Entraînement terrain varié AMM

Bonsoir à tous.tes,

J’ai un questionnement un peu spécifique concernant le probatoire d’AMM, que je compte passer en septembre 2022. C’est à la fois un défi personnel et une occasion d’enrichir mon boulot car je suis éducatrice spécialisée auprès d’ados, et cette formation me permettrait d’ajouter une corde à mon arc.

J’ai une bonne condition physique et je fais pas mal de rando et de course à pied, mais j’ai quelques petits soucis en terrain accidenté… J’ai eu une triple fracture de la cheville fin 2019, et aujourd’hui je n’ai pas récupéré toute mon amplitude de mouvement (qui n’était déjà pas spectaculaire), malgré une rééducation assidue. Elle est encore assez rigide et du coup il m’arrive parfois de faire des petites glissades en descente. Je fais très attention mais je voudrais éviter que ça me pose problème pour le terrain varié en probatoire.

Ma question est donc la suivante : pour ceux qui l’ont déjà fait, pouvez-vous me dire un peu à quoi ça ressemblait ? Sur quels spots vous étiez, que je puisse éventuellement aller m’y entraîner ? Si il y a d’autres randos que vous me conseillez de faire pour ça ? J’habite en Haute-Savoie.

Merci d’avance pour vos réponses et conseils. :slightly_smiling_face:

Aziliz

Bonsoir
Tu trouveras sur ce site les cartes des épreuves passées des 5 ou 6 dernières années.
Ca te permettra de te faire une idée.
http://www.ma-boite-a-qcm.fr/category/divers/carte-proba/

Je m’entraîne en ce moment pour le présenter au printemps 2022. Ce que je ressens:

C’est majoritairement du hors sentier. Il faut considérer que parfois on peut s’appuyer sur des sentiers existants, et du coup profiter de ces passages pour se ravitailler.

C’est une épreuve qui ne ressemble à rien d’autre, notamment parce-que tu as un sac sur le dos qui doit faire 10 kg pour les hommes et 7 kg pour les dames à la fin de épreuve.
Plus d’infos sur
https://www.cnsnmm.sports.gouv.fr/formations/amm/nouveau-cursus/examen-probatoire

Comme je m’entraîne seul je prends des bâtons sur le sac pour la sécurité. Mais clairement, entre la carte et les ravitos, les mains sont bien occupées, les bâtons c’est mieux si on peut s’en passer.

Salut,

Je suis moi-même éduc avec des ados et j’ai passé le proba il y a 3 ans… déjà. C’était à manigod, au col de la croix Fry.

Le terrain varié, ça dure pas longtemps, peut-être être 30 secondes à 1 minute. Ils nous le font réaliser vers la fin quand on est déjà bien entamés. Mon conseil c’est de bien récupérer (redescendre le cardio) avant de s’engager. Aussi, je rangerais mes bâtons.

Concrètement, c’était une dalle bien penchée, il fallait la traverser en travers dans un sens puis dans l’autre, et enfin droit vers le bas avec un petit saut sur la fin (1m max). De mémoire ça se passait sur l’extrémité ouest de la crête des fretes.

Perso, j’aime bien ce genre de terrain donc je n’étais pas inquiet. J’ai même failli me la coller tellement j’y suis allé à fond, mais rééquilibrage avec une main et hop.

J’ai validé le proba.

Le mec devant moi, que j’ai eu le temps d’observer, était beaucoup moins à l’aise. Il n’est pas tombé, à franchi l’obstacle, mais trop lentement je crois. Trop « prudent ». Il n’a pas été retenu.

Le plus dur dans le proba, c’est de rester concentré dans l’effort jusqu’au bout. Les balises sont faciles au début mais plus délicates à la fin. Si tu sais bien lire une carte et prendre de bonnes décisions, tout va bien se passer.

N’hésites pas à me contacter si tu veux en discuter.

Salut
L’épreuve que tu décris n’existe plus depuis 2019

1 Like

Wow, ça fout la trouille. C’est la descente vers le bas si j’ai bien suivi depuis les années 90 :

  • orientation en mode course d’orientation et lecture de carte uniquement, les outils, c’est pour faire joli …
  • plus de terrain varié … déjà que c’était devenu un épreuve d’une minute ou deux.
  • plus de marche du tout ? J’ai bon ?

