Grimper après une arthrodèse du MTP1?

Bonjour,

Je viens de me faire opérer du gros orteil suite à un développement d’arthrose et d’un hallux naissant après inflammation chronique due à ma spondylarthrite ankylosante.

Le chirurgien m’a posé une plaque et 6 vis (j’ai bien une radio postopératoire mais ne sait pas la publier). Le but est de souder le 2e et 3e os. L’articulation est donc bloquée et les douleurs seront théoriquement supprimées.

Qui a subi cette opération et repris la grimpe, ou du moins des activités de montagne moins « traumatisantes » pour les pieds?

Des conseils en particulier?

Merci de vos retours :slight_smile:
Barbara

ah oui, c’est quand même spécifique comme demande :slight_smile:

pour partager une photo, tu peux utiliser http://imageshack.us/ ou équivalent.

Bon pas de réponse… alors je retente ma question…
Arthrose du gros orteil ou hallux rigidus (différent du hallux valgus ou oignon), ça ne parle à personne sur ce site?
Je ne suis quand-même pas la seule malheureuse à devoir grimper/marcher/courir avec ça?

Posté en tant qu’invité par Valério:

[quote=« Miss Galopette, id: 1472267, post:3, topic:128876 »]Bon pas de réponse… alors je retente ma question…
ou hallux rigidus (différent du hallux valgus ou oignon), ça ne parle à personne sur ce site?
Je ne suis quand-même pas la seule malheureuse à devoir grimper/marcher/courir avec ça?[/quote]

tu tapes hallux valgus sur google !

mais ici la question a été souvent posé

en % ce sont les femmes les plus touchées

la qualité de récupération totale ou partielle est étroitement lié à la qualité de l’intervention

il semblerait que pour la marche cela ne pose pas de problème

en escalade la sensibilité n’est plus la même semble-t-il

course à pied fatigue plus rapide une question d’habitude et d’adaptation à la gène

Ce n’est pas un hallux valgus et oui j’ai déjà exploré Google.
Je répète, c est un hallux rigidus.
Merci quand même.

pas facile de trouver des reponses aux questions!!!
bon je te souhaite du courage deja
multi operée et arthrodesee des chevilles, je crois qu’avant tout la volonte et la douleur sont les deux seuls facteurs a prendre en compte, après le corps s’adapte…
alors ecoutes le pousses le un peu aussi…

si.

il suffit de les poser aux personnes compétentes en la matière.

sauf à considérer de maniére trés hautaine que des grimpeurs/skieurs/randonneurs lambdas sont plus compétents que ton chirurgien ortho ainsi que le corps médical dans son ensemble qui, et c’est bien évident, auront les réponses basées sur la connaissance; et du cas général, et qui te répondront que chaque cas est aussi un cas particulier… :rolleyes:

mais le problème c’est que les chirurgiens ne donnent pas souvent de reponse restent evasifs ou ne connaissent pas les pratiques sportives, ils ont souvent une image caricaturale ou deformée des activités.j’en fait l’expérience en ce moment, la reponse est " ne pas trop en faire" après debrouillez vous!

Merci pour les réponses et évitons le pugilat…

Bien sûr que j’ai demandé au chir et au physio de l’hosto et que je me suis documentée sur Google.

Pour la marche et la course, les médecins vont dire que ce sera moins évident puisque l’articulation est bloquée, et après il y a marcheur et marcheur, et coureur et coureur.

Pour l’escalade ils ne se prononcent pas vraiment, c’est une activité bcp plus « marginale ».

