1452276_fr

Olan : Arête N puis traversée voie Escarra

Bravo pour cette sage décision entraînant une nuit que j’imagine aussi inconfortable que mémorable !

Émotions dans cette dernière rencontre.
Vous aurez assurément échangé des sourires et de l’enthousiasme ?.. Partir bercé de la joie du lien et de l’euphorie des hauteurs n’est pas donné à tout le monde… Pensées aux familles, surtout.

Sacrée aventure !

@Lulu002 : Merci Lucile ! Arrivé sur la vire au bon anneau de rappel à 23h, j’étais prêt à enquiller la suite, mais me suis rapidement plié à l’avis général, effectivement le plus sage !
Cette dernière rencontre continue de me bouleverser, mais comme tu le dis :

Alors, il faut rester sur cette positivité.

@Baltringue : Oui, sacrée aventure, pleine de beaucoup de paradoxes… Bon, on aura su ramener nos deux cordées à bon port in fine. Et puis ça fait des expériences en plus (c’était mon premier bivouac impromptu !).
L’omelette et la tarte aux myrtilles du refuge de l’Olan auront eu une saveur vraiment particulière !

2 Likes

Ouapf Thierry et Stéphane, je ne lis qu’aujourd’hui votre compte-rendu… vous avez vu tellement de facettes de la montagne en une seule course… quel voyage !
Comme disait Lionel Daudet « Serre dans tes bras l’entier de la montagne », même si elle peut être à la fois chaleureuse et glacée, douce et bien âpre.
Amitiés,
Gilles

1 Like

Et moi qui pensais lire un cr qui déroule…
Et tout content d’avoir des nouvelles de toi en montagne…
Mais je ne m’attendais pas à ça!
Bravo aux experts d’avoir pris les bonnes décisions!
Quant aux jeunes victimes… c’est bouleversant, je te comprends!
Vivement du blanc sur ces tas de cailloux et bonne suite à vous tous!

@LaBique et @allora :
Merci les amis ! Citation et synthèse bien trouvées Gilles, ce fut tout à fait ça…
Oui Patrick, vivement un nouveau coup de peinture sur tout ça ! Mais tiendra-t-il dans la durée ?
Bonne continuation à tous les deux dans la prudence et le plaisir ! :slightly_smiling_face:

Bonjour Thierry,
Ta mésaventure doit être riche de nombreux enseignements : as-tu pensé à renseigner la base SERAC ?

Bonjour !
Non, pas pensé à SERAC…
A faire donc :smiley:

Quelle aventure ! Tant mieux que vous soyez tous rentrés vivants !
Belle fin d’été
Léo

1 Like

Un touchant résumé de la vie. Merci pour ce récit (qui surprend bien sûr pour une sortie de Thierry !).

Pour la base Serac il n’y a pas vraiment d’accident pour votre sortie (une durée et une gestion un peu particulières…), donc ça peut se discuter. Les items de la base Serac peuvent pt-être amener des questions ou autres points à développer. Et pour les 2 jeunes décédés tu n’as pas d’infos sur le déclenchement de leur accident.
Ce CR seul est déjà une grande source d’enseignements !

1 Like

@leobiz : Merci Léo !
Bonne suite d’été également :sunglasses:
@JeromeG : Merci Jérôme ! Je verrai pour Serac : certains points peuvent être développés, mais l’essentiel est effectivement déjà dans le CR. Sinon, j’ai quand même quelques autres sorties « foireuses » dans ma besace, mais cela faisait longtemps…
Concernant la cordée des deux jeunes décédés, j’avais eu un retour de la part du PGHM. Ils ont été retrouvés dans la roture, entre le glacier et la paroi. Ils ont certainement chuté juste après les 1ères longueurs au-dessus du glacier, où ils avaient dû poser des protections, dans un terrain alpin pas si dur mais moins protégeable, où la corde devient alors plus un danger qu’autre chose… Pas plus de précisions. Très triste…

@JeromeG, je crois au contraire que ça peut être important. Si c’est arrivé à Thierry, avec son expérience de la montagne, c’est bien que ça aurait pu arriver à n’importe qui d’entre nous. Et ça aurait pu se terminer beaucoup plus mal (par exemple, s’ils n’avaient pas bivouaqué).
Le déroulement est comme un engrenage inéluctable : Bien qu’ayant l’impression de bien avancer, ils sont arrivés tard au sommet, ensuite, il est logique de poursuivre vers la VN. Descendus (trop) lentement, ils perdent beaucoup de temps à chercher les rappels (ça aurait pu être un passage, l’entrée d’un couloir, un sentier, …) et sont pris par la nuit.
Je me demande forcément comment faire pour éviter ça, et/ou si l’emploi d’autres techniques ou d’autres choix auraient pu améliorer la progression.
Par exemple, est-ce que le choix des participants était pertinent? Est-ce qu’un demi-tour a été envisagé lors de la monté? Quels équipements se sont avérés performants lors du bivouac improvisé, et quels équipements auraient-ils bien aimé avoir emmené? Etc, …

