Apprentissage parapente

Bonjour à tous,

Tout d’abord, merci de prendre un peu de votre temps pour me permettre d’y voir plus clair et répondre à mes questions.

La montagne c’est mon terrain de jeux, c’est là que j’aime être et c’est là que je me sens bien, là montagne dans toute sa largeur, petite ou grosse, peu importe.
Je l’a pratique été comme hiver, à pied, en courant, en vélo et en ski de rando, je suis d’ailleurs titulaire d’un DE de ski qui m’a permis de m’épanouir davantage en ski de rando mais aussi et surtout en montagne en général … réfléchir, analyser, renoncer, bref faire preuve d’humilité. Je prends ce qu’elle me donne et ce que je suis capable de recevoir, j’essaie de trouver la limite pour ne pas me tromper !

Bref la montagne c’est mon truc et ce qui me fait rêver depuis toujours c’est de pouvoir la survoler !
Le parapente se prête naturellement à cet exercice, et j’adore ça …
Il y a peu j’ai pu refaire un Bi-place avec un ami, réveillant à nouveau ma folle envie de me lancer dans cette belle activité.

Par chance, j’ai du monde autour de moi qui pratique, beaucoup, 4 à 5 personnes qui pratiquent de manière varié cette activité, 2 sont DE, 1 autre compétiteur, et 1 autre plaisir vol montagne.

Bref maintenant que j’ai contextualisé, je vais poser mes questions et parler de mes envies.

A terme et après avoir fait les choses dans l’ordre, ce que j’ai envie de faire c’est pouvoir monter à pied sur l’une des chouettes montagnes de chez moi, et poser dans le jardin par la suite, mais aussi pouvoir effectuer quelques vols à rallonge avec les copains. Bien entendu, quand j’en serais capable.

Avant de poser les questions à mon entourage, j’aimerais avoir des réponses de personnes qui ne me connaissent pas.

J’ai cru comprendre que l’automne était une saison plutôt bonne pour débuter, mais voilà, de quelle manière débuter …
stage initiation 5j puis voir ce que dit le moniteur ? Le fait de faire un stage en septembre et de s’entraîner octobre puis de ne plus toucher une voile de l’hiver n’est il pas mauvais ?

J’habite dans la région grenobloise, le Vercors me plaît et j’ai entendu du bien de l’école « Alto école de parapente », cette école a aussi l’avantage pour moi de proposer des stages week-end, est ce que le fait de faire plusieurs stage week-end peut être une solution envisageable ?

J’ai pu mettre de côté pour pouvoir me former et m’équiper, je suis encore loin de réfléchir à ce que je vais choisir, je veux d’abord être formé correctement et apprendre avant de vouloir acheter tel ou tel matériel.

Concrètement j’aimerais avoir vos témoignage et vos conseils dans l’apprentissage bien du parapente, je ne suis pas une mauvais bougre, je ne suis pas non plus une tête brûlée, je tiens à ma vie et je ne veux pas la perdre ! Je pense que d’avoir passer un DE de ski est une bonne chose car je sais exactement qu’elles sont les étapes de l’apprentissage, je sais que brûler les étapes n’est jamais une bonne idée et je sais aussi que ces étapes ne sont pas les mêmes pour tout le monde, mais je ne suis pas en mesure de les appliquer dans le domaine du parapente.

J’attends vos réponses avec impatience :smile:
Merci d’avance :slight_smile:

Bonjour,
L’automne peut être une bonne saison, tout comme l’été ou le printemps :wink: de toute façon en stage init les moniteurs ne vont pas envoyer les stagiaires au casse-pipe, donc il choisiront les spots les plus adaptés aux conditions du moment (vent, exposition, etc). De ce côté là, pas de soucis à se faire.
Ensuite, quel que soit le niveau, après une interruption, un changement de voile ou même pour entretenir les réflexes et les sensations, il faut faire du gonflage. Lorsqu’on débute, les sensations mettront un peu plus de temps à revenir. Une interruption n’est pas dramatique en soit, il faut simplement éviter de brûler les étapes lorsqu’on s’y remet et rester humble.
Pour ma part, j’ai fait mon stage init en 2011 et je n’ai revolé ensuite qu’en…2016. Du coup j’avais fait beaucoup beaucoup de pente école à la reprise.
Je ne connais pas l’école Alto, seulement de nom. Beaucoup d’écoles proposent des stages we, en init, en perf (Prevol à St Hilaire, d’autres sur Annecy…). En terme de qualité je ne m’engagerai pas, les moniteurs sont diplômés, après c’est une histoire de feeling…
Pour l’init, je pense quand même que c’est pas mal d’enchaîner les périodes, soit en enchaînant les we soit sur une semaine, histoire d’avoir vraiment la base en une fois et de ne pas avoir à tout recommencer à chaque fois.
Voilà :slight_smile:

Salut !

