Application Camptocamp : cahier des charges à élaborer avec vous

Préambule

L’application Camptocamp actuelle, développée en 2017, n’est plus maintenue depuis plus de 2 ans, et n’est plus disponible sur les stores.
Le besoin d’avoir une appli mobile est toujours là et la volonté également. MAIS il nous manque encore :

  • soit des développeurs bénévoles avec suffisamment de temps libre pour la développer (ça peut se faire par étapes)
  • soit des financements pour externaliser son développement (recherches en cours)

En attendant qu’une des 2 conditions ci-dessus soit remplie, il nous semble utile de définir avec vous le cahier des charges (CDC) de cette future appli mobile. Ca permettra d’être plus efficace, une fois les moyens pour la développer obtenus.

Au sein du CA, nous avons fait un 1er jet de ce cahier des charges. Il faut maintenant l’amender, le préciser et le compléter.
Si une bonne âme veut bien animer cette discussion et faire des synthèses régulières pour la faire avancer, nous sommes preneurs !

Merci d’avance pour vos avis et votre aide !

Cahier des charges

Principes généraux

  • consultation mode connecté et mode déconnecté
  • objectif d’iso-fonctionnalité entre le site web et l’appli-mobile
  • utilisation de l’appli-mobile orientée terrain : saisie de sortie, utilisation d’outil de terrain : cartographie hors ligne, trace GPX, topo, schémas.
  • OS / navigateurs ciblés : compatibles sur mobiles Android ou Iphone ou windows phone

Principes de l’appli mobile

  • Codage en progressive webapp pour faciliter la mise à jour en parallèle du site web
  • Fonctionnement online / offline
  • charte graphique du site mais possibilité de réorganiser les menus pour faciliter l’utilisation terrain et réduire la consommation de batterie nécessaire

Outils nécessaires

  • inclinomètre
  • boussole
  • appareil photo
  • GPS

Consultation

Pour les éléments géoréférencés, les recherches sont limitées à la zone géographique proche de l’utilisateur. L’utilisateur peut choisir via un curseur la dimension de la zone géographique à considérer (0km -> 6000 km, échelle logarithmique ?)

  • Itinéraires
  • Sorties
  • Points de passage
  • Livres
  • Images
  • Régions
  • Yéti
  • Sérac
  • CPS
  • Forum

Fonction d’enregistrement en local pour consultation offline :

  • d’un document
  • d’une sélection de documents

Création / Modification (fonctionnement idem site internet)

  • Itinéraires
  • Saisie de sortie :
    ○ Page principale
    ■ Démarrer / reprendre la saisie d’une sortie (brouillon temporaire)
    ■ Finir / mettre en pause une sortie
    ■ Résumé de la sortie en cours (durée, dénivelé, distance, activité, itinéraire associé ….)
    ■ Gestion de la synchronisation avec le site
    ○ Page de gestion de l’itinéraire
    ■ Permet d’associer des itinéraires à la sortie
    ■ Manipulation intuitive en proposant des sommets / itinéraires / parkings à partir de l’activité et de la géolocalisation (courante ou enregistrée)
    ○ Page cartographie
    ■ Visualiser le trajet en cours
    ■ Si la connexion est disponible, afficher un fond carto au choix (google, swisstopo, IGN, ….)
    ■ Afficher les objets des itinéraires c2c à proximité (refuge, parking, …) si possible
    ■ Contrôle du GPS (on/off)
    ■ Affichage optionnel du profil d’altitude
    ○ Page d’édition
    ■ Ajout de photos (prise depuis le disque de l’appareil, ou enregistrement d’un nouvelle photo). Si l’appareil
    ne géoréférence pas les photos, corréler avec la position GPS si possible.
    ■ Renseignement des champs textuels et numériques de la sortie (même champs que la version web)
    ○ Page de paramètres
    ■ Gestion du compte utilisateur c2c et de la synchronisation
    ■ Seuil alerte batterie faible
    ■ Unités (langue, miles, kilomètres, pieds, …)
    ■ Distance entre deux prises de position GPS
    ■ Partage de la sortie sur les réseaux sociaux (IG, FB…)
  • Points de passage
  • Livres
  • Images
  • Sérac

Création (spécificité liée à l’appli)

  • Capture de la trace GPS et des photos.
  • A la fin de la capture, vérification des itinéraires à proximité, affichage de leur liste à l’utilisateur.
    • Si l’itinéraire existe, création de la sortie et association automatique à l’itinéraire.
    • S’il n’existe pas, création de l’itinéraire, puis création de la sortie.

Etapes de développement

Vu la taille de ce projet, il est préférable de le développer par lots, qui seraient réalisés dans l’ordre suivant :

  • consultation online et offline des itinéraires et points de passage
  • consultation online et offline des autres documents
  • création/modification d’une sortie
  • création/modification des autres documents
3 Likes

Ça existe toujours les windows phones ?

2 Likes

bonjour,

Moi, etant un vieux, je m’en fiche un peu (actuellement, j’enregistre en local les infos dont j’ai besoin, traces ou topo et je mets les sorties via un ordinateur).