Il est clair qu’on a bien fait de bivouaquer, et que le glacier aurait pu être catastrophique de nuit, vu ce que ça a été le lendemain matin. J’étais vraiment partant pour enchaîner parce que pas prêt du tout (pas envie) de bivouaquer, et prêt à poursuivre. j’avais aussi en mémoire notre passage il y a 15 ans sur le glacier où on l’avait descendu en 15 minutes en ramasse, mais je me suis vite rallié à l’avis général : faire une pause salutaire.
Durant la soirée au refuge de Font Turbat, on a pas mal discuté avec Benoît Profit, guide, frère de Christophe, qui a une approche bien particulière de son métier, centrant celui-ci dans le domaine des relations humaines, de la parole, … (pas facile de déterminer exactement)
Et dans notre course, il me semble que cela s’est révélé important (on a bien mis à « profit » la méthode) : on a eu des moments clés de discussion pour prendre des décisions, par exemple au moment du becquet foireux entre les rappels, quand la nuit tombait. On a ainsi perdu du temps mais on a pris des options sécuritaires : renforcer le relais foireux avec des friends, placer des friends également dans la longueur du dessous pour assurer la descente du dernier.
Sur le glacier le lendemain, on a bien parlé des méthodes d’arrêt en cas de chute (ça a marché), du fait de prévenir/crier si pb (ça n’a pas marché), et j’ai choisi d’assurer mon second au piolet pour bétonner cette descente manifestement à risque (un risque qu’on n’avait pas anticipé).
Cette traversée de l’Olan est très longue, à l’instar de celle de la Meije. Ce n’est pas très dur mais ça l’est suffisamment et surtout très longtemps. Avec Steph il y a 15 ans, en cordée homogène, on n’avait pas eu de souci, sinon patienter derrière des anglais dont un membre peinait davantage. Et c’est ce qu’il nous est arrivé : la longueur de la course fait que, si un membre de la cordée est moins rapide, moins à l’aise, on va perdre du temps très régulièrement, petit à petit (sur l’arête Escarra en particulier).
Reste le pb des rappels : on n’a toujours pas compris le problème; on a trouvé les deux derniers rappels chaînés à 25m, mais celui au-dessus dans l’axe était à 45m, et on a rien vu dans l’intermède…
Et c’est bien dans ce terrain à moitié grimpant à moitié protégeable qu’une cordée a tristement trouvé la mort le lendemain matin…
Pour le bivouac, j’ai béni ma couverture de survie !! Un peu regretté de n’être pas plus chaudement habillé (pas de doudoune par ex), mais mon sac était suffisamment rempli de friends et dégaines qui ont permis de tirer de grandes longueurs corde tendue sans s’arrêter (et cela fait gagner du temps).

Sinon, cette course n’est pas à prendre à la légère, et les cotations annoncées me paraissent un poil faibles. Pour moi, on trouve clairement du 4 dans l’arête Escarra, et on peut en trouver selon les passages sur la partie raide de l’arête N. Quant à l’enchaînement des deux - la traversée -, je pense que ça mériterait un cran supplémentaire en cotation, à l’instar de la traversée de la Meije (PD+ par exemple).

Ma réflexion personnelle est seulement de savoir comment (où et sous quel format adapté) faire passer l’information au plus grand nombre. Je n’ai jamais écrit qu’il ne fallait pas la transmettre. D’accord pour dire que la sortie de Thierry et Stéphane est un accident évité qui a sa place sur la base Serac. Le dévissage de l’autre cordée serait à dissocier.

@ThierryC Bonjour, je suis la copine de Matthieu. Je suis montée au refuge de l’Olan hier pour voir l’endroit où il était avant de nous quitter… il devait être heureux effectivement d’être là-bas, c’est si beau. La gardienne du refuge m’a fait part de votre texte ici et cela me touche énormément. Merci beaucoup d’avoir eu ces petits mots envers Matthieu et Ophélie. Je suis contente qu’ils soient tombé sur vous pour partager leurs dernières discussions.
Encore merci.

1 Like

Bonjour Elodie,
Merci beaucoup pour votre message !..
(La suite en MP)
PS : MP = Message Perso direct (cliquer sur petit bouton vert à côté de ton avatar)

Salut Thierry,
je cherchais des informations pour relater par écrit mon « but » à l’Olan et je tombe sur ton CR. Décidément la montagne est bien petite ! Et les expériences se ressemblent. Bien cordialement. Ludo