C’est une bonne solution. Les pilotes qui se sentent d’aller voler seul (mais accompagnés par un club ou des potes) après seulement un stage initiation ne sont pas une majorité.

Super ! fais plein de choses avec eux, ils te permettront de progresser sereinement.

Oui c’est envisageable mais d’après moi, cependant, pour apprendre, 5 jours à la suite seront toujours plus efficaces que 2 ou 3 weekends. Alto a formé énormément de pilotes. Autour de Grenoble, les bonnes écoles ne manquent pas, au final c’est plus le feeling avec les moniteurs qui fera une différence.

Bonjour Rere38.

Comme déjà dit plus haut, il vaut mieux faire un stage init de 5 jours pour débuter. J’ai personnellement débuté en week-ends (il y a bien longtemps et c’était la seule possibilité où j’habitais à l’époque) et ça ne m’a pas vraiment réussi (il faut dire aussi qu’à cause des conditions météo et du site, les week-ends n’ont pas pu être à la suite et il y a eu plus de 2 mois entre le premier et le dernier week-end!).
Ensuite, j’ai fait de nombreux stages perf sur 5 jours dans beaucoup d’écoles différentes, et j’ai souvent pu observer ceux qui faisaient le stage init (on est souvent plus ou moins ensembles en pente école et aux décollages) et cela me parait nettement plus efficace.

L’idéal en fait si on veut progresser assez rapidement est d’enchaîner un stage init et un premier stage perf sur 15 jours. Certains arrivent à voler seuls ensuite (en conditions calmes et sur site connu bien sûr).

De toute façon, comme dit plus haut, tu n’es pas du tout autonome après un stage init (souvent, tu ne fais que 2 ou 3 vols; en stage perf tu peux en faire 10 à 15).

Donc un stage init à l’automne, pourquoi pas, mais si tu ne peux pas rapidement enchainer avec un stage perf, tu ne voleras pas de tout l’hiver.

Mais de toute façon, en école, le ou les stages perf ensuite commencent toujours par une journée (ou au moins une demi-journée) de pente école (parfois plus pour certains élèves qui éprouvent des difficultés) avant de faire un grand vol à nouveau.

Pour les écoles, même si j’en ai fait beaucoup, je ne connais pas celles autour de Grenoble donc je ne peux pas te conseiller.

Bons débuts en parapente.
P’tit’ étoile.

Bonjour, nous nous sommes inscrit l’automne prochain dans les Alpes-Maritimes sur Gréolieres chez Ailéments : https://www.ailements.fr/.
Le but est de pouvoir acquerire certaine compétence pour le Marche et vol, la région du 06 est top pour pratiquer tout l’hiver, nous avons hâte de pouvoir être autonome et se faire de belles randonnées suivit d’un petit vol.
Petite question: que prendre en vol montagne pour des débutants ? , nous cherchons du matériel relativement light.
Merci de votre aide
Profitez bien de la nature
Hervé

Je profite du déterrage pou y aller de ma question. Existe il des clubs de parapente qui font de l’initiation, comme il y a des clubs d’alpi/escalade ?

Bonjour,

pour l’aile je regarde l’Ozone Ultralite 4, l’Advance Pi2, et la Niviuk Hook 5 plume. Les prix vont respectivement en augmentant, ainsi que la finesse et le poids.
Je vole actuellement sous Ultralite 1 qui a le gros défaut d’avoir une vitesse trop faible.

Merci encordelibre nous allons nous diriger vers la pi 2 normalement et coté sellette ? Merci

Bonjour Mollotof.
Pour l’initiation, ce sont des écoles de parapentes. Mais il y a parfois des clubs qui ont aussi une partie école (il y en a au moins un, bien connu en idf: dans les autres régions, je ne sais pas), même si c’est plutôt rare. La plupart des clubs demandent d’être déjà autonome (ce qui demande tout de même un certains nombre de vols et de stages en école: il ne suffit pas d’un stage d’initiation pour être autonome).

Renseigne-toi sur le site de la FFVL pour les clubs-écoles.
P’tit’ étoile.

1 Like

J’ai ça pour le vol plaisir et une strapless pour le faible encombrement :slight_smile:

Il y a également la Gin Yeti. Gonflage très facile, EN-A et suspentes gainées contrairement à la PI2.

