Les charges pour un guide

Salut, je me demandais sur une journée ou le guide prend 320e il lui en reste combien après avoir payé les charges dessus ??

ce ne sont pas des « charges ». Ce sont des cotisations sociales.
Comptablement bien sûr, ça rentre dans les charges hein. mais les mots ont un sens…

3 Likes

Il lui reste l’amour de la montagne

Vu que le client doit nourrir son guide, il ne doit pas rester lourd après les charges :laughing:

Honnêtement je ne sais pas, et il doit y avoir une différence entre un guide dans une compagnie et un indépendant.

Oui donc si comptablement ça rentre dans les charges au même titre que les frais de bagnole et autre ce sont des charges.

L’auteur semble vouloir se rendre compte de ce qui reste à un guide tous frais payés par rapport à ce que paye le client, ce genre d’interventions idéologiques n’apporte rien.

4 Likes

Bonjour,
Il y a plusieurs cas !
Le guide est indépendant, auto-entrepreneur, considéré comme un « artisan ».
Il peux faire partie d’un « bureau des Guides », c’est un groupement d’artisans.
Il peux être salarié d’un bureau des guides.
Cordialement

S’il est indépendant, il lui reste environ 55% une fois les charges sociales retirées (45% pour un salarié classique), mais c’est très dépendant de certaines situations « double statuts » et de certains choix de sa part sur son niveau de protection sociale, santé, etc …

Ensuite, il faut ajouter les charges liées aux déplacements, au matériel, à la promotion de son activité, aux assurances, aux cotisations syndicales, etc, évidement retirées de son revenu.

Et aussi les éventuelles masses à payer au bureau des guides auquel le professionnel appartient.

Le guide (à moins que ce ne soit le client :thinking:, tout dépend du point de vue) bénéficie aussi d’une dérogation sur la facturation d’une TVA, mais en revanche, comme l’auto-entrepreneur, il achète aussi TTC toutes ses fournitures et prestations (et pas HT comme ceux qui facturent la TVA au client).

2 Likes

Ok autant pour moi je m’y connais pas en compatibilité. Ce que je me demandais c’est concrètement qu’est ce qu’il reste à un guide sur les 320e que paye un client.

45% de charges sociales :scream:.
En gros il lui reste 170e pour une journée de boulot qui peut durer plus d’une dizaine d’heures dans le froid .
Sa fait pas énormes

176 € selon les informations de @Gros.

Tu t’es répondu à toi-même en même temps que je te répondais.

Ramené à un tarif horaire net, le reste à vivre (après recyclage du matos pro + frais pro en général) tourne autour de 12 euros / heure.

Je pense que dans le BTP ils aimeraient avoir ça à la journée…dans le froid aussi, ou la canicule, etc, etc…
De plus à niveau équivalent d’un Bac+2 (DEJEPS) c’est déjà bien ! Beaucoup d’autres professions gagnent bien moins en ayant fait des études. Donc il faut relativiser.
Mais c’est un choix et notamment celui de vivre de sa passion, ce qui est déjà beaucoup et un luxe quand cela est réalisable. Tu ne fais pas guide pour les tunes, mais tu en as besoin pour vivre, c’est évident.

2 Likes

Oui mais contrairement au métier que tu cite, il y a un risque de mort et également le guide ne peux pas travailler tous les jours .

1 Like

La plupart des guides ont un métier secondaire (ou principal) pour pallier aux périodes sans client.
Quant au risque de mort, il existe bel et bien, et leur formation tente de le minimiser. Mais il fait partie du choix du métier (au même titre que les secouristes, pompiers, militaires …), contrairement aux travailleurs du BTP (ou de l’industrie) pour reprendre l’exemple cité plus haut qui possède quand même l’un des plus grands taux d’accidents mortels ou invalidants, sans compter leurs maladies professionnelles qui ont du mal à se faire reconnaître. Et généralement ce n’est pas un choix de travailler dans ces secteurs.

1 Like

Si je devais faire une comparaison, je mettrai plutôt en balance un chauffeur de bus pour le côté responsabilité.
Sauf que c’est quand même vachement encadré sur les horaires.

Et ils ne bossent pas tous les jours. Soit parce que pas possible (météo, conditions,…) soit car travail de l’ombre (admin, prépa de course,…)

Le taux de mortalité par accident du travail chez les guides est de très loin inférieur à celui des manards du BTP.
Mais ils.ne roulent clairement pas sur l’or…

De cotisations sociales te dis-je. :wink:
Fin du HS

1 Like

Je ne saurais pas rentrer dans le détail - surtout qu’il y a pleins de subtilités selon le statut (salarié, indep, auto entreprise), bureau des guides/agence/indep, partenariat matos ou pas…- mais c’est de l’ordre de 40% qui reste en gérant bien. Un guide de bureau laisse généralement 10-15% de masse, plus quand il est renfort.

1 Like

Ce n’est pas énorme, un salarié paye plus (mais il bénéficie de plus aussi).