comment faire + de 5 jours sans croiser une route/vallée ; tu as une idée ?

1 Like

Je sens que ca va se terminer en un nouveau bout de HRP effectivement …

1 Like

Pas assez étudié le truc… Mais je crois que tu demandes un peu l’impossible du moins si on se limite aux Alpes et Pyrénées.
Croiser une route de temps en temps n’a jamais tué personne.
Enfin si mais bon suffit de regarder avant de traverser.

Effectivement, je n’avais pas intégré l’absence totale de route dans les critères…

Et côté Argentera ( Mercantour italien)…? :thinking:
J’ignore si ça tient 10 jours, en revanche.

Bah j’ai déjà fait la traversée intégrale côté français, donc je doute de pouvoir faire un long trajet uniquement côté italien.

J’ai regardé Chambeyron + Escreins, y’a ptet moyen de faire quelque chose en bouclant autour de la frontière.

Ubaye oui sans doute. Mais il y a quand-même des refuges par-ci par-là. :slight_smile:

Et pourquoi pas descendre côté italien jusqu’à hauteur de St Martin Vésubie…
De St Martin, des bus redescendent à Nice pour 2 €.
Et si tu tombes le jour de marché, tu peux déguster socca et beignets; après 10 jours en autonomie, rien-de-tel!

Sinon Haute-Maurienne, pour un tour franco-italien?

Tu peux combiner avec la Majella et le Velino. 3+4+3 =10.

1 Like

Croiser un refuge c’est okay, mais une route non.

En effet ça m’étonne pas. Je crois qu’en effet il y a presque une contradiction entre ‹ sauvage › et ‹ peu fréquenté ›. Les coins sauvages sont souvent connus pour l’être cela peut attirer du monde même si la fréquentation est souvent atténue par la difficulté d’accès. Par contre dans des zones un peu moins sauvage (comme en Italie par ex.) on peut vraiment trouver de la solitude mais on est quand même obligé de passer une route ou un hameau de temps en temps.

Une dernière idée, qui ne correspond pas tout à fait mais qui pourrait être intéressante quand même c’est d’aller en Écosse. Suffit de se tenir loin de la West Highland Way, Ben Nevis et compagnie. C’est pas très haut mais la zone alpine se trouve quand même beaucoup plus bas. Et il y a peu des sentiers et aucun refuge gardé, juste quelques cabanes.