Everest 2021 et Covid-19

Everest 2021 et Covid-19

"COVID : L’horloge tourne pour les grimpeurs de l’Everest"

"Il semble probable que le COVID, et non la mousson, mettra fin à la saison d’escalade de cette année sur l’Everest.

L’augmentation du nombre de cas de COVID a contraint les autorités à verrouiller le Népal, comme en 2020. Sur l’Everest, les équipes se dépêchent d’entamer leurs sommets avant d’être évacuées de force.
Mais cela pourrait être en jours comme en heures.

Au camp de base de l’Everest, les cas de COVID continuent de se propager, mais pas régulièrement. Certaines équipes restent exemptes de COVID, tandis que d’autres auraient de nombreux cas, ce qui a incité l’équipe médicale de l’Association de sauvetage de l’Himalaya à prendre des mesures urgentes.

…"

Everest 2021 : Douze Sherpas ont fixé les cordes et ont atteint le sommet.

  1. Kami Rita Sherpa
  2. Phurtenzi Sherpa
  3. Lakpa Nurbu Sherpa
  4. Ngima Tashi Sherpa
  5. Mingma Tenji Sherpa
  6. Fura Tshering Sherpa
  7. Tenjing Sherpa
  8. Chheten Dorjee Sherpa
  9. Tenjing Gyaljen Sherpa
  10. Phurba Chhotar Sherpa
  11. Mingma Dorchi Sherpa
  12. Furba Kusang Sherpa

"La vie est toujours aussi calme dans le camp. Les vols d’hélicoptères ayant été stoppés net par le confinement, c’est vraiment étrange.
Allez, encore quelques heures, et on rechausse les crampons ! "

6 mai :

"Cette nuit, vers 1h30, j’ai été réveillé par une équipe de sherpas qui se recueillaient devant la puja avant de monter du matériel au camp 2.
*Les tentes ont été installées et les sherpas commencent maintenant à acheminer l’oxygène en altitude. *
J’évalue à minimum 200 kg (50 bouteilles de 4kg) la charge totale !"

1 Like

Covid-19 :

"Il y a eu des rapports non vérifiés selon lesquels davantage de personnes dans la montagne ont attrapé le virus.

Un responsable de la Himalayan Rescue Association a déclaré qu’au moins deux douzaines d’alpinistes avaient été retrouvés souffrant de «toux grave» au camp de base de l’Everest. Mais ils ne savent pas si cela est dû à la «toux de Khumbu» ou au Covid-19, car dans les deux cas, les poumons se remplissent de liquide et les personnes atteintes présentent des symptômes similaires.

La toux de Khumbu est une toux de haute altitude causée par une combinaison de haute altitude et d’une faible humidité relative. Il peut être suffisamment grave dans certains cas pour entraîner des côtes cassées.

Les incidents ont suscité des inquiétudes parmi la communauté alpiniste si le coronavirus s’était rendu au camp de base de l’Everest, où environ 1500 personnes se sont rassemblées. Il s’agit notamment des Népalais qui aident les grimpeurs étrangers à différents titres ainsi que des officiels.

Mais les responsables gouvernementaux ont rejeté les informations faisant état d’une épidémie de Covid-19 sur l’Everest.
Il y a eu des rapports non vérifiés selon lesquels davantage de personnes dans la montagne ont attrapé le virus.

Vendredi, le ministère du tourisme a publié une déclaration indiquant que son attention avait été attirée par divers articles de presse faisant état d’une épidémie de virus sur l’Everest. Le ministère a demandé instamment de ne pas publier d’articles sans les vérifier, car cela pourrait terroriser les alpinistes ainsi que les membres de leur famille.

Le ministère a déclaré qu’il avait constitué une unité de coordination et de facilitation de crise Covid-19 pour secourir les trekkeurs et les alpinistes et les aider.

Les alpinistes payant 11 000 dollars pour chaque permis, le gouvernement perçoit d’importantes redevances sur ces permis. En outre, des milliers de personnes gagnent leur vie grâce aux expéditions sur l’Everest, des pourvoyeurs d’expéditions aux porteurs et aux guides d’escalade.

Compte tenu du grand nombre d’alpinistes et des craintes de surpopulation sur la montagne par le passé, le Népal a introduit cette année un système de quotas fixant le nombre maximum d’alpinistes autorisés à tenter l’Everest certains jours.

Le ministère du tourisme a déclaré qu’un nombre déterminé d’alpinistes, sélectionnés sur la base de leur numéro de permis d’ascension, seraient autorisés à tenter l’ascension du sommet pendant les différentes fenêtres de beau temps.

Si ce plan ne fonctionne pas, les pourvoyeurs d’expéditions devront se coordonner entre eux et organiser l’ascension, en limitant le nombre d’alpinistes à un maximum de 170 personnes dans une même fenêtre météorologique, a déclaré le ministère du Tourisme."

J’avais lu il y a deux jours dans le NYT que les cas de covid sont confirmés
Ils citent des noms et disent aussi que le ministère du tourisme nie ces infos.

1 Like

En effet, c’est un peu le « Bronx » aux camps de base en ce moment (Everest et Dhaulagiri).

Cela s’ajoute au « circus » habituel des expés commerciales…
Le Ministère du Tourisme Népalais nie les dizaines de cas de Covid dans les camps de base pour ne pas nuire à l’image du pays…

Mais les hélicos et les médivacs, on les vois bien !

Aujourd’hui, le Népal est fermé (sauf Inde).

Les gens sur les montagnes (trekkers et alpinistes) ne savent plus s’il faut monter ou descendre…

Tout ceci donne vachement envie de faire l’Everest !

Un bien beau bordel, aux camps de bases en Himalaya (COVID)…

Au Dhaulagiri, c’est maintenant terminé.
Même Carlos Soria (82 ans), un des dernier encore sur place laisse finalement tomber.
L’ambassade d’Espagne à New-Delhi a demandé « en urgence » à tous ses ressortissants actuellement au Népal de rentrer au pays.

A l’Everest, c’est pareil : un bien beau bordel !
Du Covid un peu de partout, et l’expédition commerciale de Lukas Furtenbach qui a décidé de jeter l’éponge, pour cause de COVID.

Il faut dire qu’au CB de l’Everest, c’est la fête ! (concert, teuf…)

Il y a aussi une équipe de clients français qui racontent leur aventures sur Montagne-Magazine…

Quant à Kilian Jornet, on ne sait pas…

C’est triste.