Alors, le public qui se présente depuis un paquet d’années au proba de l’AEM, ce sont des citadins qui n’ont jamais suivi leurs parents à la chasse au chamois quand ils étaient enfants. Cela ne m’étonne pas de croiser un paquet de professionnels qui ne tiennent pas debout dans les pentes.

Je fais mon vieux grincheux, mais je vois bien que les AMM vont droit vers une interdiction de sortir d’un sentier calibré au premier accident qu’ils auront hors sentier … c’est triste pour ce métier. Après, s’il n’y a pas de clients pour ce type de pratique, ce n’est pas très grave. C’est juste dommage, il n’y aura plus personne pour tenter d’emmener du monde hors sentier.

Enfin, c’est une dérive générale dans le monde de la montagne, il y a à la fois plus de gens dans du 8a, et à la fois beaucoup de demande de revalorisation des niveaux déclarés dans des passages de type Néron, 3 Pucelles, VN diverses et variées … C’est très bizarre de constater cette perte de compétence générale sur le terrain varié avec un réel accroissement de niveau dans certains secteurs techniques.

Je m’étais servi de cette épreuve pour monter une formation au déplacements hors sentiers chez les techniciens en maintenance et montage de CATEX l’été. Je constate avec un peu d’amertume que AEM ne va même plus être une compétence sur le savoir se déplacer en montagne ! Un vrai comble.

1 Like

Le terrain varié et la course d’orientation sont intégrés à l’épreuve de marche. Il y a un certain nombre de balises à aller cocher, dans un ordre précis, et certaines sont au millieu de nulle part dans du terrain avarié.

Ah Ok. Je m’inquiète pour rien alors.

Combien de temps dure cette épreuve ?

Si je regarde les barrières horaires en PACA l’an dernier on est sur 7h environ

L’esprit de l’épreuve n’a pas trop changé : y’a toujours un proba sous forme de CO plus ou moins technique et physique suivant les probas, les régions, une épreuve de terrain varié à une balise random au milieu de la CO et un QCM pour être admis.

Le probatoire ce n’est pas facile, soyons sérieux. Tu ne le réussis pas sans une bonne caisse, de l’expérience en montagne et de bonnes capacités d’orientation.

2 Likes

Ah c’est donc ça le paumatoire AMM ?

1 Like

Je confirme

Exactement. Certaines balises, si tu ne tiens pas debout, tu ne vas pas les chercher comme ça.
Il y a une porte horaire en début de parcours (balise 4 ou 5 en 1h10 à 1h30) pour éliminer les éventuelles « erreurs de casting ».
Il y a au moins une balise altimétrique, au moins une balise azimut pur, au moins une balise au milieu de nulle part. Et 15 ou 16 en tout.

Je me cite: « c’est majoritairement du HS et quelques fois on peut s’appuyer sur des sentiers existants ». Sur les traces de cerfs et de chevreuils aussi.

J’ai fait le parcours de Payolle 2020 ce lundi, mes instruments indiquaient 1400m de dénivelée et 26 km. On peut probablement faire un peu plus court en prenant plus de risques en navigation et en engageant un peu plus. A chacun de décider de sa trajectoire.

1 Like

Très long en distance par rapport au dénivelé. Et tout ça en 7 h max si j’ai bien compris ? Faut pas chômer quand même.

Et avec 10 kg sur le dos à l’arrivée soit plus ou moins 13kg au départ.
Je confirme faut pas chômer. Et le vent, la pluie, c’est pareil.

1 Like

Et l’orientation. Si tu te paumes tu peux vite perdre du temps.
Ya moyen d’y participer « pour voir »?

Bin si on trouve les cartes sur le net, suffit d’avoir un chronomètre et d’y aller quand tu veux.

1 Like

Oui sauf que j’ai cru comprendre qu’il y a des balises à trouver. Si elles n’y sont pas c’est facile de tricher.

T’enregistre ta trace GPS, tu mets des jalons aux balises et tu vérifies à l’arrivée. 5min de pénalité si t’es pas dans le petit rond rouge de la balise.

Oui ça doit se rapprocher de la réalité si le GPS bugge pas trop. Mais pour avoir fait des courses d’orientation on était des fois à 10 m de la balise et on ne la voyait pas

Sinon, la notion de porte, ça veut dire qu’il y a un temps min et un temps max. Il faut se freiner si on arrive trop tôt ?