Mais si C2C veut pas mourir avec que des vieux comme moi, une appli parait fondamentale (les jeunes rechignent à sortir de leur téléphone)
Et une fonctionnalité importante de cette appli, c’est la synchronisation sur les réseaux sociaux (instagram, FB, mais je pense surtout à strava and co). Pour strava par exemple, Il ne s’agit pas seulement de partage, mais de synchro : quand je saisis sur C2C, l’info devra être extraite et entrée dans la BDD de strava (déniv, trace, type d’activité, photo) et inversement.
Si quand je saisis une sortie sur strava, si celle ci est automatiquement traduite sur C2C, le nb de sorties augmentera exponentiellement…

7 Likes

On ne pourrait pas envisager d’avoir un fonds cartographique hors ligne, comme sur OsmAND?

Ça ne risque pas de faire énormément de travail de modération pour des itis qui ne seront que des variantes, ou des combinaisons d’itis? Enfin, j’imagine que ça se paramètre, mais dans ce cas il faudra paramétrer haut pour considérer qu’on a affaire à un nouvel iti. Il me paraît préférable de perdre quelques sorties, plutôt que de bordéliser le topoguide avec des créations automatiques un peu trop larges.

Pour ma part, je pense que le choix est très limité :

  1. soit on trouve un financement pour développer une appli mobile
  2. soit il s’agit de faire évoluer le site internet actuel en mode PWA (hybride à la limite si on veut « publier » une app) pour pouvoir réponde aux besoins décrits

Je ne crois pas à la solution 1 et de plus je ne pense pas que ce soit une bonne idée même si c’était possible, car on n’aura jamais les moyens de la maintenir.

La solution 2 est faisable, faut trouver le temps et les ressources.
Donc il me semble que le « CDC » devrait se décider sur ce choix dès à présent et le rendre explicite.

3 Likes

Oui c’est bien le cas : on ne souhaite pas développer une appli native Android/IoS/… mais bien faire évoluer le site en PWA (et en ajoutant qq fonctions propres à une appli mobile).
C’est écrit ici dans le CDC :

C’est sans doute pas clair. Si tu as une meilleure formulation…

Pour aller un peu dans le même sens que b_b, j’ai l’impression que C2C en train de passer de rien du tout à une usine à gaz impossible à maintenir, qui de plus existe déjà, chez d’autre.

Si déjà il y avait un version PWA du site avec:

  • Un moyen facile de récupérer les gpx
  • Un moyen facile de partager sa sortie strava et autre sur une sortie C2C
  • Un moyen de sauver quelque page pour une consultation hors-ligne.

Tout le reste (carte, boussole, GPS) n’est que doublon avec d’autre applications qui ont déjà quelque années d’avance.

Il faut arrêter de absolument vouloir tout faire et se concentrer sur ce que l’on sait faire. Par exemple un topo papier de fournit pas les cartes topo et la boussole avec…

4 Likes

Tout à fait d’accord avec nialabert : on implémente seulement gpx, consultation hors ligne et puisqu’il semble que ce soit important partage avec Strava et autres.
Pour le reste je pense aussi qu’il vaut mieux le laisser aux autres appli qui font ça très bien.

1 Like

Bonjour à tous,
Le principe d’un C2C facilement accessible sur le téléphone: je suis carrément pour!
En me remémorant ce dont j’ai déjà eu besoin/envie de faire, voici ma contribution:

  • Pouvoir enregistrer un itinéraire en hors-ligne
    ° Pouvoir enregistrer les shémas et/ou photos iti et…
    ° …pour les itinéraires avec beaucoup de photos possibilité de choisir lesquelles je veux en cache, je pense que c’est ça:

° (en bonus) possibilité d’annoter, de préciser un itinéraire avec des commentaires perso, des choses qu’on a trouvées ailleurs ou dans une sortie

  • Télécharger les GPX
  • Concernant le partage Strava & Co je n’y vois pas trop d’intérêt (y’a pas « Alpinisme » dans Strava) mais c’est revenu plusieurs fois donc c’est p’tet important (c’est ici que je m’aperçois que je ne fais plus partie des « jeunes »)
  • Consulter tout ça:
  • Pour la partie enregistrement / boussole / carto / photo il me semble que c’est inutile parceque j’ai déjà d’autres outils pour ça et il faudrait donc que ce soit bigrement bien foutu pour que j’utilise cette fonction (la force de l’habitude tout ça…). MAIS si le but est également d’enrichir le topoguide C2C ça peut effectivement être une piste. Cependant je suis d’accord avec la remarque de Julien:
1 Like

On peut faire ça en modifiant l’itinéraire lors de la préparation de la sortie chez soi, si ces commentaires sont pertinents :

  • remarques qu’on retrouve dans plusieurs sorties, mais qui ne sont pas triviales (pas besoin de préciser qu’un couloir E chauffe tôt le matin).
  • lien vers l’itinéraire de descente au lieu de la simple mention sans lien
  • lien vers des topos externes, si ce sont effectivement des topos, et pas juste un blog avec 10 photos et qq commentaires perso
  • améliorations diverses de la mise en forme de la description :
    • déplacement des remarques vers là où on parle du sujet - typiquement une remarque du type « R5 est sur un seul goujon » doit être déplacée dans la description le L5.
    • suppression des doublons d’infos, qui peuvent prêter à confusion ou au moins alourdissent la description pour rien.