De manière générale, j’ai l’impression qu’ils mettent tjs de l’eau ds le vin et qu’ils ne s’avancent pas trop non plus pour ne pas décevoir le patient. Et c’est sûr que chaque cas est différent, sinon ce serait trop simple :wink: En postant ici, je me disais que je ciblais plus ma demande en visant ceux qui pratiquent vraiment la montagne…

Posté en tant qu’invité par majane:

Bonjour,
J’ai des arthrodèses sur les deux arrière-pieds et « malheureusement » j’aime les activités montagnardes : randos pédestre, à ski, et parfois un peu d’alpinisme ou une petite via. Suivant le terrain, le type de pente, ou le type de neige c’est parfois bien galère (si je me compare aux « pieds normaux ») : mon principal souci les appuis défectueux d’où perte d’équilibre … au fil des sorties on arrive à trouver parfois des « parades » mais cela demande beaucoup de temps. Je ne fais pas d’escalade car mes pieds n’ont plus assez de degrés de liberté mais mon souci reste d’ être bloquée dans un passage à cause de ces fichus pieds ! Je serais intéressée de partager des expériences ou des ressentis, même si bien sûr nos cas ne sont pas identiques.

Juste pour pour modérer un peu ce que viens de dire Majane. J’ai également deux arthrodèses des sous astragaliennes suite à des fractures comminutives des calcaneums et ce, depuis 24 ans. Bien que ce ne soient pas les mêmes arthrodèses que toi. J’ai été confronté soit à des réponses identiques de la part des chirurgiens, soit à des réponses pires … Je regrimpe sans souci, de la course, je fais de la cascade , de l’alpi sans problème … Alors qu’ils m’avaient laissé entendre que tout ça serait très difficile voire impossible … D’ailleurs c’est ce qui m’avait poussé à me dire : « Mes cocos vous allez voir » … A mon avis dans ton cas rien d’impossible, fais juste gaffe aux fractures de fatigue pour la course à pied (ça m’est arrivé, mais je cours toujours), les contraintes sur les os ne sont plus les mêmes qu’avant … Voilà, en espérant que ce témoignage t’aide, même si mon cas est différent.
a+

Henri

Posté en tant qu’invité par yosedolo26:

salut ,
Comme déjà dit ton d’autres posts et dan2 sur ce post ,
Les deux seuls PB , c’est la douleur et la volonté.
Je pense pas qu’un hallux rigidus réduise bcp la mobilité de ta cheville contrairement à une arthrodèse totale.
Donc , si tu ne grimpes pas du 9a à vue , tu pourras encore progresser et te faire plaisir
fabien

Posté en tant qu’invité par Majane:

je souhaitais juste pouvoir échanger des ressentis et éventuellement des astuces pour compenser le manque de mobilité et de tonicité des pieds. Pour moi il n’est pas question de faire de l’escalade mais juste de ne pas me retrouver coincée dans des passages un peu techniques.
Pour le reste je comprends bien que nos situations sont très différentes, la plupart d’entre-vous ayant déjà acquis une pratique de l’activité avant l’intervention. Ce n’est hélas pas mon cas puisque mes premières arthrodèses datent de mon adolescence, je ne pratiquais alors aucune activité en montagne.

Pour Henri, je ne cours pas mais je connais la fracture de fatigue (péroné pas grave il faut juste serrer les dents pendant un bon mois) plus ennuyeux la pseudarthrose (re-arthrodèses dans mon cas) ; attention toutefois les arthrodèses pourraient entrainer de l’arthrose sur les articulations adjacentes (pour l’instant j’y échappe).
Et puis je suis bien d’accord le mental joue un grand rôle dans tout cela, mais c’est un tout autre sujet :rolleyes:

[

La fracture de fatigue dans mon cas ça a été le 5 ème metatarsien, je pense retrospectivement que c’est le résultat d’une trop grande sollicitation de l’avant pied. Le bon coté, je pense, c’est que ça prévient quand ça va casser (il faut juste être à l’écoute, ce qui n’était pas mon cas), j’avais un léger point douloureux sur le 5 eme metatarsien pendant 2 mois avant que ça casse et effectivement ça a cassé sur un tout petit saut depuis un rocher de 50 cm de haut … Pour compenser la perte de mobilité des chevilles, je cours plus sur l’avant pied, notamment quand ça monte, dans les approches en montagne, je marche également sur l’avant pied, et dans les approches glaciaires peu raides (30 °- 40 °) je suis toujours en « frontal » … Et pour l’escalade c’est les articulations supérieures qui font le boulot : genou et hanches … Mais par contre je ne comprend pas que tu ne puisses pas faire d’escalade, à moins que ce ne soit par choix ?

