Action sur l'Arête des Bosses - Merci Christophe Profit !

En expédition, parfois tu es obligé d’accepter des risques objectifs monstrueux sans commune mesure avec ceux des Alpes, et ce en-dehors des considérations de technicité de l’itinéraire.
Un exemple médiatique c’est l’Ice Fall à l’Everest et la tentative de Marc Batard de trouver un itinéraire de contournement. Mais tout le monde s’en fout de son itinéraire, même les Népalais.
Il y en a plein d’autres (Bottleneck au K2, VN du Manaslu, etc). J’ai vécu la combe Sud du Khan Tengri, ça m’a bien calmé.

2 Likes

D’accord - mais comme tu dis en expé tu n’as pas le choix. Sur le MB à priori oui, même si tous ne sont pas d’accord.

1 Like

Coté italien : (il y a du choix) voie des papes, voie des Aiguilles Grises, éperon de la Tournette.
Côté français : (du choix aussi) par Bionnassay, l’arête NE du triangle du Tacul ou la Contamine-Negri et traversée jusqu’au MB (La face N du MB du Tacul est selon moi aussi dangereuse que le couloir du Goûter, ou en passe de le devenir.), ou arête N du Dôme du Goûter puis MB, ou encore l’arête Payot que tout le monde déteste mais que je ne trouve pas si pire (PD+ ?).
De toute façon il faut envisager des séries d’éboulements les étés désormais. La saison d’alpi sûr reste le printemps.

Concernant les pieux, je n’ai pas d’avis. Le pire n’est pas de voir de l’équipement* en place mais la surfréquentation.
*chaque proprio (donc commune parfois) fait bien ce qu’il veut sur son terrain, dans le respect de la loi : le Mont-Blanc n’appartient ni aux alpinistes ni aux guides.

2 Likes

Cervin plutôt ?

1 Like

De Munich à Cervinia ou Zermatt, ça fait une trotte ?
Mais je vais ressortir mon bouquin de Frison Roche sur l’histoire Alpine, y’a bien 50 ans que je l’ai pas ouvert :rofl:

Que ça ne t’empeche pas de sortir ton bouquin :wink:

3 Likes

Tu as l’air de bien t’y connaitre et encore une fois tu es très pertinent !
Alors :
Coté italien : (il y a du choix) voie des papes, voie des Aiguilles Grises C’est la même voie ou presque ! et c’est réalisable de moins en moins longtemps, éperon de la Tournette. AD !
Côté français : (du choix aussi) par Bionnassay, AD ! l’arête NE du triangle du Tacul ou la Contamine-Negri et traversée jusqu’au MB (La face N du MB du Tacul est selon moi aussi dangereuse que le couloir du Goûter, ou en passe de le devenir.), et le Maudit tu le survoles ? ou arête N du Dôme du Goûter puis MB, ou encore l’arête Payot que tout le monde déteste mais que je ne trouve pas si pire (PD+ ?). J’aimerai bien y croire mais le sommet de cette arête est bien pire que toutes les options précitées (mais qui reste, à cause des éboulements à répétition, un bon coin pour les cristaux), à l’exception de la voie des Grands Mulets mais qui je ne sais pour quelles raisons a de moins en moins la cote…

1 Like

ça doit quand même pas être facile, au delà des formalités administratives que ça implique

La voie du pape passe par le glacier du dôme jusqu’au col des aiguilles grises, où elle rejoint la voie des aiguilles grises qui passe par l’arêté des dites aiguilles :wink: pas exactement la même chose…

2 Likes

Oui enfin, tu poses les mains pour grimper du 3 de temps en temps, je pense que c’est du ressort de n’importe qui, ou bien c’est un peu plus raide que du 30°, en jouant des cuisses ça se fait aussi.

1 Like

Soutien total !

Diemberger avait fait la seconde de la face nord du Cervin en vélo depuis Vienne je crois.
Entre autres choses.

Pour le Mont-Blanc la Kuffner ça a l’air classe. Après tu survoles le mont maudit et tu descends par le goûter ou Payot. Tu rates le train et la benne mais tu as ta frontale
Ou sinon tu rates le goûter mais tu prends un café aux Houches.

Bah non, mais c’est pas le crux de l’itineraire …

Ce qui est plus facile avec la turista.

Plus facile mais inquiétant.

Merci, j’avais la flemme de chercher sur Google …
C’est impardonnable, je vais mettre ma médaille de Guide à la poubelle …

Le fait que les autres voies soit AD et tout à fait cohérent avec ce que j’avais remarqué au dessus. On parle de risques objectifs.

C’est vrai qu’un alpiniste très peu expérimenté aura plus de chance d’avoir un accident sur l’arête de Bionassay (par ex.) que dans la VN du Goûter. Mais le niveau d’un alpiniste est heureusement pas fixe. Il suffit de progresser pour avoir un niveau suffisant pour aborder une voie plus technique qui évite les dangers objectifs du couloir.

Le problème c’est que beaucoup ne font que le Mont-Blanc durant leur carrière d’alpiniste (sans parler des courses écoles en préparation du Mont-Blanc).
Mais je maintiens qu’un itinéraire mixte en AD est réalisable par n’importe quel débutant accompagné et initié par un guide.

2 Likes

Oxymore ?

Au recyclage s’il te plaît

2 Likes