Une pétition pour interdire la chasse dans la Réserve des Hauts plateaux du Vercors

Une pétition à votre attention :

Une pétition pour interdire la chasse dans la Réserve des Hauts plateaux du Vercors

"Avec ses 17 000 hectares, la réserve naturelle des Hauts plateaux du Vercors s’étend sur 10 % du territoire du Parc naturel régional du Vercors. Elle est aujourd’hui la plus grande réserve terrestre de France métropolitaine. Ce site est labellisé Espace Naturel Sensible et Zone Natura 2000

"L’ouverture de la chasse a été confiée par le Conseil départemental à « l’Amicale des agents du département chasseurs de l’Isère » pour organiser une chasse privée pour une minorité de citoyens et d’élus. " …

10 Likes

Ah putain !!! @Gros reposte après des mois d’absence mais efface son message dans la foulée… Déception…
:wink:

2 Likes

Oui Alexis tu nous manques :pray:

1 Like

Signer cette pétition reste d’actualité. L’ouverture de la chasse approche, et nos élus du conseil départemental de l’Isère continuent de s’octroyer des privilèges sans concertation et sans tabou. C’est là: Pétition : Non à l’ouverture de la chasse dans la Réserve naturelle des Hauts plateaux du Vercors

En mai 2021, le Conseil Départemental de l’Isère a autorisé la chasse sur sa propriété de 4000ha, située au cœur de la Réserve des hauts plateaux. Depuis 1992, ce formidable espace naturel n’était plus chassé et l’exploitation de la forêt abandonnée au bénéfice de la nature et le public qui peut l’apprécier en toute tranquillité. C’était une magnifique réussite!

La chasse à été réservée à « l’Amicale des agents du département chasseurs de l’Isère », créée pour l’occasion en juin 2021. Il s’agit d’organiser une chasse privée pour une minorité de citoyens et d’élus ! Cette association pourrait demander la modification du règlement actuel de la réserve naturelle nationale afin de pouvoir circuler en dehors des pistes et parkings autorisés et utiliser des chiens, ce qui est aujourd’hui interdit au public. Évidemment, tout ceci se ferait au détriment de la faune et de l’accueil du public.

S’octroyer ce type de privilège est inacceptable. N’hésitez pas à signer la pétition pour manifester votre opposition à la décision du Conseil Départemental et ses caciques qui privatisent ainsi les biens publics.

2 Likes

J’ai pas compris. C’est fait ou c’est pas fait? Car tu emploies le conditionnel dans la deuxième partie de ton message

La décision a été prise en mai 2021, mais elle peut être inversée par une nouvelle décision… en supposant que nos élus départementaux ne fassent pas partie des idiots qui ne changent jamais d’avis.

Si c’est une réserve nationale c’est pas le département qui décide.

Et si, malheureusement, car le Département est le propriétaire du terrain en question (4000 ha).

Certes. Mais n’empêche si c’est une réserve nationale, la décision finale revient à l’état il me semble. Comme pour n’importe quel propriétaire d’une zone protégée nationalement (privé ou public). L’état n’est pas propriétaire des parcs nationaux et des sites classés.

Oh que si ! En pratique, (c’est peut-être impossible en théorie) c’est parfois même décidé au niveau communal (peut-être à coup de magouilles de copinage, mais concrètement c’est comme ça que ça marche)

Euh non désolé. Ou alors c’est illégal. Enfin une décision qui n’a aucune portée réglementaire.
Ce qui est possible par contre c’est que le préfet cède à la pression politique locale.

C’est bien ce que je te dis: ce qui compte c’est ce qui se passe en pratique; le maire copain de quelqu’un au département copain du préfet copain de je sais pas qui …), mais c’est bien localement que les lobbies font leur loi dans ce genre te trucs

Ok là-dessus. Je dis juste que la décision ne revient pas au département.

La réglementation de la chasse est propre à chaque réserve naturelle, en fonction de son Décret de création et de son règlement intérieur (ici, modifié en 2016 pour assouplir les contraintes pesant sur la chasse). Elle est effectivement sanctionnée (= approuvé) par l’État (ici le Préfet centralisateur, vu que la réserve est sur 2 départements: la Drôme et l’Isère).

Il n’y a quasiment aucune limite à la chasse dans la réserve en dehors de certaines parcelles en réserve de chasse du fait de l’opposition du propriétaire (c’était le cas pour les espaces naturels sensibles propriété du CD38…, mais aussi de la réserve biologique intégrale créée en 2009), de l’interdiction des chiens, et des accès motorisés limités. L’État, sur proposition des fédérations de chasse départementales fixe aussi des restrictions (certains quotas sont fixés à zéro, par exemple pour le lagopède).

La gouvernance de la réserve détermine qui peut faire évoluer le règlement intérieur, et dans quel sens. C’est donc bien une question politique, et pas juridique. Les choix du CD38 pèsent lourd dans la balance. D’où la pétition.

2 Likes

Ça me semble un peu radical. Blanc ou noir, pour ou contre : Tel qu’il est posé, le débat parait manqué de nuances et de réflexions.
Ainsi, il me semble que certaines espèces de cervidés, comme les sangliers, sont en excès. Est-ce qu’interdire leur chasse est souhaitable?

Si c’est une question d’égalité et de limitation de privilèges, la question est mal posée.

J’ai appris un truc ce soir

7 Likes

Dans la réserve naturelle des Hauts plateaux du Vercors ?

C’est une des informations qui font défaut. Mais c’est le cas par ailleurs.
Et justement, je vois qu’une étude est prévue concernant les populations d’ongulés présentes dans le réserve.

C’est le problème de cette pétition : On nous présente un discours radical d’un coté, et aucune explication de l’autre. Difficile de se faire une opinion avec un seul point de vue …

Ah, maintenant le simple respect des engagements d’une réserve naturelle est considérée comme radical. Ok…

C’est surtout que c’est fait en douce, et dans le but de profiter à qquns.

Est-ce que l’étude concerne aussi la régulation des ongulés par les loups ? Car si les loups régulent la population tous seuls, plus besoin de chasser.

5 Likes

Cette étude, personne ne l’a vue… et la décision a été prise quand même. Où est le principe de précaution?

Par ailleurs, les fondamentaux scientifiques de cette étude seraient facilement questionnables, comme tout ce qu’on peut entendre sur la « prolifération » des cervidés et sangliers. Les mecs font un exclos, constatent que l’herbe pousse, et concluent qu’il faut autoriser la chasse. C’est facile! On se demande quel est le référentiel que ces gens ont en tête, et leur compréhension de l’écologie des cervidés. A noter par ailleurs que l’effet des herbivores sauvages doit être comparé à celui des milliers de moutons qui pâturent la réserve.

Même si c’était avéré qu’il y a un problème de densité d’herbivores sauvages (ce qui n’est donc pas le cas!), une battue administrative suffirait. Pas besoin de s’octroyer à soi-même et ses amis des privilèges indus.

6 Likes