Écroulement au Dôme de Monetier le 17/09/2020

3 Likes

Quelques nouveaux blocs coincés à attendre dans Fantomas ?

La vidéo est impressionnante !

vraiment pas une bonne idée d’aller faire du rocher en haute montagne en ce moment. Ni de passer sous des séracs.

C’est jamais une bonne idée de passer sous des séracs.
Eh oui ! La montagne n’est plus ce qu’elle était, mon bon meussieu, c’était mieux avant !

1 Like

oui, mais y’a quand même un certain nombre d’itinéraires où tu n’as pas le choix.

forcément. J’étais jeune…

aucun coin, altitude, n’est épargné… :frowning:
ça va devenir la roulette d’aller en montagne, de plus en plus

En restant en dessous du permafrost, on reste à peu près aux mêmes risques qu’avant.

1 Like

Ca dépend de ce qu’il y a au dessus. Je suppose que tu voulais dire sommet en dessous du…

3 Likes

A la plage, par exemple, le risque de chute de séracs ou de rochers est nettement diminué.
Plus sérieusement, la saison de l’alpinisme (définition de la FFME : au-dessus de 2500 m avec nuit en altitude ?!), ce serait quand en 2020 ? En même temps que celle du ski de rando ?
Parce que ça commence à faire court entre la période des avalanches de fonte, les ex-avalanches « de printemps » qu’on voit de plus en plus tout l’hiver sur certaines pentes, et la fonte du permafrost.

1 Like

La période critique pour la haute montagne démarre quelques semaines après les premières canicules (d’autant plus vrai que la couverture neigeuse était faible au moment de la canicule), le temps que l’onde de chaleur se propage en profondeur… Là avec les canicules de juillet/août c’est pas surprenant qu’on ait de plus en plus de phénomènes de grande ampleur :confused:
Donc la période idéale de décale vers le printemps oui, et se termine souvent entre fin juin et mi juillet selon les années. Une fois la couverture neigeuse faible, les chutes de pierres s’intensifient (aggravées par les iso élevés). Puis à l’automne, même si les températures baissent et que les chutes de pierres sont moins intenses, on rentre dans la période à haut risque d’ecroulements !

4 Likes

Vont avoir du boulot, les maçons!

Ceci dit, au train où vont les choses, il n’y aura bientôt plus beaucoup d’endroits pour sauver sa peau, sur cette terre!

2 Likes

J’ai quand même l’impression que c’est moins pire aux altitudes plus modestes en dessous de 3000 en gros voire un peu plus bas. La faute au pergélisol comme l’a dit mollotof.

Mouai pas certaine que ça soit moins vrai à basse altitude, cf l’éboulement d’il y a 2 ans au début du sentier qui va au Pré de la Chaumette
J’imagine que ça s’est passé comme dans le petit film. C’était après de violents orages début août
Il y avait eu des éboulements un peu partout cette fois là (Prapic, Gioberney, Pré de Mme Carle, Ceillac)

Les violents orages c’est quelque chose de particulier et qui a toujours existé. La Clarée par exemple en est régulièrement victime à des altitudes basses. Difficile d’affirmer que c’est lié au réchauffement. Ce dont des phénomènes extrêmes localisés mais qui ont toujours existé. Crues de 53 dans les Hautes-Alpes par exemple (pas si localisées que ça pour le coup car ca a affecté une bonne partie du Queyras)

1 Like

Dans les Préalpes ça tombe aussi, violemment généralement, mais ça reste rare (Vanges, Granier…), ou alors cantonné aux terrains merdiques bien connus (Schistes généralement, par exemple sur les routes des gorges de l’Arly ou entre Taninges et le Praz-de-Lys).
Là dans les massifs de haute montagne c’est tous les jours que ça tombe. Vu personnellement: Aiguille de la Bérangère face E, Dômes de Miage N, Bionnassay W et N, Mont Blanc W, Tré la Tête N et E, Tour Ronde N et E, Dru W, Chardonnet W et facette N, Aiguille du Goûter évidemment, Aiguille du Midi NW. Plus tous les autres témoignages sur les autres sommets. Par contre en face, dans le Haut-Giffre, ce n’est pas pire qu’avant.

1 Like

À priori la goulotte Fantomas sera interdite d’accès cet hiver

En même temps c’est difficile de faire pire :wink:

1 Like