Déconventionnement dans l'Ain

Je me demandais quand l’effet du déconventionnement général des falaises par la ffme allait se faire sentir dans l’Ain, et ben c’est fait : arrêté municipal du 13 octobre par la commune de belleydoux interdisant l’escalade sur le site …avec mention " l’association s’assurera de remettre en état le site", traduction : faudrait deséquiper?
Et " pas de publicité ", quid de la vente des topos?
Bref, on ira grimper comme d’habitude…sur du TA juridique tant que le CDffme 01 ne meulera pas les points…ou qu’on se fasse virer par les keufs comme c’est arrivé par le passé à la dalle de peyrieu

La connerie c’est que en plus ça a été décrété « site sportif » à l’origine de la convention. Champfro aussi ! et plus stupide : à l’inverse Nantua est TA !
D’ailleurs c’est qui l’association ?

CDffme qui a signé la convention, la mairie t’en a parlé avant ou tu as découvert ça à posteriori ?

Mais c’est Dédé qui a signé, il devait avoir aussi la casquette ffme à l’époque ! Tout était réglo (trop?), on avait fait ça bien, une convention pour chaque site. Tout ça va s’arranger, au moins ça met un coup de pied dans la fourmilière ! (par contre que les sites soit sportif ou TA on se demande qui a décrété ça ! surement pas au caf).

Mettre un coup de pied de la fourmilière, d’accord dans l’idée, mais quand les arrêtés municipaux commencent à sous entendre un sciage des points ça fait peur et c’est d’une absurdité sans nom. À quand un recours devant le tribunal administratif contre ces fermetures au regard de leur caractère non justifié (si pas d’accidents répertoriés sur le site, et a fortiori vu la nouvelle loi 3DS) ? Peut-être que ça pourrait dissuader de futures fermetures, ça commence à être gênant là…

Toute la question est « qui est responsable » ?
on ne peut pas à la fois :

  • vendre un topo qui incite à venir
  • et se dégager de toute responsabilité en cas de chute de pierre ou amarrage défaillant.

Si la responsabilité retombe sur la commune, on ne peut lui reprocher de scier les points, c’est le + dissuasif !

La solution ne peut être que législative, mais on retombe sur la question « si le site est aménagé, qui est responsable ? »

1 Like

Vendre un topo c’est simplement fournir un service d’information en échange d’une rémunération. Il me semble qu’il y a bon nombre de topos payants pour des grandes voies TA ou pour des courses d’alpinisme, est-ce que pour autant les auteurs (individuels ou associations) sont tenus responsables d’éventuels accidents ?

Que la commune ait peur d’être tenue responsable est une chose, mais quand une loi prévue justement à cet effet est publiée il me semble bon d’actualiser les points de vue. Par ailleurs même si la commune avait légitimement peur, un recours légal contre ces arrêtés municipaux serait encore possible car aucune loi n’indique qu’une absence de conventionnement est synonyme de fermeture…

Sur la question de l’équipement par rapport aux chutes de pierre, il faudra qu’il y ait jurisprudence, mais s’il était indiqué par des affichages que la commune ne s’occupe pas de l’entretien des équipements, la rupture d’un point ou d’un relais pourrait être considérée comme un risque « inhérent à la pratique [de l’escalade] », notamment en extérieur. En fait, même si une falaise est aménagée, il reste toujours un risque incompressible !

Maintenant que la loi est améliorée (bien que comme indiqué, il faudra des jugements pour savoir ce qui est dans le risque inhérent à la pratique de ce qui ne l’est pas), pourquoi la FFME ne renouvellerait pas les conventions? Sinon on laisse chaque mairie décider, ça sera du cas par cas!!

Je connais un site ou la ffme l’an dernier à envoyé le même courrier un peu sec à la mairie « mairie vous êtes désormais responsable et remettre en état blabla » sans évoquer la loi en vue, l’ouverture actuelle !!! mais personne n’a scié les points : tu m’étonnes ! le boulot ! qui va le faire et à quel coût ? et le matériel n’appartient pas forcément à des équipeurs ffme !.. là, conflit en vue : je n’imaginepas les déséquipeurs embarquer une collection de relais inox par exemple… Par contre ils ont mis des panneaux « ce site n’est plus conventionné ffme ni entretenu (sic!), vous grimpez à vos risques et périls » ce qui est beaucoup plus raccord avec la nouvelle loi espérée. Les mairies ou le département comme en Vaucluse, en Isère ou en Ardèche vont reconventionner avec les nouveaux critères plus cools et ça ira. Je n’imagine pas un instant que des sites ou vont les pros avec clients, les écoles, disparaissent !

1 Like

Tout à fait, j’espère une généralisation de ce genre d’issue en cas de déconventionnement, c’est beaucoup plus logique par rapport à la loi, et au fond la pratique de l’escalade. À l’usager de se renseigner sur l’état de l’équipement et son entretien récent ou non si celui-ci n’est plus garanti par une convention.

Léaz, même scénario.

Parce que les sites naturels sont couteux et que la FFME voudrait bien se débarrasser une fois pour toutes de ces espaces ou on ne croise que des gueux qui se fichent majoritairement de la compet !

1 Like

Ça va être partout pareil, sauf Neuville, ils sont propriétaires

Quelqu’un discute avec la mairie à Léaz ? Rockn jump adventure qui a fait le topo ?

Le décret d’application n’est apparemment pas sorti (loi de février quand même…)… donc sidération… Par contre, les départements ou Comcom motivés parce que très concernés se sont attaqués au problème depuis 2 ans !