C’est sûr que faire ça en voyage sur mobile est plus lourd.

1 Like

On peut le faire dans une certaine mesure, mais ça serait en effet intéressant de pouvoir mettre des commentaires dont on ne sait pas forcément à l’avance s’ils seront pertinents ou non, ou des choses liées aux conditions du moment, qu’on a pu entendre d’une autre cordée, du gardien du refuge…

1 Like

En l’occurrence je pensais aussi aux fois où j’avais pu discuter de l’itinéraire avec quelqu’un qui l’avait déjà parcouru et qui me donne quelques « trucs » (genre « prendre bien à droite après R2 et pas suivre la fissure », ou alors « à partir de R5 on a basculé sur la gauche pour sortir par l’arête machin-truc »).
Mais ça ce sont des infos que j’ai AVANT de partir je n’ai donc pas encore parcouru l’itinéraire et, dans l’idée que j’en ai, je ne modifie pas la description d’un itinéraire avant de l’avoir parcouru et vu/vérifié/approuvé moi même les infos sus-citées.
D’où l’idée de pouvoir « prendre des notes » sur les itinéraires téléchargés.

3 Likes

L’inverse plutôt non? Soit la possibilité, une fois qu’on a rentré une sortie C2C, de l’exporter sur Strava. En effet, a priori on met plus d’infos sur C2C que sur Strava (enfin, je crois, je n’ai jamais utilisé Strava).

Ok je comprends.
Perso, aujourd’hui je fais ça en MP, dans une discussion avec mon/mes partenaires, où tout le monde ajoute des infos sur les itinéraires visés (ça commence d’ailleurs par la recherche d’itinéraires qui correspondent à nos critères).

C’est une fonctionnalité utile. Mais c’est quand même une verrue sur le fonctionnement de base du topoguide.
Mais par ailleurs, une fonctionnalité demandée depuis longtemps est la possibilité d’enregistrer des brouillons pour les sorties (et itinéraires ? surement tous les docs).
Il suffirait alors de créer un brouillon d’une sortie associée à l’itinéraire, dans laquelle on met toutes les infos qu’on veut. Puis si on a effectivement réalisé la sortie, on utilise ce brouillon pour saisir la sortie. Sinon on le supprime.
Pour une bonne ergonomie, il faudrait que lors de la consultation d’un itinéraire associé à un de nos brouillons de sortie, il s’affiche un popup ou une info qq part indiquant qu’on a un brouillon en cours. Ca éviterait déjà de créer 10 brouillons de sortie pour le même itinéraire.

D’accord, pas de problème je comprends les problèmes de codage.
Je glissais ça là vu qu’il est question de l’appli mais évidemment mes propositions sont à pondérer selon l’investissement nécessaire (en temps et en matière grise) par rapport au gain / à l’utilité attendue.
Jusque là je m’en passais, si ça ne se fait pas, ou pas tout de suite, je trouverai bien un moyen d’aller en montagne quand même! :wink:

Non, je pense bien que @nialabert parlait bien dans l’autre sens, dans l’idée d’ajouter facilement sa trace GPS à la sortie c2c que l’on va rentrer ?
Si c’es bien à ça qu’il pensait, c’est dans les tuyaux et si tout va bien ça arrivera avant Noël (depuis strava ou directement sa montre GPS connectée).

De c2c vers strava je ne vois pas quelle info pourrait être « transférée » ?

2 Likes

Très juste, de nos jours « le truc à la mode » c’est d’enregistrer sa trace GPX avec sa montre et à la fin de la journée de la partager, via son smartphone sur son compte strava.

En plus de montrer au reste du monde ce que l’on a fait ça permet d’avoir facilement un carnet de courses avec moulte statistique.

Si en quelque clics on peut récupérer toute cette précieuse info pour en faire une sortie C2C la base de donnée des sorties devrait s’enrichir.

Et ensuite C2C serait utilisé pour trouver un itinéraire et en pomper la trace GPX. Evidement pour de la grimpe tout cela n’a aucune sens, mais pour de la rando à pieds, à ski ou du VTT, c’est le top.

2 Likes

Ben, la trace GPX, non?

Si le gars veut sa trace sur strava, il ne a pas passer sur 2c pour ça selon moi.
S’il a une montre GPS, c’est beaucoup plus facile de configurer son application pour faire la synchro.
S’il met la trace à la main depuis son téléphone sur c2c, les cas où il les mets aussi sur strava sont extrèmement rare ? Et même dans ce cas, si on fait le lien dans un sens (strava/montre -> c2c qui correpsond à l’immense majorité), alors il est autant gagnant qu’un lien dans l’autre sens.

Ou alors il existe d’autres cas d’utilisation que je n’imagine pas…

1 Like

Tu as certainement raison, ce sont des usages que je connais mal. C’est déjà super d’avoir fait un lien, sans devoir redoubler le travail