a+

Henri

Posté en tant qu’invité par Majane:

Effectivement, les blocages au niveau de l’arrière-pied nous amènent à solliciter d’autant plus l’avant-pied : d’où des difficultés à s’ adapter à certaines situations. En pente raide j’ai du mal à garder le « face à la pente » donc si possible je me mets en « dévers » ou en dernière extrémité " dos à la pente" (là on retrouve la fonctionnalité avant-pied). Pour l’escalade ce n’est malheureusement pas un choix ; j’ai renoncé à mettre des chaussons (trop de sensibilité au niveaux des cicatrices). De plus mon arrière pied est trop raide (plus de mouvement inversion éversion , flexions dorsales et plantaires fortement réduites) mais aussi manque de tonicité ( peut-être dû au tendon tibial ?) si on ajoute à cela ma petite taille … Reste que j’ aimerais toutefois avoir un peu plus de marge dans certains passages où les mains ne sont pas suffisantes

Pour moi c’est la marche « en devers » qui est difficile, mais face à la pente aucun souci. Le manque de tonicité est en partie du au manque d’amplitude dans la flexion du pied. J’imagine que tu essayé de multiples modèle de chaussons et eventuellement des chaussettes fines ?

Posté en tant qu’invité par Majane:

Pour le pb chaussage, très difficile déjà pour des chaussures « d’été » mais j’ai trouvé un modèle (assez rigide pour les crampons) et compatible avec mes semelles orthopédiques ( c’est peut-être cela qui me permet avec les bâtons de pouvoir supporter les dévers) ; pour la rando à ski, le choix a été plus difficile j’ai opté pour un modèle pas trop lourd et avec 2 paires de chaussettes ça va à peu près. Je me limite à ces activités donc je n’ai pas creusé le sujet chaussons.

Ayant les chevilles bloquées par plusieurs arthrodeses, je pratique quand même l’escalade à petit niveau: pas de flexion du pied possible ni de rotation, en plus de ma petite taille ça n’aide pas, mais le plaisir est là;si ça peut te donner des pistes je me suis fait faire des chaussons sur mesure a grenoble chez C… pour 300 euros il y a quelques années, c’est une solution pour pallier à tes problemes si la motiv te gagne!
Après en montagne il ya une grande adaptatbilité: les dévers et pentes sont difficiles mais le corps est plein de ressources pour compenser, les batons pallient aussi beaucoup, mais il faut savoir écouter son corps pour limiter les degats sur les autres articulations.
Je pratique aussi le ski de randonnée, là moins de difficultés du fait de la tenue des chaussures (que j’ai du prendre quelques pointures au dessus pour limiter les points d’appui), seul problème avec les arthrodeses, le chir m’a coupé les tendon d’achille donc je n’ai plus de mollet et je monte tout sur les cuisses, donc moins de force et une plus grande fatigabilité, mais encore je m’adapte et je recherche avant tout le plaisir.
En espérant que mon témoignage t’auras aidé…

Je donne une suite à mon post. J’ai pu reprendre l’escalade à un petit niveau et à une faible fréquence 7 mois après l’opération et ça passe. Idem pour l’alpinisme. Encore un peu gauche, je dois apprendre à gérer ce nouvel équilibre et faire confiance à mes pieds. Il faut compter une année je pense pour être bien. Si un jour l’autre orteil devait subir le même sort, je n’hésiterais pas à faire l’opération. Entre une douleur chronique et une perte de mobilité, j’opte définitivement pour le deuxième.

Posté en tant qu’invité par marie:

Merci pour ce message de suivi Miss Galopette. Privee de montagne depuis 7 mois à cause d un rigidus bien avancé, vous m’avez décidée. J’accepte enfin la chirurgie.
Je vous souhaite un bel été en montagne.
Marie