Arthrose

Bonjour
Comment Continué à faire de l’itinérance malgré arthrose du genoux .
Que prendre dans sa pharmacie.
Merci pour vos conseils
Kiki

Alléger le sac au maximum
Passer aux chaussures tailles basses pour avoir l’amorti de la cheville
Avoir des bâtons de marche.

Et/ou aller voir un bon spécialiste et être prêt à une opération.

Agnès et moi (aux genoux aussi bien usés…) on carbure au mix Chondroitine-Glucosamine-Silicium depuis 1 an. Difficile à prouver mais on a chacun l’impression subjective que ça aide un peu…

Arthrose du genou également.
La viscosupplémentation a été une véritable révolution pour moi (une nouvelle vie d’alpiniste et de longs et difficiles treks à nouveau possibles) : trois injections intra-articulaires de « Synvisc 2ml » (c’est plus ou moins de l’acide hyaluronique). 150€ les trois injections, non remboursé suivant les mutuelles.
Mon genou gauche a été traité il y 12 ans, traitement renouvelé il y a 2 ans.
Mon genou droit vient d’être traité ce mois-ci.
Pour info, il existe maintenant une autre technique qui consiste en des injections de son propre plasma (info de mon rhumato hier).

Et perdre du poids surtout car celui-ci on le trimballe au quotidien.
En complément du soleil et du saumon, prendre un supplément de vitamine D (prescrit par mon rhumato) et des Oméga 3.

Une évidence.

Mes cours d’anatomie sont loin, mais là je vais avoir besoin d’explications !

2 Likes

Je ne sais pas si c’est si évident que ça pour les bâtons : j’entends qu’avec des bâtons on ne fait pas fonctionner les muscles de la même façon, certains en reviennent…
Pour les chaussures basses, chez moi c’est très net : bcp moins mal aux genoux depuis que j’ai changé. Ds les descentes, la pointe du pied touche en premier et l’ensemble du pied + cheville permet l’amorti, alors qu’avec chaussures hautes ce serait le talon en premier. Ca doit bien faire 20cm d’amorti pour le genou, sacré différence.
Mais mon pb perso est peut-être plus ds d’autre forme d’usure que l’arthrose…

C’est sûr que les bâtons permettent le travail musculaire du haut du corps, avec un gain non négligeable en propulsion.

On peut aussi inventer le ski de fond (ou de rando) sans bâtons…

A moins d’avoir des chaussures à tiges particulièrement rigides comme l’étaient les Super-Guide ou les coques plastiques, je ne vois pas comment les tiges basses peuvent à ce point modifier le déroulé du pied à la descente. Là encore, mes cours d’anatomie, et plus encore, de bioméca ne me permettent pas de comprendre.
Il suffit de se filmer pieds nus lors d’un déplacement en descente pour voir comment se passe le déroulé du pied.

Je ne vois pas bien ce que tu compares : pour moi le pb st essentiellement ds les descentes. En ski de fond en descente on se laisse glisser.

Pour le déroulé, le problème est ds les descentes :aller poser le pied sur une marche bien en dessous. Perso je trouve bcp + facile d’y aller avec la pointe, alors qu’à plat je pose le talon d’abord…

Je ne compare rien, il faut me relire, je réponds à ton affirmation concernant l’utilisation des bâtons, je te cite à nouveau :

Réinventer le déroulé naturel du pied ? C’est pour ça que je te suggère de te faire filmer, pieds nus si possible.

Tiens content de lire ça c’est la première fois que je l’entends et je commençais à me sentir limité stigmatisé de ne toujours pas m’y être converti.

Pour le ski de fond ben les bâtons ça aide surtout à avancer !

Les bâtons, c’est comme le réchauffement climatique. Tant qu’on n’a pas mal aux genoux, on s’en fout un peu. Et quand on a mal aux genoux, c’est trop tard.

5 Likes

Bon donc c’est trop tard pour moi pas la peine que je m’y mette :slight_smile:
Bon en fait j’ai parfois un peu mal en descente mais rien d’extraordinaire. Je vais devoir attendre encore un peu que ce soit trop tard.

Pour la rando à pied aussi, en tout cas à la montée.

Il y a deux utilisations complémentaires des batons : aide à la propulsion (donc montée, voir sur le plat) et soulagement des genoux/autres. La première est très utilisée par les trailleurs qui par ailleurs n’utilisent pas beaucoup les bâtons à la descente.