La Sup Air Radicale. Pas la plus légère mais possibilité d’ajouter facilement un airbag avec sac réversible. Le sac est excellent coté ergonomie.

Pour ma part je vole avec une Pi2 et une easiness 3 en voile principale depuis mes débuts. J’en suis à faire des vols de 1h45/2h sans la moindre difficulté, niveau confort et performance, on ne voit pas la moindre différence avec la Koyot 3 du copain.

Au départ j’étais sceptique, j’avais peur de l’usé particulièrement vite, mais il suffit d’en prendre soin et il n’y a pas franchement de différence notable … (par contre quand y a du dégât, il est bien plus important que sur une voile classique)

La Pi2 vol vite, en étant en partie haute de fourchette elle vole vraiment vraiment bien, elle est vive et réactive … j’ai la 27m et je suis à 99 de ptv.

Pas plus tard que mardi dernier je faisais un vol avec mon meilleur ami, lui vole depuis 10 ans, compétiteur sous 2 lignes. Et bien dans des conditions aérologiques extrêmement calme, on s’est aperçu que je Volais pratiquement aussi vite que lui bras haut ! Bon on avait pas la même finesse cependant haha. On voyait la différence dans la brise, là où moi je perdais 10/15 km/h, lui conservait a peu de choses prêt sa vitesses.

J’étais aussi très sceptique par rapport au suspente non gainée, et en toute objectivité, leur seul point négatif c’est que c’est un poil moins intuitif lors de la prevol, il faut faire un peu plus attention, mais c’est qu’une question d’habitude ! D’ailleurs c’est pas pour rien que même sur les voiles perf non light, les voiles sont de plus en plus en suspente non gainée haha

Bref pour ma part la Pi2 répond à tous mes critères, c’est une voile fabuleuse qu’on compte par dizaine les jours on ça vole bien sûr site connu, elle vole aussi bien que n’importe quelle autre voile En A non light mais avec le poids en mois quand on veut monter à pied, c’est une voile qui peut devenir B- en fonction du PTV et qui est vraiment évolutive.

Maintenant concernant la sellette, la Easiness 3 est particulièrement intéressante pour son rapport poids/équipement. Très légère (2,3kg avec airbag) elle est super modulable, on peut enlever l’airbag pour y mettre un cover et transformer la sellette en véritable sellette de montagne avec sac à dos intégré (1,8kg). D’origine elle est vendu avec Airbag, compartiment secours sous cutal, c’est une cuissard qui laisse la possibilité (a essayer) de mettre une planchette (il y a un compartiment qui laisse la place, reste à voir si une fois en mode sac à dos la planchette rentre), bien sûr réversible et offre un volume de rangement très intéressant …

Le plus gros point fort de cette sellette selon moi, c’est qu’une fois en mode sac à dos, on est vraiment face à un sac à dos de montagne !

Pour ma part, avec une Pi2 en taille 27, une Easiness 3 en taille L, un Supair Shine en taille M, et tout l’équipement (veste, casque, gant, radio, vario, Go pro, etc), je suis à 7,2kg… autant vous dire que monter à pied n’est vraiment pas un problème !

J’espère avoir répondu à la question concernant la Pi2 !

:slight_smile:

Hello @herve800 ,

Je rejoins plusieurs avis sur la sellette Easiness (la 2 ou la 3). J’ai personnellement la 3 mais d’après ce que j’ai lu/discuté avec des gens, les améliorations sont minimes, donc si le budget est important pour toi, la 2 convient très bien :wink: Et le sac est vraiment bien foutu, tu as un filet pour le casque au-dessus, des poches extérieures pour mettre une veste, les bâtons/le piolet, une gourde, etc. Confortable à porter en marchant aussi!

Sinon tu peux prendre aussi un string mais ça sera vraiment destiné à descendre de la montagne et pas à faire des vols un peu plus longs, car le confort n’est pas le même.

Sinon pour la voile il paraît effectivement que les Pi2 sont géniales. Perso j’ai une Masala 2, qui est également une voile montagne, bien que légèrement plus lourde (3.5 kg avec élévateurs normaux), mais cela reste très raisonnable.

Après si tu veux vraiment du léger, il y a soit les monosurfaces (c’est différent à voler, faut essayer), soit effectivement l’Ultralite 4. Je ne l’ai personnellement pas essayée, mais j’en ai entendu que du bien de divers instructeurs et parapentistes chevronnés.

Bons vols!

Ul4 de loin la meilleur aile light du marché.