Après, ça ne veut pas dire que les bâtons soient obligatoire. Et je veux bien croire que leur usage aie une incidence sur les muscles que l’on fait fonctionner… tout comme les chaussures (surtout avec drop) ont une influence.

En parlant de descente, une alternative aux bâtons (en tout cas en ce qui me concerne) consiste justement à courir. Ça soulage les genoux, mais fatigue un peu les muscles (et peut-être d’autres trucs).

Personellement, l’utilisation ou non des bâtons dépend de la sortie. Si envie/besoin de vitesse à la montée ou si longue descente (>1500m) chargé je suis content de les avoir. Sinon je m’en passe très bien.

1 Like

Pas très convaincu de ça car au final l’effort reste le même, les bâtons n’apportant pas d’énergie supplémentaire.
Sinon des qu’il y a des passages un poil techniques ou juste accidentés je double tous les batonneux qui ont besoin de réfléchir à ou poser leurs batons en plus de savoir où poser les pieds.

on ne dit pas que les bâtons aident à être rapide, ils aident à répartir l’effort (à la montée au moins) entre les jambes et les bras, et donc moins de sollicitation sur les genoux en l’occurence.

Pour avoir eu le syndrome de l’essuie-glace, j’en suis arrivé à la même conclusion. Sauf que courir avec un sac de bivouac de 2 jours + corde + quincaillerie etc… je n’y arrive pas !

Autre chose les bâtons ça abîme les chemins. Alors je dis pas ça pour ceux qui ont de l’arthrose et que les bâtons peuvent en partie soulager. Mais la mode des bâtons accélère l’érosion des sentiers. Ils sont d’ailleurs interdits en vallée des merveilles ou alors avec embout.

Je dis ça parce que je suis un peu à court d’argument mais toujours pas prêt à me mettre aux bâtons. La marche pour moi c’est sur les pieds.

C’est mieux que sur la tête. Et pourtant, c’est assez à la mode par les temps qui marchent… je veux dire, qui courent.
Pour en revenir aux bâtons, rien n’oblige à les utiliser systématiquement.

D’accord avec tout ce que tu as écrit.

A titre personnel, après quelques années d’essai il y a une trentaine d’années, j’ai arrêté le jour où je me suis rendu compte que sans les bâtons j’avais un équilibre naturel bien moins bon.
Je n’ai plus utilisé les bâtons et ai retrouvé assez rapidement mon bon équilibre naturel.

Maintenant je randonne avec un gros et long bâton en bambou, que je n’utise pas en montée sinon pour occuper mes mains, et que j’utilise en descente côté pente (amont) pour me freiner et soulager articulations et muscles.

Bonjour
A 25 ans un médecin du sport m’a dit vous aurez tjrs mal aux genoux !
Gde taille + poids + longs os + port du sac + footing + etc…

A 43 ans ligaments croisées à gauche

A 58 ans impossible cet été de dépasser 800m de D+ sans se retrouver coincé le lendemain. J’espérai faire un arthroscopie comme pour le droit (bon retour) mais bilan de la radio une zone de contact os sur os :((

Le médecin propose injection acide hyaluronique, musculation spécifique.

Je vais rajouter perte de poids, moins de rando plus de vélo, moins de bloc à bleau (chute et réta traumatisant)
Depuis 3 ans cocktail structum 500 et glucosamine. A voir suite discussion récente le curcuma.
Pour les bâtons toujours utilisés. Mais les remarques ramenent au besoin de musculation des genoux et proprioréception.

En résumé pas de solutions miracles. Tout ce que vous faites à votre corps et mis en mémoire et il enverra la facture un jour. De plus nous ne sommes pas égaux.

1 Like

Ah tiens ça m’intéresse.
Tu n’as plus ce problème ? Si non comment as-tu fait ? Parce-que de mon côté, avec ou sans bâtons, en marchant ou en trottant, après 12h d’efforts les genoux fatiguent et l’essuie-glace revient.

Sur les grosses sorties ça revient en effet, mais surtout à la descente chargé donc j’essaye de négocier avec les potes de prendre leur eau à l’aller et eux ma quincaillerie au retour
et les semelles ont bien aidé aussi